• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Archives pour décembre 2009

La place de l’invité surprise

En ce soir de Noel, je réalise que je perpetue cette tradition !
Un couvert en plus à table au cas où une personne arriverait dans le besoin, dans la faim, dans la solitude…
Et papa est là aussi sa photo posée tout près d’une bougie allumée veillant sur nous ( et surtout à ce que le pain ne soit pas à l’envers….)

Bon Noel à tous !

 

 

Passion

Ton amour est en toi
Tu souris, mais tu pleures à l’intérieur
Tu voudrais hurler à quel point tu l’aimes
Mais il ne t’entend plus !
D’ailleurs t’a t’il déjà entendu ?
S’est il déjà étendu sur tes états d’âme
Ne s’est il pas contenté d’entendre les siens ?
Ses désirs n’étaient ils pas des ordres ?
Des ordres et désordre
Ordonnés ; désordonnés
Apitoyée sur lui même
Tu t’es oubliée toi m’aime
Qui es tu ?
Tu ne sais plus !
Tu es lui
Tu es ce qu’il pense
Mais c’est toi qui panse
Encore et encore
Tu panses sans cesse ses blessures
Alors que de ton sang toi tu te vides
Vide de sens
Ou sont les sens ?
Dans quel sens ?
Où vas tu ? Tu ne sais plus Tu le suis
Il est ton ombre
Tu es la sienne
Sombre…
Son amour est en lui
Il sourit, mais il pleure à l’intérieur
Reprends ce poème dans l’autre sens
Et tu y trouveras un sens

Passion dans Lacher prise 0580699001233510199

 

 

 

 

Ane et Cdote

Voilà appelons les ainsi :

Ane et Cdocte font leurs courses de Noël… Un couple de septagénaires.
Alors que ma fille et moi dans une file d’attente à une caisse de supermarché admirons au passage le bébé d’une petite famille noire, Ane et Cdote leur font face arrivant dans le sens inverse derrière la file.
Puis soudain une phrase de Cdote faisant suite à un ‘PFFFF’ d’Ane :

- ça ne vous laisserait même pas passer

Eh bien moi c’est le ça qui n’est pas passé et au regard de ma fille que je croise,  je sens que pour elle non plus ; j’interpelle alors Cdote :

- Excusez moi Monsieur qu’entendiez vous par ‘ ça ‘ ?
- Bein tout ça là pas de respect pour les personnes de notre âge
- Vous parlez donc bien de cette petite famille noire et sous prétexte qu’elle est noire, elle est ça. Sachez Monsieur que le respect n’est pas à sens unique et qu’il vaudrait mieux pour vous que vous regagniez votre machine à remonter le temps car visiblement votre siècle n’est pas le notre et le bon temps des colonies est terminé depuis un moment déjà car voyez vous, nous qui vivons en 2009 fêtons un Noël coloré ! Vos propos sont à la fois déplacés et surtout dépassés alors pourquoi les laisser passer plus que vous ??? !!!
Joyeux Noël dans votre cocotier !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je recroise le regard de ma fille plein de fierté et devant moi une dame métisse d’un certain âge avec un grand sourire me lance tout doucettement … Merci…

Ouf ça fait du bien de l’écrire !!!!!!!!!!!!

 

 

 

 

 

Les enfants – le jeu et la thérapie

Il n’est pas simple d’entrer en contact avec l’inconscient des enfants. Déjà parce qu’ils ne viennent pas consulter, la première fois au moins, par choix personnel ; que souvent le mot PSY leur fait peur.

Mais il est fascinant de constater à quel point leur univers s’ouvrent devant un jeu vidéo.

Lorsque sur mon ordinateur ils trouvent des jeux portant leur prénom, des jeux juste pour eux, la porte s’entrouvre.
Ils démarre LEUR jeu et là tout commence, commence le merveilleux voyage dans leur univers…

Il me faut souvent trouver les 1 – 2 ou 3 bonnes questions afin de continuer à ouvrir la porte et tout vient à la suite. Ils n’ont pas l’impression de se livrer tant ils sont fixés sur leur jeu.
Détendus, en confiance, ils parlent de leur vie, de leurs soucis, de leurs rêves et cauchemars en oubliant presque ma présence.

Les parents sont étonnés qu’ils demandent à revenir, étonnés de ce qui peut ressortir de ces séances et petit à petit l’ordinateur s’oublie et ils me font face, cette fois leur porte est grande ouverte.

Ainsi je leur explique que je suis à la fois leur journal intime et le chemin qui mène à leurs parents ne leur transmettant que ce qu’ils souhaitent transmettre eux même.

Une pensée à mon petit Florent de 6 ans qui ne passera pas une séance sans me dire :
- Tu sais zocelyne je te aime et toi tu me aimes ?

Une pensée pour Enzo 4 ans, qui un matin demanda en larmes à sa maman à me voir vite.
Je n’ai pu le prendre que quelques jours plus tard et dans ce laps de temps il rencontra une amie orthophoniste qui me confia ces quelques mots :

- Tu sais ze vais voir zocelyne vendredi
- Ah c’est très bien !
- Oui pazque zé des soses à lui dire mais c’est loin vendredi…
- Tu sais tu peux m’en parler si tu as besoin avant de voir Jocelyne
- Vi mais tu sais c’est pour la psy ces soses là
- Comme tu veux mais je t’écoute si tu le souhaites
- Bin ya un copain à l’école qui m’a dit ‘t’as le zizi qui pue’
- Ah oui tu as raison, c’est pour Jocelyne ces choses là
- Tu vois te l’avais dit c’est pour la psy

Magnifique non ?

A tous mes petits, je profite de cet article pour leur souhaiter un joyeux Noël et que le père Noël les couvre de cadeaux et surtout les comble de bonheur.

 

Les enfants - le jeu et la thérapie dans Les thematiques 661851236775353fond_logo_cours

 

 

Les ‘ YA KA ‘

Nous sommes entourés de ‘YA KA’ ; ils sortent de partout les ‘ YA KA’ et moi, là, ils me gonflent les ‘YA KA’……………………………………………

Mon adorable patiente anorexique se rend au centre spécialisé, et elle ressort avec un :

- Il faut manger !

YA KA !!!!!!!!!!!!!!!!

Ma petite boulimique se rend chez un gyneco pour savoir d’où vient son problème de fécondité :

- Il faut maigrir !

YA KA !!!!!!!!!!!!!!!!

Mon gentil dépressif se rend chez son psychiatre qui lui a collé une camisole médicamenteuse à tel point qu’il peut à peine se mouvoir :

- Il faut faire du sport !

YA KA !!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon jeune alcoolique se rend chez un adictologue pour avoir des conseils :

- Vous devez arrêter de boire !

YA KA !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ma jeune adulte se rend au tribunal pour une petite bêtise commise :

- Vous devez trouver un travail !

YA KA !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Alors avis aux émetteurs de ‘ YA KA’ archi-diplômés :

- Si vous n’avez que que cela à répondre à mes patients YA KA me les laisser ils avancent très bien avec moi et sans vous, et si c’est juste pour la trésorerie que vous les prenez demandez un prêt à votre banquier ou prenez votre retraite anticipée ou une année sabbatique.

En tous cas……………. Vous n’avez qu’à !

 

Les ' YA KA ' dans coup de gueule 45462

 

 

 

Etrange inconscient collectif

Il est des matins où ma journée commence avec un oubli…Une séance oubliée !
Et je sais maintenant que ce jour là en contiendra plusieurs.
Pourquoi ?
Comment ?
Par quel mystère plusieurs personnes le même jour oublieront leur séance ?
Étrange inconscient collectif.
Etrange constatation qui fonctionne toujours dans un pluriel ordonné !
De même que le lendemain, les appels se succéderont pour reprendre rdv devant cet oubli ; cet acte manqué collectif…
Mais où étaient ils donc dans cet instant tous en même temps ?
Dans quelle dimension parallèle puisqu’ils ne sont jamais UN !?
Nous ne sommes donc jamais seuls ???!!!

 

Etrange inconscient collectif dans Les thematiques espace_temps_a_auray

 

 

La valse des patients

Comme il serait bon parfois qu’ils se croisent !
Les arrivants, les larmes aux yeux et les partants, le sourire aux lèvres…

Je suis autant touchée de voir arriver les nouveaux, que de voir partir les anciens.
Pour les nouveaux c’est une aventure à deux qui commence et pour les anciens c’est une aventure avec eux « m’aime » qui débute.

J’appelle valse ce va et vient car c’est un flot continu et incroyablement surprenant ; le jour même où l’un s’envole, un autre appelle pour prendre sa place…
Étrange métier, étrange espace, entre le temps et l’autre…

A chaque arrivant, j’explique qu’il vient de franchir ma porte dans un fauteuil roulant inconscient mais que bientôt deux béquilles le remplaceront, puis une seule, puis SEUL ils franchiront cette porte dans un sens puis dans un autre sachant qu’elle restera ouverte en cas d’entorse ou de bleus à l’âme.

Comme il serait bon parfois qu’ils se croisent !
Les partants, le sourire aux lèvres donnant le courage aux arrivants, les larmes au yeux…

 

La valse des patients dans Les thematiques peintures_figuratives_22

Chauds doudoux

- Bonsoir les enfants, c’est Pierre-Louis qui vous parle….

Une cassette 1000 fois écoutée ; l’enregistrement de l’émission de papa destinée aux enfants, sur une radio locale ; l’émission n’existe plus ; la voix chaude s’est éteinte… Je n’ai plus, non plus, de ‘chauds doudoux’

Qui était mon père ?
Enigmatique personnage qui a gardé ses mystères jusqu’à la fin.
La fin… Quel terrible mot ! Impossible mot à poser sur des personnes tant aimées.

Souvent des patients et patientes me demandent :
- Faisons nous un jour le deuil de nos parents ?
Je leur réponds que non mais que l’on apprend à vivre avec eux et sans eux.

Papa…
Comme pour tout le monde, l’approche de Noël me ramène à mes souvenirs d’enfant.
A mon père…

Compte tenu du personnage, je me surprends plus à sourire, voire à rire en pensant à lui, les années ayant apaisé la douleur.
Petite, je semais toutes sortes de nouilles, persuadée par papa que pousseraient des coquillettes, spaguettis et autres tortillettes, me faisant les arroser tous les jours et allant même jusqu’à en étaler quelques unes pour que je sois heureuse de mon semi…
Si nous restons au niveau du jardin, je me souviens que chaque année il faisait semer son persil par un voisin…………. Eh oui ; l’adage selon lequel le persil pour être beau doit être semé soit par un enfant, soit par un imbecile. A son décès d’ailleurs le voisin en question me lança fièrement cette phrase » Et dire que je lui semais son persil tous les ans ».
Oh ce brave homme ne saura jamais pour quelle raison. C’était juste papa, avec ses travers ironiques et comiques…
Je crois que pas un jour de sa vie ne se passa sans qu’il ecrive et envoie une lettre recommandée et je l’ai ce classeur de doubles de lettres qui lui seul meriterait d’être édité.
Procédurier ? NON !
Chiant ? OUI !
Il n’aimait pas l’injustice…

Mon père était froid, solitaire, imperturbable, tout comme il pouvait être gai, convivial et touchant.
Petite il était mon idole, je n’ai jamais souhaité épouser mon père comme le souhaitent beaucoup de petite filles, non, je voulais être lui tout simplement.
Il était aussi à l’aise dans son costume trois pièces pour diriger son entreprise à Paris, que les deux pieds dans la boue pour jardiner, chasser ou pécher.
Aucun mot, aucune phrase ne lui échappait, il les attrapait tous au vol pour les tourner dérision ou en… lettre accusé de recéption…Il pouvait passer un week end sans m’adresser la parole et courir derrière ma voiture au moment de mon départ une rose à la main.

Comme chaque année à Noël je laisserais sur la table un petit verre de cognac « pour le père Noël’ et comme chaque année depuis 3 ans ce verre au matin sera toujours plein…

Je t’aime PAPA et je dépose là ta rivière :

Chauds doudoux dans Lacher prise

 

 

 

 

Amoureuse d’une ville

J’ai vécu tout au long de ma vie dans diverses ville en France…
J’en ai traversé d’autres durant les périodes estivales…

Mais… MARSEILLE…
Le coup de foudre !
Pour la ville, pour les habitants, pour son ambiance envoûtante !!!!!!!!!!

Demandez votre chemin à Lyon ou à Paris, on vous répondra de manière froide et rapide, si toutefois on vous répond…
Demandez votre chemin à Marseille et la circulation s’arrête ; vous recevrez tellement d’informations qu’à la fin vous ne retiendrez plus que l’accent et le sourire. Et même… la personne qui vous renseignera vous proposera de vous ouvrir la route.

Vous avez connu ça ailleurs ?
Moi pas !

Lier des amitiés vraies, sincères et durables en un laps de temps très court ; ça aussi je le connais maintenant.
Un appel ensoleillé par l’accent et vous vous sentez réchauffé tout entier, presque sur le Prado un bel après midi de juin.

Pagnol vous possède lorsque vous regardez le vieux port, même s’il est diffèrent, car si vous ouvrez grand vos yeux les trois papets sont toujours sur un banc.
Quelques cagoles sur la canebière…
Ne voyez pas que les pub et les boutiques à souvenirs, levez les yeux vers ces immeubles centenaires, qui ont vu et entendu Raimu…

Enivrez vous de l’accent, encore et encore ; des sourires, encore et encore; des regards, encore et encore…
Consommez sans modération ce que les marseillais vous donnent de chaleur humaine.

Moi qui n’aime pas le foot et ne m’y suis jamais intéressée, je me retrouve piégée par l’OM  ; piégée par les supporters les soirs de match. Tous en bleu et blanc, du PDG avec son costume portant les couleurs, à l’ouvrier les arborant fièrement. Les femmes en tailleurs bleus et blancs et d’autres en jeans décorés pour la circonstance.
C’est merveilleux le Prado un soir de match, c’est Marseille uni en deux couleurs.

Marseille on aime ou on n’aime pas, mais MARSEILLE c’est coeur énorme qui bat !

 

Amoureuse d'une ville dans Laissez aller marseille
 

 

 

 


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément