Archives pour août 2009

L’enfant du pays…

La première fois que je l’ai vu c’était il y a 3 ans, errant déjà dans une fête de village ; déjà seul… Mais toi tu étais là et tu avais su trouver les mots, les quelques mots…
Lorsque j’avais demandé autour de moi qui était ce jeune homme loin de la couleur locale, l’on m’avait répondu ‘un enfant du pays, il a été adopté tout bébé…’

Trois ans plus tard, une autre fête dans un autre village du même canton…

Il entre dans la salle « des fêtes » ; il prend soin de saluer les VIP ; de serrer quelques mains, espérant sans doute qu’une se tende pour l’inviter à s’asseoir. Que nenni…
Il va s’asseoir plus loin, seul…
Il croise mon regard, je lui souris. Il me rend mon sourire puis repart dans le vague de son regard.
De mon côté j’observe toute cette ruche qui bourdonne comme s’il n’existait pas, je me dis qu’il y a tellement de travail à faire sur toutes ces personnes et tellement de mal de fait par la malediction de Cham flottant dans l’insonscient collectif.
Je me demande pourquoi tant de couples blancs souhaitent adopter des enfants noirs, sans voir plus loin que le fond du berceau ; sans réaliser que ces enfants ne seront jamais des « enfants du pays » !

Il y avait beaucoup de feuillage hier soir même moi qui n’ai pas eu les mots de peur d’en avoir trop et une seule rose : LUI !

L'enfant du pays... dans coup de gueule IMG_3298
 

Un commentaire de LUCIE

Bonjour Lucie,

Sur mon article ‘ Être psy ça se guérit’ ; tu as souhaité laissé le commentaire suivant :

Avant d’engager de telles relations « patients/psy », il faut être sûre que cela tienne vraiment la route, pour ne pas avoir de mauvaises surprises, parce que sinon, pour le « patient », cela peut être vraiment destructeur ! Et je sais de quoi je parle l’ayant vécu !

Tu vois, je fais mieux que le laisser en commentaire, je lui donne un article. Car ce que tu as écrit Lucie mérite une réponse à la hauteur de tes paroles.

Je t’ai suivie chaque jour ; chaque soir, pour être plus précise.
Chaque soir je t’appelais après mes consultations, chaque soir je me battais ; mais pas avec toi Lucie, contre toi. Si je devais compter le nombre de NON que j’ai entendus de ta bouche petite puce 10 tables de multiplications n’y suffiraient pas.
Comme tu ne m’entendais pas j’ai créé une association pour toi espérant t’ inciter ainsi à t’ouvrir davantage et surtout à dire NON mais là où tu devais le faire.
Et de OUI en NON mal placés ou déplacés, j’ai refermé doucement ma porte en la laissant entrouverte, la preuve tu sais encore l’ouvrir lorsque tu le veux. Le tout est de le vouloir Lucie et n’étant pas magicienne, je ne pouvais prononcer ces OUI/NON à ta place.

Une psy ne travaille pas seule ni ne construit des relations telles que celles décrites dans mon article précité seule.

Il est dommage pour toi que tu aies souhaité rester dans cette solitude !

Tendres pensées

 

Un commentaire de LUCIE mobile_masque

 

 

 

Etre psy ça se guerit ?

Je me souviens de la phrase de mon médecin généraliste lorsque je lui ai annoncé ma formation :

- Je ne veux pas que vous soyez psy ! Je veux que vous soyez heureuse !

Devant mon regard interrogateur, il continua :

- Etre psy c’est faire l’autruche, mais seulement quand on a la tête dans le sable on a aussi forcement le cul en l’air et aucune vision sur les perspectives…

Cette phrase me fait toujours autant sourire, mais je vois aujourd’hui (quand je sors la tête du sable) où il voulait en venir.
S’il est dit que les psy font se métier pour se soigner eux mêmes, c’est aussi un moyen de déprimer en paix. Car comme le dit Jacques Lesage de Laye « Nous sommes tous et toutes des névrosés mais heureusement pas tous des psychopathes » !!!

Pas rassurant ce que je vous dis ? Mais si au contraire !

Demandez vous lorsque vous allez voir votre psy et que vous n’osez pas lui dire certaines choses, ce qu’il a lui dans la tête à ce moment là. Qu’est ce qui peut bien le tracasser au point d’être là à vous écouter ?!

Nous sommes des escargots, pas du point de vue sexuel je vous rassure ; mais du point de vue consistance. D’abord parce que nous promenons notre métier partout où nous allons.
Si, si, si, regardez les ces gens bizarres qui restent en arret sur vous au restaurant ou sur une plage, ce n’est pas vous qu’ils regardent c’est l’intérieur, ce que les autres ne voient pas ! Ça y est vous en avez repéré un ?
Ensuite parce que comme les escargots si vous tentez de savoir quelque chose de nous, nous rentrons immediatement dans notre coquille ou nous redevenons autruche. Complexe l’animal ou complexe animal !
Un savant mélange dans tous les cas…
Et pour continuer, nous bavons d’impatience devant vos paroles puisqu’elles nous nous nourrissent, sachez donc que nous nous nourrissons de vos névroses pour aller les déposer un peu plus loin chez un confrère qui meurt de faim. Le principe des vases communiquants…

Je crois que j’ai évité la tête dans le sable en étant reichienne. J’ai créé des réseaux, des mélanges. Je fais de l’alchimie psychanalytique, Giordano Bruno n’a pas brûlé pour nous pour rien que diable !

Un patient me demandait recemment :
- Mais parfois vous n’avez pas envie d’aller plus loin dans vos relations avec certains patients avec lesquels d’autres courants que l’analyse passent ?

Mais si bien sur et pourquoi me priverais je de ces privilèges rares et harmonieux et surtout pourquoi en priverais je les autres quand je sais que sans mon intervention ils ne se rencontreraient jamais et que cela en serait bien dommage.

Je ne touche pas je regarde avec mes yeux de psy et j’admire les fondations en attendant les finitions.
Vous voyez Docteur D. je suis psy mais je me soigne…

Samedi dernier à ma table 15 personnes ; amis – patients ; qui sait ? Qui savait ? Personne !
Mais tout le monde en est reparti plus riche remportant une partie de l’autre et peut être la partie manquante… Allez savoir ???

Raisonne encore maintenant en moi la phrase d’un de mes invités lors de son départ, lorsque je lui ai dit :
- A lundi
Et qu’il m’a répondu :
- Ah non lundi je vais voir ma psy !

Vous voyez qu’il est possible de ne pas garder la tête dans le sable et surtout pas le cul en l’air mais bien de faire face aux perspectives mais à toutes les perspectives….

Non être psy ça ne se guérit pas ce n’est pas une maladie c’est un don… De soi… De soie et de soit…

 

Etre psy ça se guerit ? dans Lacher prise lov-peinture-sur-verre-30-2

 

 

Merci Sylvie…

Oui ce soir je tiens à dire merci à l’une de mes patientes, parce que parfois à nous aussi il nous arrive d’avoir des baisses de moral ; heureusement sinon nous n’aurions rien d’humain !

Je suis en séance, le téléphone sonne, je décroche et j’entends un rire éclatant :

- Jocelyne, bonsoir c’est Sylvie
- Bonsoir Sylvie
- Je vous ai oubliée

et le rire reprend de plus belle…

- J’ai invité des personnes à diner ce soir et je viens de voir dans le livre que vous m’avez prété que j’avais RDV avec vous

Toujours dans le rire…

- Mais ce n’est pas grave Sylvie l’important est que je vous entende rire ainsi, c’est que tout va bien
- Ah mais je ne sais pas si tout va bien (re-rire) vaudrait mieux me redonner un RDV (et re-re-rire)
- D’accord Sylvie, mercredi 19 h ?
- Oui très bien merci et je suis désolée (là c’est le pipi culotte assuré tant elle rit…)
- Pas grave au contraire votre fou rire vaut bien une séance. Bonne soirée Sylvie !
- Ah mais c’est bien parti pour, merci Jocelyne bonne soirée à vous aussi.

En raccrochant je l’entendais encore rire… Rire de cet oubli… Rire à la vie sur laquelle elle pleurait il y a encore quelques semaines…..

Quel merveilleux métier !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci mille fois Sylvie pour cet acte manqué parfaitement réussi.

 

 

Hommage aux hommes !

Oui par cet article je souhaite rendre hommage aux hommes d’aujourd’hui, car je ne suis pas féministe mais Femme.

La libération de la femme nous a apporté certes des ‘libertés’ mais beaucoup de calamités et beaucoup d’entre nous sont malheureusement devenues des  » Calamity Jane » menant une chasse aux hommes, sécateur si ce n’est à la main mais dans le cerveau ; en clair :
des castratrices…

Nous sommes indépendantes, ça nous le clamons haut et fort ; nous independons toutes voiles dehors.
Le problème est que par là même, nous avons rendu les hommes dépendants et nous nous en plaignons en plus !
Alors oui, aujourd’hui j’ai envie de dire que nous ne sommes pas des cadeaux et qu’à vouloir ramener le mammouth nous même dans le même temps nous demandons aux hommes de le faire cuire.

 » Va voir papa : maman travaille… » Juste retour des choses ? Non bétise !
L’enfant, lui souhaiterait entendre : ‘ Va chercher papa que l’on voit cela ensemble’
Si la seule chose que nous avons retenu de la libération de la femme, c’est un string qui dépasse du jean slim en taille 34 on aurait mieux fait de garder nos soutifs !!!!!

Les hommes ont toujours leurs caleçons mais sont tous seuls dedans…

Je rends hommage aux papa, qui maintenant dans la garde partagée assument leur paternité et pour la plupart se débrouillent comme des chefs et ce bien souvent sous la régence des mères qui considèrent toujours que puisqu’ils n’ont pas d’utérus, ils ont au moins un compte en banque.

Je rends hommage aussi aux hommes qui cherchent une nouvelle compagne pour partager leur vie et non leur lit, car là aussi les rôles se sont beaucoup trop inversés et les hommes kleenex sont de plus en plus fréquents. Et comme la femme est vénale, elle ne restera un certain temps que si de bons restaus et de jolis voyages sont à la clé…

Je rends hommages aux hommes parce que nous sommes stréssées et chiantes !
Stressée nous l’avons voulu et chiantes c’est dans le paquetage…

Bouhhhhhhhhhh……….. Les féministes vont me sauter dessus, mais j’attends leur argumentation !!!!!!!!!!

Ah pis tiens pour terminer je rappellerais aux femmes libérées que l’IVG est un droit mais pas un moyen de contraception sur lequel l’homme n’a pas droit de regard.

Bouhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!!!! Les amazones auront ma peau…

Hommage aux hommes ! dans Les thematiques artwork_images_424143444_356806_rene-magritte

 

Deux jours à tuer

Je souhaiterais que ceux et celles qui ont vu ce film et qui ne s’en sont pas sortis indemnes viennent en parler ici !
C’est mon cas, je suis restée scotchée dans mon fauteuil devant un écran noir en écoutant Serge Reggiani nous rappeler :

LE TEMPS QUI RESTE

Combien de temps…
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures combien?
Quand j’y pense mon coeur bat si fort…
Mon pays c’est la vie.
Combien de temps…
Combien

Je l’aime tant, le temps qui reste…
Je veux rire, courir, parler, pleurer,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, parti, repartir
Souffrir, aimer
Je l’aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu’il n’y a pas longtemps…
Et que mon pays c’est la vie
Je sais aussi que mon père disait:
Le temps c’est comme ton pain…
Gardes en pour demain…

J’ai encore du pain,
J’ai encore du temps, mais combien?
Je veux jouer encore…
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d’Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu’à la fin de ma voix…
Je l’aime tant le temps qui reste…

Combien de temps…
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je veux des histoires, des voyages…
J’ai tant de gens à voir, tant d’images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C’est drôle, les cons, ça repose,
C’est comme le feuillage au milieu des roses…

Combien de temps…
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je m’en fous mon amour…
Quand l’orchestre s’arrêtera, je danserai encore…
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul…
Quand le temps s’arrêtera..
Je t’aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment…
Mais je t’aimerai encore…
D’accord?

 

Deux jours à tuer dans Lacher prise deux_jours_a_tuer_haut

2-jours-a-tuer-3 dans Lacher prise

 

deux_jours_a_tuer_2007_diaporama_portrait


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément