Archives pour août 2010

32 ans

Ce soir je pense à toi
A tes grands yeux bleus

 

Ce soir je pense à toi
A ces 32 bougies que tu ne souffleras pas

 

Ce soir je pense à ta maman
A ses larmes qui ne parviennent plus à couler

 

Ce soir je pense à ton papa
Isolé dans un ailleurs pour ne pas s’effondrer

 

Ce soir je pense à ton frère
Qui survit dans la colère

 

Ce soir je pense à ton mari
A sa douleur plus pesante encore en ce 31 août

 

Ce soir je pense à ta belle soeur et amie
La jeune mariée attristée

 

Ce soir je pense à ton bébé
Qui n’applaudira pas les bougies

 

 

 

Ce soir je pense à ce pont
Qui t’a conduit si loin

 

Ce soir je pense
Au gâchis de tant de vies…

 

 

 

32 ans dans Laissez aller bougie

 

 

L’inceste en France en 2010 !

Alors maintenant il parait que l’on peut en parler !

Bon le tout est de savoir à qui… Et surtout à quoi ça servira !!!!! Où pire encore… A qui  ça servira ???

TANT que l’on considérera qu’il ne faut pas rompre les relations avec les parents, les pires soient ils, en parler ne servira qu’aux bourreaux !
Car l’enfant lui ne pourra se reconstruire que lorsqu’il n’aura plus en face de lui les responsables de ses souffrances physiques et psychologiques.
Qui n’est pas d’accord avec moi se manifeste ici !
Ceux qui sont d’accord aussi bien sur !

La question d’ailleurs ne se poserait même pas si les bourreaux étaient derrière des barreaux.
C’est peut être d’ailleurs ce que vous pensiez qu’ils étaient condamnés ! Mais que nenni !
Vous en croisez peut être chaque jours de ces parents qui ont abusé sexuellement de leurs enfants et qui achètent le pain chaque matin TRANQUILLEMENT !

J’ai entendu parler ce matin du cas d’une jeune fille ayant été abusée sexuellement comme ses trois frères et soeurs durant des années par leur père ; jeune fille placée en famille d’accueil qui se doit de rencontrer son père un week end sur deux dans le cadre de visites médiatisées, mais cela est tout récent auparavant les parents malgré la plainte déposée par la jeune fille, avaient encore le droit et la possibilité de recevoir leurs enfants chez eux un week end sur deux. Temps de réflexion du juge qui a permis au père d’abuser encore de ses enfants durant ce laps de temps de réflexion… (vacances sans doute)

Toujours est il que cette jeune fille et ses frères et soeurs se retrouvent régulièrement face à leur bourreau dans l’obligation de lui faire des sourires et de parler de leur vie comme si papa était un adorable papa qui a juste fait une petite bêtise sans conséquence et ceci sous l’oeil attendri d’une éducatrice !!!!!!!!!!

Des histoires comme celles là entendues et vérifiées je ne peux même plus les compter sur les doigts de mes deux mains.

Alors, OUI, en 2010 en FRANCE on peut parler de l’inceste. Mais ???? !!!!

En 2008, il est vrai, qu’il ne fallait pas en parler du tout !
Présidente d’une association luttant contre inceste et abus sexuels, j’avais reçu un appel d’une éducatrice de la DASS suite à un article paru dans le journal local annonçant un concert donné en faveur des victimes ayant pour but également d’informer sur la triste réalité ; cette éducatrice trouvant immoral de lire dans son journal au petit matin en prenant son café, les mots : INCESTE ET ABUS SEXUELS !!!!!!!!!

La triste réalité surtout est que même les juristes destinées à aider les femmes croient encore à Blanche Neige, à Cendrillon, et autres contes de fées, restant persuadées que ‘yaka’ déposer plainte et que le méchant sera puni.
Mais les victimes n’y croient plus et je les comprends ô combien !
Lorsque nous voulons les aider, nous sommes seuls, il faut bien le savoir.
J’ai déjà forcé et défoncé des portes et je continuerai à le faire !

Mais qu’est que l’inceste aujourd’hui en FRANCE ?
Une punition comme les autres ?

En parlant de punition et pour comparer le zèle de notre justice ainsi que son ambivalence ce fait divers qui visiblement était beaucoup plus GRAVE que l’inceste tant il a mobilisé les troupes à une vitesse incroyable…

Alors parler oui mais où et à qui ? Et surtout… POUR QUOI ?

L'inceste en France en 2010 ! dans Les thematiques angemort

 

Juste au passage

Lorsque que le mot destruction émane et rime au passage avec :

- Ambition
- Prétention
- Trahison
- Inhibition
- Tentation
- Illusion
- Fellation

Il n’en a pas le même son…

 

Il ne peut rimer qu’avec

- Compassion

 

Salutations

PS : Désolée je suis réputée pour ne pas avoir la langue de bois et répondre du tac au tac à toute attaque. Tu sauras que cela s’adresse à toi !

La dépendance affective ou la défaillance du père

A + B = P
Comme père

Bien sur la théorie s’apprend dans les livres mais la pratique elle est irremplaçable, oui je l’ai lu oui j’ai du le lire, oui j’ai du l’apprendre.

Mais ce que je vous livre aujourd’hui tient du vécu, de l’expérience et de l’écoute…

Depuis le début de mes années de pratique, elles s’additionnaient et s’additionnent ; aujourd’hui je pose l’opération après en avoir fait le calcul mental.

Elles ont entre 20 et 30 ans sont pour la grande majorité dans des études ou des professions ‘d’aide’ :

- Étudiantes infirmières- étudiantes psy – étudiantes éducatrice spécialisées – étudiantes orthophonistes – étudiantes AMP – ect…

- Infirmières – Psy – Éducatrices spécialisées – Orthophonistes – AMP – ect…

Elles souffrent de névrose d’abandon et de par ce fait de dépendance affective.

Qu’est ce que la névrose d’abandon ?
Ne pas supporter d’être quittée, leur vie amoureuse est un psychodrame continuel. Si elles sont quittées, elles se placeront dans un état névrotique proche de l’auto destruction dans le seul but de récupérer l’autre et ceci dans le but ultime pour ELLES de le quitter. Ceci afin que l’abandon en leur inconscient ne soit pas à sens unique et qu’elles n’en soient pas les seules victimes.
Elles ont conscience que leur couple n’est pas ‘viable’ elles ont conscience de ne pas avoir choisi la bonne personne, qui est en général totalement à l’opposé d’elles mêmes mais elles sont attirées par ce besoin d’aide qui leur semble émaner de cette personne. Transformant ce besoin d’aide en un besoin elles il leur est donc inconcevable que l’autre les quitte car ceci les renvoie à ce que nous lirons plus bas.

Elles ne sont pas perverses, loin de là, elles sont dépendante affectives :
La dépendance affective affecte autant les relations amoureuses que les relations amicales. Le besoin d’être aimées est à ce point fort qu’elles ne supportent absolument pas qu’on puisse ne pas les aimer et pour cela elles se rendront ‘aimables’ par tous les moyens étant présentes sur tous les fronts en cas de besoins réels ou suggérés par elles mêmes. Un seul mot suffit à les détruire, car susceptibles à l’extrême rien ne peut leur être dit sans que ce rien prenne une proportion fortement exagérée si elles se trouvent en ‘crise’ de dépendance et surtout, posons le mot, lorsque le manque de confiance en elles est en pleine explosion.
Leurs relations tant amoureuses qu’amicales s’en trouvent totalement étouffées et faussées. Les crises d’hystérie ne sont pas rares !

Pourquoi père défaillant et qu’est ce qu’un père défaillant ?

- Suicide du père durant d’enfance – multiples tentatives de suicide du père – père alcoolique – père affectionnant particulièrement une de leur soeur – père vivant par pour et dans sa profession – ect…

C’est ainsi que privées du complexe d’Electre – privées de narcissisme – privée du regard du père elles se construisent sans avoir pu faire l’apprentissage de la séduction, sans avoir pu développer leur égo, sans prise de confiance en elles aux yeux des hommes.

Je remarque également que les jeunes femmes ayant grandi dans un milieu mono-parental, élevées uniquement par la mère ne développent ni symptômes, ni pathologies de cet ordre. L’absence étant différente de la défaillance !

Le pourquoi des études ou professions choisies semble évident mais pas dans le sens pensé en première lecture car ce n’est pas elles ni les autres qu’elles cherchent à aider mais ce père… Défaillant…

 

La dépendance affective ou la défaillance du père dans Les thematiques h-20-1747864-1255870119

 

Nuit de cauchemar pour lacanien

Journée d’écoute difficile jeudi !

De ces journées où l’on tente de tenir nos patients à bout de bras les sentant sombrer dans un précipice et sentant dans le même temps notre main moite et inutile.

Oui dure journée que je terminais à 22 heures avec en résonances les derniers mots de ma dernière patiente ‘ je vais tenter de trouver le bus qui m’enlèvera cette vie inutile’

Douchée et prête à me relaxer, c’est alors que mon portable avec sa sonnerie m’indiqua un appel…  » Amandine  » !
Je décrochai et reconnu à peine la voix de son compagnon tant elle était empreinte d’angoisses.

 

- Jocelyne c’est Sylvain, je sais qu’il est tard mais je ne sais plus quoi faire…
- Qu’il soit tard n’a aucune importance Sylvain que se passe t’il ?

 

Derrière j’entendais un cri plaintif comme venant d’un petit animal blessé.

 

- Amandine s’est mutilée et continue à le faire, je n’arrive pas à la faire arrêter
- Où s’est elle mutilée ?
- Partout… Et là elle essaie de s’étouffer avec un oreiller

 

Tout en imaginant la scène et le gardant en ligne, je partais déjà en direction de mon armoire…

 

- Bon Sylvain, je pense que nous n’avons pas le choix là !
- Non je ne crois pas
- Enveloppe la dans une couverture ; mets la dans la voiture et direction les urgences
- Mais vous ne venez pas avec nous ?

 

L’angoisse était réelle et lourde dans la voix de Sylvain…

 

- Passe me chercher ! Je t’attends !!!

 

Depuis quelques jours Amandine repartait dans son monde à elle, les crises étaient réapparues après de nombreuses semaines de tranquillité…
Elle était repartie dans son refuge suite à son dépôt de plainte, suite à cette grande décision qui n’a rien d’anodin et qui, elle le savait l’obligerait à revenir sur tout ce qu’elle avait subi.

Relater les faits – faire le portrait robot du violeur – la reconstitution des faits – …

Je l’avais vue l’après midi même et son attitude m’avait inquiétée car entre larmes et rires elle se torturait les mains en entrelaçant ses doigts.

… Un jean, un pull, une pince dans mes cheveux et j’étais de nouveau prête à l’accompagnement.

Minuit sonnait lorsque les phares de la voiture arrivèrent jusqu’à ma maison et je trouvais effectivement mon ‘petit animal blessé’ pelotonné dans sa couverture ensanglantée et un jeune homme au volant pâle et fébrile.

- Suis moi ce sera plus simple pour tout le monde

Vingt minutes de route avant d’arriver à l’hôpital, au cours de cette route je prévenais de notre arrivée avec mon portable tentant d’éviter à Amandine l’attente insoutenable aux urgences.

Je la sortais précautionneusement de sa voiture, elle me sourit !

- Alors t’es contente ? Tu vois elle est là je te l’avais dit qu’elle serait avec toi !
Lui glissa son compagnon…

- Tu peux marcher ça va ?
- Oui

Nous étions effectivement attendus même si la barrière administrative était belle et bien présente également bloquant Sylvain au bureau des admissions.
Devant son regard toujours aussi inquiet je lançais :

- Je l’accompagne ne t’inquiète pas

Je me glissais donc dans les couloirs des urgences avec Amandine dans les bras suivant une infirmière dont la tranquilité m’exaspera !!!

Arrivées dans une salle d’examens elle me tendit un sac en plastique :

- Aidez la à se déshabiller et à enfiler ceci ; mettez ses affaires dans ce sac le médecin va venir !

De nouveau seule avec Amandine, je la soutenais de mon mieux ; physiquement cette fois et évaluais dans le même temps l’étendue des dégâts.
L’aidant à s’allonger, je croisais son regard qui tentait de me dire « ne me posez pas de questions s’il vous plaît »
Debout prêt d’elle je regardais l’horloge marquer 1h15…

1h30, un jeune médecin fit son entrée.
Amandine dans un mutisme total j’expliquai le pourquoi du comment sous son autre regard celui du petit animal blessé qui ne veut plus entendre ni émettre un son.

Je sortais pendant l’examen médical et fut rappelée par le médecin qui informa devant moi Amandine de son transport à l’hôpital psychiatrique.
Il lui expliqua que si sa thérapeute l’avait accompagnée jusque là ce soir c’est qu’elle pensait elle aussi que les mots ne suffisaient plus et qu’elle devait être vue par un psychiatre afin que ce passage à l’acte ne se renouvelle pas.
A mon grand étonnement Amandine acquiesça au moment même où j’approuvais les mots du médecin par un mouvement de paupières.

2 h à l’horloge lorsque l’infirmier fit son entrée pour la prise de sang obligatoire dans le but de déterminer toutes ingestions de substances toxiques. Je ressortais donc une nouvelle fois.
L’infirmière m’informa que l’ambulance serait là dans une heure environ, le temps d’avoir les résultats d’analyse.

J’en informais donc Amandine à mon retour dans la salle d’examens et tout en lui prenant la main pour la rassurer, je l’informais dans le même temps de mon départ et devant sa panique je tentai de trouver les bons mots :

- Je vais aller rassurer Sylvain quand même et je te l’envoie dans le même temps
- Je ne veux pas rester seule j’ai peur
- Mais tu ne seras pas seule, je te l’envoie de suite
- Oui mais vous vous partez…
- Amandine, je ne suis pas loin tu le sais et Sylvain m’appellera tout à l’heure lorsque vous serez à l’HP
- Je le connais pas le psy de là bas. Il va falloir que je lui dise tout ENCORE…
- Non, écoute, le médecin a tout noté, il va juste te donner quelque chose pour que tu ailles mieux, pour que tu n’aies plus mal à ce point

Longue conversation pour la rassurer et la motiver sur le bien fondé de son transport là bas…

2h30 je la quittais avec enfin sur ses lèvres un sourire !

Je m’arrêtais près de Sylvain dans la salle d’attente des urgences qui tournait lui comme un lion en cage, lui expliquais ce qu’il en était et même réaction :

- Vous partez ???????????
Et même réponse :
- Oui mais je ne suis pas loin et tu m’appelles dès que vous êtes là bas et qu’il y a du nouveau ok ?
- Ok !
- Allez file la rejoindre et j’attends ton appel

A 3h15 j’étais chez moi, tournant à mon tour comme un lion en cage attendant cet appel tout en me disant que jamais elle n’accepterait de rester là bas…

Je me couchais sans dormir vraiment sachant que mon portable sonnerait peu de temps après et je su juste cette nuit là qu’elle était entre les mains d’un psychiatre…

Le lendemain ou plutôt le matin même à 8h30 Sylvain m’apprenait qu’elle n’avait pas voulu rester et qu’elle allait de nouveau mal…
Je m’interrogeai alors sur les mots employés par le psychiatre, sur sa vision de l’urgence de l’hospitalisation d’office, sur le comment il voyait l’avenir d’Amandine sans traitement… ??? !!!

Je compris très vite que je devrais consacrer ma journée à tenter de convaincre Amandine de la necessité de son hospitalisation et j’annulai tous mes rendez vous de la journée…

Entre mes conversations à son sujet avec mon amie Christine qui est son médecin et celles que j’eus avec Sylvain et Amandine la journée passa on ne peut plus vite entre fatigue et inquiétudes…

A 17 h Amandine pris la décision ; à 17h05 j’appelais l’HP pour prévenir de son arrivée où l’on me dit qu’ils étaient « complèts » comme l’eut pu me dire un hôtel au mois d’août et le moment ou on lui trouva une place ; à 18h30 Amandine était mise enfin en sécurité contre elle même !

A 17h01 je décrochais Amandine de sa psy lui annonçant qu’elle devrait faire cette démarche seule sans moi.

Je ne dormi pas mieux le vendredi soir empreinte d’Amandine et de ses fantômes et j’attends demain avec impatience afin de converser avec celui qui maintenant a pris le relai pour quelques temps…

Oui nuit de cauchemar pour lacanien et inutile de préciser pourquoi mais nuit normale pour une reichienne sans utilité de précisions non plus !

Nuit de cauchemar pour lacanien dans Les thematiques lyzane_potvin_peinture01

 

 

Un amour aussi grand que ça…

Lorsque par téléphone, elle m’a demandé hier matin un rendez vous en urgence, sa voix tremblait. Elle semblait même peu certaine de vouloir ce rendez vous; elle arriva d’ailleurs avec 15 minutes de retard.

Pendant 45 minutes je l’ai écoutée sans mot dire, il me semblait qu’elle me lisait un roman dont je voulais absolument connaitre la suite mais pas la fin.
Elle m’a tellement bien décrit l’Amour son Amour qu’il était presque palpable.
Je pouvais presque lui mettre un visage, le visage de cet homme tant aimé dont elle me parlait…
Aimé depuis 30 ans
La vie les a séparés puis les a réunis de nouveau, mais lui n’est plus libre.
Elle a continué à vivre sans lui durant toutes ses années, non, pas vivre me dira t’elle mais survivre ou plutôt vivre pour les autres, uniquement pour les autres…
Pour celui qui a partagé sa vie mais n’a jamais été aimé comme l’HOMME qui hantait ses nuits ; pour ses enfants qu’elle a elevés avec l’amour d’une mère tendre et attentionnée.
Oui cette femme a vécu à travers le bonheur qu’elle donnait aux autres, mais maintenant veuve et grand mère, elle voudrait tant goûter au bonheur, juste un petit morceau, tout petit…

‘Pour une minute avec lui je donnerais 10 ans de ma vie, ma vie… Mais qu’est ma vie sans lui ??? Je n’ai pas eu de vie puisqu’elle était sans lui’

Des larmes doucement ruisselaient sur ce visage beau comme peut l’être le visage d’une femme qui aime à ce point…

Une psy lui a dit :
- Mais quelle vie épouvantable vous avez eue ! Vous êtes passée à côté de tout

Pas brillante cette phrase qu’à mon humble avis elle aurait pu retenir…

Elle n’est pas passée à côté de tout, ils ont vécu en parallèle presque côte à côte car la force de cet amour là les a accompagnés tout au long de ces années.

Une force tellement vive qu’ils se sont à nouveau croisés et que 30 ans leur a paru 30 minutes…
Il lui a dit :
- Tu es si belle, comme hier…
Elle lui a répondu :
- Tu es beau comme ce matin…

Elle pleure aujourd’hui ce qu’ils n’ont pas partagé. Elle voudrait mourir pour ne plus souffrir. Et pourtant…

Et pourtant en m’écoutant à la fin de sa séance, en réécoutant simplement les mots qu’elle m’avait donnés, elle s’est remise à espérer, à penser que peut être, tout compte fait, la vie leur donnait là une deuxième chance.

 

Et quoiqu’il arrive leur amour lui est aussi beau qu’hier et que ce matin…

Un amour aussi grand que ça... dans Les thematiques 20316-reve-d-amour

La voilà la réponse…

Pourquoi la France dort ?????????????????????????????????????

Un vaccin anti-H1N1 favoriserait la narcolepsie

Eh oui là aussi certains ont bien écouté l’état…..

Et les découvertes sur les effets secondaires commencent seulement !!!!

Clin d’oeil à SARKOZY et à la XENOPHOBIE !

 

 

LE RACISTE

 

Fernand Raynaud (1972)

 

 

Clin d'oeil à SARKOZY et à la XENOPHOBIE ! dans A voir les-m-ains

Les français en vacances en 2010…

Ce que j’ai vu m’attriste parce que je fais sans doute partie de la génération chanceuse.
De celle où à une époque, les plus démunis partaient en camping et les autres à l’hôtel (clin d’oeil à « Hôtel de la plage »)…
Il y avait peu de locations de vacances.

Les français partaient 4 semaines, aujourd’hui lorsqu’ils arrivent à partir une semaine c’est déjà beaucoup et voir dans quelles conditions !

Dix ans que je n’étais pas partie en vacances en plein été, vivant à la campagne je n’y voyais pas l’interêt et pourtant là je me suis rendu compte de cette nécessité d’être ailleurs et j’ai observé…

J’ai vu des personnes dormir dans leurs voitures, des familles entières…
J’ai vu des mamans laver leurs enfants dans des cuvettes sur le parking à la nuit tombée d’autres prendre leurs douches en maillots de bain sur les plages.
J’ai vu les sandwichs le soir et les bols de céréales le matin toujours dans les voitures.

Les campings sont devenus hors de prix en France. Pourquoi ?
Et pourtant la France se côtoyait sur le port le soir, celle qui mange des plateaux de fruits de mer aux terrasses des restaurants et celle qui les regarde… Même sucer des glaces à l’eau – regarder les bateaux… est devenu un luxe!

Les beignets, chichis et autres glaces passaient sous le nez de nombreux enfants sur la plage, ceux qui rentraient le soir dormir dans leur voiture, mais tellement heureux de voir et de vivre la mer…

Oui la France m’attriste et une classe sociale disparaît rapidement mais sûrement, celle que l’on appelait ‘la classe moyenne’ !
Dans peu de temps ne restera plus que les riches et les pauvres et dans cette PAUVRE FRANCE il ne fera pas bon être riches ou « bronzés » car l’état montant les uns contre les autres la France gronde de l’intérieur…

Les français en vacances en 2010... dans Les thematiques L-esprit-du-jeu

 

A propos des ROMS – Je déclare…

Je déclare être citoyenne de ce pays nommé France dit ‘ pays des droits de l’homme ‘

Je déclare faire partie d’une commune à laquelle je règle chaque année des impots dits impots locaux

Je déclare que ces impots sont aussi faits afin que soient créés et entretenus des lieux pour accueillir les ROM

Je déclare que le gouvernement Sarkozy viole la loi n°2000-614 du 5 juillet 2000 *

Je déclare que les CRS intervenant pour expulser les ROM de leurs lieux d’accueils sont donc eux aussi hors la loi

Je déclare que tous français n’agissant pas contre ces expulsions arbitraires s’associent à un malfaiteur : L’ETAT

Je déclare en tant que psychanalyste que les dégats psychiques causés à ces personnes sont intolérables

Je déclare en tant que française m’opposer à toutes actions contre les ROM

Je déclare être aujourd’hui par mes écrits dans la loi et non hors la loi

 

*
Environ 150 000 personnes en France ont un mode de vie itinérant et vivent en résidence mobile.
Ce sont les gens du voyage. Pour leur permettre de stationner, les besoins ont été évalués à 30 000 places de caravane sur l’ensemble du territoire national. Actuellement, seulement 8 000 places de caravane sont aménagées en France.


Un effort pour la réalisation d’aires d’accueil des gens du voyage est donc nécessaire et justifie qu’un dispositif spécifique soit mis en place
dans chaque département de façon coordonnée et en fonction des besoins recensés. La loi n°2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et l’habitat des gens du voyage, prévoit la mise en oeuvre dans chaque département d’un dispositif d’accueil des gens du voyage.

Cette loi a un double objectif :

  • D’une part, assurer la libre circulation des biens et des personnes et répondre ainsi à l’aspiration des gens du voyage itinérants à séjourner dans des lieux d’accueil dans des conditions décentes,
  • D’autre part, répondre au souci légitime des élus locaux d’éviter des stationnements illicites qui occasionnent…/…

Source : ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement

 

A lire également :

Roms, Gitans Tsiganes , Manouches : Un peuple errant maudit des hommes

 

12

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément