Où pars tu Amandine ?

Lorsque je t’ai trouvée ce soir dans ma salle d’attente assise près de tes deux peluches bleus, leur faisant lire ‘Le roi lion’ j’ai eu un pincement au coeur et une haine immense pour celui qui t’a fait ça…

Au plus, ce soir, tu avais 5 ans…

Où pars tu jolie jeune fille de 18 ans ?
Comment te sortir de ce refuge que tu t’es fabriquée ?

Ton ami, ton amour, celui qui veille sur toi, m’avait parlé de tes crises mais je ne t’y avais jamais vue.
Jamais vu cet endroit à toi, jamais entendu ton langage de petite fille.
Tu es entrée dans mon cabinet comme si tu n’y avais jamais mis les pieds, admiré les photos que tu connais pourtant si bien depuis tous ces mois ; mais de mon prénom tu t’es rappelée avec ton petit sourire tu l’as prononcé.

Nous nous sommes occupées de tes peluches, tu m’as parlée du bobo que le monsieur t’avait fait… En prenant des tics nerveux au niveau de ta gorge qu’il a serrée si fort que tu en rêves encore.
Tout ton langage était infantile mais tu écoutais tout et répondais à tout. Où étais tu Amandine ?

Tu es venue ce soir arrivée quelque part de ton enfance comme pour me montrer la grandeur de ta souffrance et me dire ‘aide moi’…
Ce soir, tu vois, je me rends compte des limites de mon métier et je m’en veux d’être limitée à ce point.
Qui peut t’aider ?
Qui peut m’aider à t’aider ?

Où pars tu Amandine ? dans Les thematiques flo-souffrance-154x85

 

 

9 commentaires à “Où pars tu Amandine ?”


  1. 0 Opale 24 mai 2010 à 9:28

    Quel courage oui que de laisser voir la petite Amandine…
    Décidément chacun de vos posts sur les agressions sexuelles (car je suppose qu’il s’agit de cela) me bouleverse…ça me parle tant.
    Merci à vous.

  2. 1 femmepsy 23 mai 2010 à 19:51

    Merci pour vos encouragements !
    Dans notre métier, nous avons tous et toutes des moments où l’on doute tant le travail nous semble immense ; mais cela passe vite et nous repartons avec de nouvelles clés et c’est vrai Nicole, Amandine m’a ouvert une porte importante. Et son histoire, Zoé s’écrit effectivement comme une musique, comme une symphonie et de ce drame elle renaitra plus forte encore.

  3. 2 nicole 86 23 mai 2010 à 18:26

    Amandine vous a ouvert la porte de petite Amandine, elle vous a donné la permission d’y entrer ; elle a franchi un pas immense, elle sait que vous pouvez l’aider ; laissez vous guider, Amandine vous dira ce dont elle a besoin, sinon elle le prendra toute seule.

  4. 3 ZOE 23 mai 2010 à 14:49

    IL faut retrouver sa musique secrête et chanter sa vie lorsqu’on n’a plus les paroles on a peut-être encore un air a fredonner : La la lala , lala lala lala …. Moi , je m’balance lalala lalala …. Moi j’m'en balance lala la lalala mais c’est moi qui choisit .

  5. 4 ZOE 22 mai 2010 à 22:54

    Je relis encore ce texte et je me dis qu’il est ecrit comme une chanson … alors je te le dis , une chanson d’une vie et sa poésie . Je dis cela car j’en ai l’impression intime , une chanson .

  6. 5 Charlotte 22 mai 2010 à 15:09

    … je m’en veux d’être limitée à ce point…
    Qui peut m’aider à t’aider ?… »
    Un autre…psychanalyste à qui vous vous pourriez parler du cas qui vous tourmente. Ceci est une question.
    Ne perdez pas confiance en vous…Elle a besoin de vous…Quant à moi, je vous trouve excellente… dans vos écrits.

  7. 6 femmepsy 21 mai 2010 à 20:47

    Merci toutes deux pour vos mots déposés un peu sur les maux d’Amandine puisque vous me faites du bien à moi !

  8. 7 Christine 21 mai 2010 à 6:29

    Il est des chemins qui nous paraissent inaccessibles, et pourtant derrière un regard, un geste, un mot, un silence, comme une lueur…
    Il n’y a rien de plus précieux que ce temps avec l’analyste, ou tu te sais accueilli, écouté, respecté, entendu, l’aide apportée commence déja là…

  9. 8 ZOE 20 mai 2010 à 22:31

    Souvent je lis tes textes comme je lirais des poémes … Peau aime .

Laisser un commentaire


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément