• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archives pour octobre 2009

Marx – Freud… Et les sciences exactes !

Lorsque j’entends dire et redire que la psychologie est une science exacte, je pense à Marx, Freud et bien d’autres comme Reich bien entendu !

Qu’est ce qu’une science exacte ?
Quelle science pouvons nous définir comme exacte ?

Définir une science comme exacte signifierait :
- C’est bon maintenant on sait !
Alors qu’on ne sait jamais… Qui peut dire je sais tout ? Quelle corporation ?
Et tant que la psychologie ne tiendra pas compte de la sociologie elle en saura encore moins et stagnera longtemps, alors peut être qu’en stagnant l’on peut effectivement définir une science comme exacte ; c’est à dire, exactement comme on souhaite qu’elle soit : des symptômes = une pathologie = donc un traitement = des êtres humains génétiquement identiques, vivant dans le même milieu, ayant les mêmes  » Inné – Acquis et Vécu « .

Ce qui reviendrait à dire que je soigne de la même façon et avec les mêmes mots la depression sévère d’une femme cadre sup bac + 5 et celle d’une ouvrière d’usine qui par chance a pu rester au collège jusqu’à 16 ans la scolarité étant obligatoire.
Que les envies suicidaires de la première parce qu’elle ne pourra pas mettre son enfant dans l’école privée souhaitée sont du même ordre que celles de la deuxième qui n’a plus qu’un paquet de nouilles pour nourrir ses enfants durant la semaine qui termine le mois.

La douleur n’est pas quantifiable et je prendrais soin autant de l’une que de l’autre, mais si la douleur n’est pas quantifiable c’est bien que la psychologie ne peut être une science exacte sans le facteur sociologique.

Marx par ses écrits a tenté de comprendre et soigner la société, Freud lui a tenté de comprendre et soigner le psychisme humain.
Que se serait il passer s’ils avaient pu travailler ensemble ?
Sans doute beaucoup d’alternatives positives pour l’être humain, mais une chose est sure ni l’un ni l’autre n’aurait déclaré ce résultat comme exact car il n’aurait pu être qu’en constante évolution, comme la société et son psychisme et comme le psychisme et sa société.

Marx - Freud... Et les sciences exactes ! dans Les thematiques 1er--tat-de-3-graces-145x10

 

Les chiennes de garde…

Ainsi se nomment elles…

Mais quel os gardent t’elles ?
N’ont elles rien d’autre à ronger qu’une pauvre pub sur le cantal ; mal venue et déplacée leur pub perso alors que nos producteurs de lait croupissent dans le fumier d’une bureaucratie stupide.
Je n’ai jamais porté le moindre intérêt à ces suffragettes d’un nouveau genre ‘BCBG’ qui jouent à saute couillons devant des tartines de Beluga (allégé…)
Où sont elles face au chiffre de 166 femmes mortes en france en 2008 suite à des violences conjugales ?
Où sont elles face aux pub conduisant nos ados et nos jeunes femmes à une mort par anorexie médiatique ?
Où sont elles face aux femmes harcellées et poussées au suicide sur leur lieu de travail ?

Juste à l’ouverture des Restos du coeur, quelle démarche déplorable Mesdames !!!!!!!! 

Les chiennes de garde... dans coup de gueule zannol_Jugement-Drouot

Le harcelement au travail !

L’on parle aisément aujourd’hui du burning out et l’on constate le nombre de suicides grandissant au sein des entreprises mais lorsque l’on aura compris qu’une présence psy est indispensable même ponctuellement dans cet échiquier clos bien des personnes auront craqué avant !

Je les reçois de plus en plus ces personnes épuisées que l’on rabaisse chaque jour davantage, chaque jour un peu plus petites devant un responsable se croyant tout puissant.

Le harcèlement va du petit mot aux grands gestes mais les deux peuvent conduire au désastre ou plutôt auX désastres ; car être harcelé au travail rend la vie familiale impossible, la vie de couple n’en parlons pas car tout est trop, tout est de trop, tout prend des proportions impossibles à comprendre par celui qui ne l’a pas vécu.
Un harcelé devient paranoïaque, prenant la moindre phrase de son conjoint pour une agression supplémentaire. Il ne peut plus faire face si petit qu’il est devenu.

Le harceleur vampirise encore et encore se nourrit du stress de sa victime pour gagner sa zen attitude devant ses supérieurs, car il y a toujours plus haut que cette petite ‘merde’ qui vous bouffe et c’est là où il faut frapper… Plus haut !
Faire redescendre ce personnage de là où vous l’avez mis alors qu’il n’y a pas sa place. Sortez le de votre vie, ne le laissez pas gagner du terrain.
Avancez vos pions, barrez lui la route, enfermez le dans ses erreurs et videz votre poubelle régulièrement chez un thérapeute.
Le thérapeute vous aidera non pas à accepter les bassesses mais à les rendre, car c’est bien ainsi qu’il faut agir avec ces gens là !

Et surtout demain matin avant d’aller travailler, imaginez cette personne dans les situations les plus humiliantes et repensez y lorsque vous l’aurez en face de vous.
Faites le vraiment et vous verrez le résultat !

Le harcelement au travail ! dans coup de gueule tableau-surrealiste.1179994315

Mes amis… Mes amours…

… Leurs emmerdes…

J’aime celui qui m’aime est ce ma faute à moi
si ce n’est pas le même que j’aime à chaque fois…
(Jacques Prevert – Je suis comme je suis)

Je n’ai jamais su aimer à guichet fermé !
Mon principe a toujours été que si l’on a aimé quelqu’un c’est que ce quelqu’un avait quelque chose de spécial et pourquoi perdrait il ce quelque chose de spécial lorsque l’amour s’en va ?
Lorsque les sentiments se transforment en amitié/tendresse après le temps de deuil nécessaire pour passer à autre chose, pourquoi cet autre ne représenterait il plus rien à nos yeux alors qu’il a servi à notre construction et vice et versa ?
Alors sauf cas d’extrème violence psychologique ou de plaie alimentée au gros sel, mes amours sont restés mes amis.
Qu’obtient on à rester amis ? Beaucoup et tout ou beaucoup de tout car si l’amitié hommes/femmes pose question de par l’attraction physique qu’elle peut engendrer ; une fois l’attraction physique passée voire consommée il ne reste que l’amitié.
Nous ne sommes pas la bonne copine, nous sommes cette partie d’eux même, cette partie de quelques années, une tranche de vie ou nous étions mis à nus l’un l’autre, ce moment où nous partagions tout.
Lorsque tout bascule dans leur vie ou lorsqu’un simple grain de sable se pose sur leur chemin ils viennent à moi naturellement parce que de ce tout il se rappelle et ma main pour les guider ils reviennent chercher parce que je les connais.
Il n’y a pas d’ex dans ma vie, mais que des prénoms avec des fleurs et des coeurs autour.
Si celui qui est dans ma vie craint ces parties de moi même, il a bien tort car l’inconnu attire pas le connu…

Et vous ? Vos amours ? Vos amis ? Leurs emmerdes ?

Mes amis... Mes amours... dans Lacher prise dali-salvador-allegorie-der-seide-9985848

 

 

Confiance… Mensonges… Pardon…

Nous avons tous au moins une fois dans notre vie non seulement utilisé ces mots, mais pratiqué…

Pratiqué la confiance – Pratiqué le mensonge – Pratiqué le pardon !

Jusqu’où peut on avoir confiance ?
Jusqu’où peut on aller dans le mensonge ?
Jusqu’où peut aller notre pardon ?

D’aucun vous diront que le mensonge est une protection pour soi ou pour les autres… Mais il existe aussi ‘les gros’ et les ‘petits’ mensonges. Ceux qui peuvent sauver et d’autres détruire..
Détruire la confiance, faire en sorte que l’on ne vous fasse plus confiance, n’est ce pas une sorte d’auto destruction ?
Si l’on peut pardonner, combien de fois le peut on sans abîmer le vernis que nos yeux ont déposé sur l’autre ? Sans piétiner l’estime de soi ?

Et si ensuite le mensonge teintait plus fort que la vérité…

J’ai eu confiance… L’on m’a menti… J’ai pardonné…
Mais mes yeux seront ils capables de revoir la personne briller par ce vernis posé de mes yeux ?

 

Confiance... Mensonges... Pardon... dans Les thematiques rhorbal1

 


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément