• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Archives pour juillet 2009

Mon havre de paix…

Il est des endroits où tout se pose, où l’on se pose, où le temps n’a plus de prise… Notre havre de paix…

Le mien se trouvait dans le sud.
Le mien sentait le chèvrefeuille et la lavande et se couvrait de mimosa au printemps.
Le mien avait l’accent de ses gens d’une extrême gentillesse.
Le mien m’attendait à chaque besoin de pause.
Le mien pour m’accueillir s’eût paré de Tapenade, Fougasses et autres Navettes, déposés là par les personnes à l’accent qui réchauffe.
Le mien contenait des images de Pagnol, des parures ensoleillées.
Le mien était tout simple mais c’était le mien.

Mon havre de paix n’est plus… La dame au soleil dans la voix me l’a appris hier et cette voix pour la première fois était grise et brumeuse…
Mon havre de paix s’est fait dévorer par ‘la crise’ et la toute petite dame et le petit monsieur qui en prenait tant soin depuis leur maison juste au dessus de moi pleurent aujourd’hui leur vie entière passée là, bouffée à l’âge où la retraite vous permet de profiter de l’endroit tant dorloté. Deux vies avalées par le monstre aux grandes dents qui n’a que faire de deux petits retraités qui n’ont jamais su avoir une caisse enregistreuse à la place du coeur.

Votre petit chemin menant à la paix restera à jamais dans mon coeur…

 Mon havre de paix... dyn005_original_562_424_pjpeg_1082_dcce2445ddbe170e72f5d635e020cdbd

Une bouteille à la mer !

 Texte de Léandre :

  

De quoi parler ou écrire ? De sa vie intime ? Le sujet où l’on « colle » le plus avec ses sentiments, de la vie, de son expérience, des hasards de la vie (hasard ?  vous avez dit hasard ??!!) .

Ben oui quand même: je me souviens ce samedi soir, je crois, ou j’écris 5 ou 6 lignes pour expliquer ma situation, ma « problématique » ! Une bouteille d’eau à la mer ! Sur un site psy, au moment où je cherche quelqu’un dans la région bordelaise: qui aller voir ? Moi qui ait des problèmes de poids, est ce qu’une méthode psycho-corporelle (!!!) serait la bienvenue ?! Un mail donc et peut-être une réponse d’un psy bordelais, peut-être un échange, une conversation sur « comment çà se passe? » et vous croyez que je vais y arriver ? Et çà va durer longtemps ?….etc

Une réponse le lendemain (déjà?! Mais bon faut savoir !!) de la région parisienne !!! Je rêve ou quoi, je signale une recherche sur région bordelaise et une réponse des Yvelines !! C’est pas possible, il a pas bien lu !!! Un lien sur un site internet: j’aime pas sa tête, j’aime pas la musique, j’aime pas la présentation, çà part mal !! En plus c’est un mec et je veux parler à une femme ( pourquoi au fait ?) et cerise sur le gâteau: analyse en ligne avec web cam !! Les bras m’en tombent ! Web cam !!?? Ben çà alors je ne savais même pas que çà existait ! Peut-être il fait aussi voyance, tarots, horoscope, j’en passe et des meilleures… Bon, on répond quand même pour poser des questions et demander la validité de cette méthode, j’ai pas envie de jouer à Guignol !

Deuxième mail: une femme !! OUF ! Oui mais à perpete les oies encore !! Mais qu’est ce qu’ils ont tous ?? Téléphone, échange de mails ! Site internet: sobre, simple, une photo d’une femme qui a l’air très sérieuse. Sur le mail: je peux vous aider ! Why not ? Là encore quelques questions sur la méthode ( est ce que çà marche ? ). Quelques échanges mails rassurants, et puis après tout je peux essayer un mois, et si çà va pas, je zappe et je frapperais des portes au hasard dans Bordeaux. J’écume tout ce que je trouve sur internet concernant l’analyse en ligne, le moins que l’on puisse dire c’est que c’est très controversé !! ( isnt’it Mrs Pum’ ?). Et puis merde ! Je la sens bien cette psy, on verra au 1er rdv téléphonique.

Et voilà c’était il y a 1 an et 5 mois !

Et çà continue pour ma plus grande satisfaction et je dirais même bonheur ! De découverte en découverte, un champ d’investigation infini, je me découvre, je cesse de me conformer, surtout au désir parental, je m’affirme, je me sens mieux, nettement mieux, je me pose là; je découvre aussi les autres et le monde qui m’entoure d’un nouvel œil, et çà fait du bien. Oui apprécier la vie autrement çà fait du bien, et je suis persuadé que ce n’est pas fini, beaucoup à découvrir encore…Merci à elle !!

Mais pourquoi avoir parlé du hasard ? Parce qu’un jour la découverte que nous étions nés un même jour de septembre m’a conforté dans l’idée que j’avais trouvé ma « bonne étoile » !

Une bouteille à la mer ! dans Lacher prise 002edredon

 

Aimer plus que l’amour même !

En reprenant la phrase de Lacan :

Aimer c’est donner à quelqu’un qui n’en veut pas quelque chose que l’on a pas !

L’on peut se dire qu’elle est tellement froide qu’elle n’a pas de sens et pourtant relisez la bien et prenez un miroir pour regarder au fond de votre coeur.
L’aimez vous pour ce qu’il ou elle est ?
Ou pour ce que voudriez qu’il ou qu’elle soit ?

Vous pensez lui apporter du bonheur, mais ne lui apportez vous pas votre propre idée du bonheur ?

Jusqu’où iriez vous par amour ? Par amour pour l’autre pas pour vous !
Est ce qu’aimer justement n’est pas oublier son amour propre, être à l’écoute sans cesse sans s’écouter soi même.

Aimer ce n’est pas vouloir se changer l’un l’autre pour correspondre à une certaine image que nous avons du couple mais si UN doit changer et si c’était vous ?
Tout changer, vraiment TOUT !
Tout ce qui nous a culturellement construit ; tout ce que par éducation nous avons reçu ?
Et ce, non pas pour garder l’autre, ça ne servirait à rien, ce serait toujours de l’amour propre et l’on resterait dans la possessivité ;  mais tout naturellement par amour ; parce que son bonheur ferait le vôtre et de ce simple fait ‘il est heureux donc je le suis’.

Il ne s’agit pas de concessions mais de véritable abandon d’une réalité qui n’était que notre et pas sienne.

Aimer ce n’est pas non plus : regarder ensemble dans la même direction car l’on risque de rester figer sur une direction qui ne sera plus à un moment donné celle de l’autre.

La phrase de Lacan ne vous parait elle pas plus claire vue de cette manière ?

Le nombre grandissant de divorces ne tient t’il pas justement au fait que les deux veulent détenir le secret de l’amour alors qu’il ne peut appartenir qu’à un seul.

Et si l’on devait admettre que dans l’amour, il y a le guide et l’autre ?

Difficile n’est ce pas de mettre son orgueil dans sa poche ?

Et si là aussi il fallait lacher prise !

Alors d’accord :
Aimer c’est donner à quelqu’un qui n’en veut pas quelque chose que l’on a pas ; mais je te le dis quand même : JE T’AIME !

Aimer plus que l'amour même ! dans Lacher prise Rene-Magritte

La souffrance !

Après une longue reflexion
je préfère la laisser s’exprimer ainsi :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par le vide….

 

 

Allo MANMAN !

Il est 8 heures du matin, un matin sans consultation, un matin de juillet, un matin grasse matinée…

Ah bein vi ! Mais NON !!!

La sonnerie du portable… Le prénom de ma fille…
AIE ma fille ! Quel heure est il ? Le bébé… vite vite je décroche !

- Allo MANMAN je te dérange pas ?
- Ah non mon coeur je dormais c’est tout
- Cool tu redormiras après, mon frigo en panne de l’eau partout, je fais quoi MANMAN ?

Vous remarquerez qu’en cas de non urgence, en général elles vous appellent MAMAN, mais quand l’urgence est là MANMAN est de mise…

Alors MANMAN à peine sortie du sommeil se demande comment lui apporter des serpillères en urgence en étant à 300 km ???? !!!!
Déjà qu’il y a deux soirs MAMAN se demandait comment envoyer des canadairs ; eh oui y’avait le feu près de chez fifille et fifille très angoissée a tenu au courant MANMAN au telephone presque quart d’heure par quart d’heure…

Allez c’est mignon d’être MANMAN pour la vie, elle aura bientôt 30 ans la petite et comme elle est devenue MANMAN aussi, la relève est assurée…
Tiens ça me rappelle la sortie la plus récente toutes ensembles où la jeune MANMAN avait tenu à mettre un manteau à bébé dans son landau par 30 degré dehors et là quand la MANMAN DE MANMAN a dit :

- Mais elle va avoir trop chaud la petite…
- Non MAMAN au moins elle attrapera pas froid à cause de moi !
- Bon ^_^

Vous voyez la nuance de MANMAN – MAMAN !!!

Bon rassurons nous, le frigo ne fuit plus, mais après le feu et l’eau quel livre religieux pourrais je ouvrir pour connaître la prochaine alerte ??? !!! A défaut de sauterelles, les cigales ??????????

Tranche de vie…………… 

 

Allo MANMAN ! dans Laissez aller MereEnfant

 

Psychanalyse à ciel ouvert…

 Un analysant, un texte, un souhait : Partager !

Zoetemelk, la Hollande, Papa et moi…

Ma 1ère pensée aujourd’hui, en cette période de Tour de France, va à l’époque où nous habitions Chambéry, dans les années 70, et où à l’heure où tu rentrais du travail, je me faisais un point d’honneur à te relater l’étape du jour, et surtout les faits d’arme de Zoetemelk la star du vélo hollandais !
La Hollande, ce pays où je suis né, où j’ai peu vécu (4ans?) et pourtant ce pays qui me tenait à cœur (toujours aujourd’hui), différent de
la France, qui marquait ma différence avec mes petits camarades de classe Français, il me positionnait comme centre d’intérêt ! Fan de foot à l’époque où le football Hollandais dominait l’Europe, ce pays faisait aussi ma fierté avec ces clubs prestigieux ( l’Ajax d’Amsterdam, le Psv etc ) et son équipe nationale ses joueurs comme Cruijff Neeskens etc   Des stars à mes yeux et dont mes copains ne prononçaient pas le nom correctement !

Mes copains ne connaissaient pas
la ST NICOLAS, le beurre de cacahuète, les petits déjeuners genre brunch, pris à table avec assiette et couverts, les drops, les tapis sur les tables de salon, les distributeurs de vleisscroket dans la rue, les vélos qui freinent en pédalant en arrière etc, etc…

Tout ce qui nourrissait ma fierté, qui marquait ma différence, mais surtout qui nous unissait Papa !! ce qui faisait que notre relation était extra-ordinaire…

Je me souviens toujours à Chambéry, ces matins où je te rejoignais dans la salle de bain, 1er enfant levé, et où nous bavardions pendant que tu te rasais, puis le petit déjeuner que nous prenions souvent tous les 2, et où tu essayais parfois de m’apprendre un peu le Hollandais. Ces moments à nous qui faisaient mon bonheur !

Déjà à cette époque, je voulais que tu sois fier de moi, de mes résultats scolaires, et à l’époque ils étaient très bons; je voulais que tu sois fier de mes prestations footballistiques … Tu nous faisais partager ta passion des voyages à travers tes nombreux déplacements professionnels. Chacun avait un petit cadeau à ton retour, et nous écoutions émerveillés comment se passait la vie « là-bas » ! Partout dans le monde, tu nous parlais des villes , de la monnaie, de la capitale, de la nourriture, des modes de vie différents de chez nous… Mon irrésistible envie de voir New-york un jour, me vient de toi, tu me faisais rêver avec l’évocation des buildings plus gigantesques les uns que les autres ! Et quelle fierté lors de mon passage en 6ème, lorsque tu m’emmènes avec toi en Suède et au Danemark pendant un déplacement professionnel ! Tu avais beaucoup de temps libre pour moi et nous avons énormément partagé, à commencer par un baptême de l’air pour moi. J’ai regardé ces temps-ci des photos, certaines dont je n’avais plus souvenir, où nous partageons une activité. Et surtout une, prise  lorsque je suis adulte à Moliets, sur un parcours de golf, nous sommes côte à côte, de dos, nous prenons un chemin dans la même direction. Cette photo très symbolique pour moi, nous échangions, j’ai le sentiment de sentir ta protection et ton inquiétude aussi… 

Je me souviens mais je ne savais pas exprimer cette fierté, cette joie, cet amour… Et je n’ai pas su dans les années qui suivirent. Est ce que tu ne m’avais pas appris ? Devais je apprendre seul ? Même jusqu’à tes derniers instants je n’ai pas su ! Tout se faisait sous forme de boutades, ne pas montrer ces sentiments, Un jour, tu vas chercher des résultats d’analyse, tu connais déjà ton cancer, nous aussi, et tu me dis: putain dans quelques temps je n’aurais plus de cheveux ! Et tu rigoles: moi je m’en fous, mais c’est pour les autres ! Et je répond : on achètera un chapeau pour masquer ta coupe à
la Kojak !! Encore la peur et la pudeur qui ne savent pas s’exprimer !! Je me suis parfois demandé si tu avais peur à la clinique, tu n’en parlais pas, pour préserver ta famille j’imagine, ne pas se plaindre, une réminiscence familiale…

Tu serais inquiet aujourd’hui de ma situations professionnelle et je t’expliquerais que c’est un tournant qui va me faire du bien… Je sais que tu comprendrais, que tu me soutiendrais, et que tu serais fier de ma volonté d’assumer mes véritables désirs…

Nous ne savions pas nous dire l’amour, nous le faisions juste sentir…

Je t’aime Papa et tu me manques.

 

Psychanalyse à ciel ouvert... dans Lacher prise expos

Romantique… Libertine…

Je suis très émue de vous dire que j’ai

bien compris l’autre soir que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

là une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à vous montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir aussi

vous dévoiler sans artifice mon âme

toute nue, venez me faire une visite.

Nous causerons en amis, franchement.

Je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l’affection

la plus profonde comme la plus étroite

en amitié, en un mot la meilleure preuve

dont vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude où j’ha-

bite est bien longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi en y songeant j’ai l’âme

grosse. Accourrez donc vite et venez me la

faire oublier par l’amour où je veux me

mettre.

George Sand

à Alfred de Musset

 

Romantique... Libertine... dans Lacher prise _Sand

La passion : une catasprohe naturelle…

Les cyclones, les raz de marée, les éruptions volcaniques, …

LA PASSION !

Comme l’on ne peut ni éviter, ni contourner les éléments déchaînés ci dessus cités, l’on ne peut pas éviter non plus la passion !!!

Je ne dirais pas que personne n’est à l’abri, car, si, des personnes sont à l’abri, protégées par on ne sait quel autre élément mais la passion ne s’attaque pas à tout le monde.
Y sommes nous prédestinés par quelques desordres emotionnels remontant à une carence affective enfantine ?
Bof ! Pas envie d’être psy ce soir mais femme !

Insidieuse, elle est partout, la passion ; dans un ascenseur, chez le boucher, au travail, au ciné, dans un mail… enfin dans tous les cas, là où on l’attend le moins c’est certain.

Dans les différentes formes qu’elle peut prendre, on y trouve la passion sexuelle, celle là, en général se calme relativement rapidement mais il n’empêche que sur son passage elle provoque les mêmes dégâts !

La passion intellectuelle, aie aie aie, la pire !
Parce qu’elle sait très bien s’allier avec la première par la suite.

Dans tous les cas, dans un premier temps, c’est une voix… un regard… un geste… un parfum… une odeur… une écriture…
En clair tout ce que vous n’oublierez jamais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Vous ne vous reconnaissez plus, vous ne vivez que pour l’autre et par l’autre ; il vous devient petit à petit aussi indispensable que l’air que vous respirez. Le problème c’est qu’à l’inverse l’autre vous bouffe votre oxygène et que sans vous en rendre compte vous faites de même.
Vous êtes déjà à des kilomètres de vous même, vous êtes là où l’autre est, même si des kilometres aussi vous separent et dans ces cas là, à genoux ou en rampant mais vous irez le rejoindre bon gré mal gré et malgrès tout ce que l’on pourra vous dire. D’ailleurs entendez vous encore une autre voix que la sienne ? J’en doute…

Père, mère, soeur, frère, mari, femme, enfant… Vous les voyez c’est certain mais dans l’ombre de cet autre. Il a pris toute la place, même la vôtre.
Ce que vous prenez pour du bonheur, n’est que souffrance ; la passion est un leurre, l’autre face de vous même et l’opposé de vous m’aime.
Vous avez l’impression de vous ressemblez tant que vous n’êtes qu’un seul être, aux mêmes pensées ; car ça aussi elle sait bien faire la passion : des sortes de connections inexplicables, insondables, inabordables par les autres.

Coincé dans les embouteillages d’un amour impossible, car la passion ne se vit pas, elle n’a pas de quotidien, le quotidien la tuerait donc elle l’evince et en rajoute par ce biais un degré de souffrance extrême. Plus vous bougez et plus vous y restez collé, le principe de la toile d’araignée…

Sans lui plus vous – sans lui plus vivre – sans lui plus rien…

Ni avec lui ni sans lui !

Oui la douleur de la passion ; ses ravages par pulsions d’émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres. Accroc, toxico, de cet être humain qui tout compte fait n’a rien demandé, ni vous non plus

Pas de bouton STOP ni RESET… Il faut juste attendre… Attendre de toucher le fond et à ce moment là prendre la main tendue, cette nouvelle main qui saura par son écoute, sa douceur, sa tendresse, vous sortir de cette addiction !

COURAGE !

La passion : une catasprohe naturelle... 782_2

Histoire d’nnn

Histoire d’hommage !

Dommages d’histoire…

De Kate Bush à Wilhem Reich – Vidéo clip :

Cloudbusting

 

Entre nnn = nnn (qui signifie très nous)
De vous à moi :

si le corps pas encore

le ciel est présent au rendez-vous

dans l’espace cyber

c’est un fait

grâce à vous

pont de lianes, toile

le web en hamac

nnn

Permettez-moi, avant ma der séance avant celles au tel de ce soir, de vous remercier pour votre présence et votre aide.

A bientôt,

Bien à vous

nnn

Merci de votre aide et de votre présence,

rêvez de forêts si possible, c’est beau

nnn

bientôt Morphée

dans ses bras

dans ses draps

dans s’être ‘a’

et demain frein gant

dans une main de voulons

nnn

Oui, je crois qu’il y a lieu d’être satisfait. D’ailleurs ici le ciel est bleu avec pompons blancs
nnn

vôtre dévoué également

à vous & à Morphée,

à dem

nnn

Je crois que c’était ça. Je me suis permis de vous le dire, car puisque vous étiez là, vous me rassuriez effectivement ; et cette présence méritait que je vous en remercie.
 
Sincèrement,
nnn


‘écoute’ et ‘entendement’ – écoute voulant dire ‘entendu’ , ‘entendement’ signifiant quelque chose qui vient de soi et pourtant que l’on découvre comme un écho qui surprend.
nnn

Litterature GRISE

De moi à vous…

Histoire d'nnn dans Laissez aller cloudbusting
 

Se relever !!!

Se relever… pour avancer… plus vite, plus loin, plus haut…

NON !

Se relever… pour avancer… moins vite, moins loin, moins haut…

OUI !

Juste pour aller là où l’on doit aller et regarder ce qui nous a fait chuter ; creuser et creuser encore car l’obstacle n’est pas en surface sinon nous l’aurions évité…

Se demander pourquoi l’on voulait aller si vite, si loin, si haut !
Ou plutôt pour qui ?

A un moment il faut pouvoir, il faut savoir, arrêter la machine qui nous fait chuter, celle qui nous leurre devant des obstacles insurmontables qui nous semblent si simples à écarter mais qui ne le sont pas puisque nous même nous les plaçons : plus loin ; plus vite ; plus haut….

Pourquoi ? Pour qui ?

Pour éviter de nous regarder en face car le miroir est plus loin, plus haut, plus vite…

L’on a dit ce que l’on avait à dire et ce que l’on en retire c’est nous m’aime !

Vous qui vous reconnaîtrez, vous pour qui j’ai une pensée ce soir :

Débranchez la machine………..

 

Se relever !!! dans Lacher prise Dali01

 

12

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément