• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archives pour septembre 2010

L’abandon des victimes…

J’aimerais bien qu’on m’explique !

Oui j’aimerai bien que les STRUCTURES – les poseurs de CADRES – ETC… m’expliquent comment on peut exercer dans une boite bien fermée !

Cloisonnés ; coupés du monde et de la réalité, du quotidien, de la vie même des victimes qui décident d’aller jusqu’au bout.

Allez chacun fait son petit boulot et on rentre chez soi et la victime elle elle rentre où ?

Traverser la France, tout quitter, décidée à faire toutes les démarches nécessaires tant pour tenter de revivre, que pour que justice soit faite.
Partir pour se protéger, partir pour trouver de l’aide en minimisant les risques, partir pour tout dire, partir en espérant trouver un minimum.

Définir MINIMUM !

Déjà au RSA on a le minimum, mais lorsque dans ce minimum on a réglé les frais de voyage, de consigne, le premier loyer d’un appart que vous avez trouvé seule, la première assurance, les premières courses, ect…

On est déjà sous le minimum !!!

Alors l’UMJ oui c’est bien l’UMJ si vous n’y allez qu’une fois parce que après c’est terminé, ils ont fait ce qu’ils devaient faire, donc ne pas en demander plus ou vous vous faites envoyer chier au téléphone par la secrétaire qui était pourtant si gentille pour que vous vous y rendiez la première fois.
Le médecin légiste prescrit des examens ; c’est très bien !
Mais ces examens vous devez les faire pratiquer dans un labo privé = grosse facture
A l’issue de ces examens l’UMJ n’est plus là pour les résultats donc il faut aller consulter un médecin privé = facture
Ce médecin vous préscrit des médicaments = facture

Oui mais… Vous refaites votre vie, vous prenez des mesures de sécurité donc vous n’utilisez pas votre carte vitale qui laisse des traces et il faut donc le temps d’en faire une autre.

Donc total plus de 200 euros !!!!!!!!!!!!!!!

Ensuite l’UMJ vous conseille un suivi psy oui mais dans l’UMJ il n’y a pas de psy et bien sur vous savez que sans ce suivi vous n’arriverez pas au bout de vos démarches alors chasse aux psy, psy trouvé = facture

Vous avez besoin d’un spécialiste parce que médicalement vous êtes habituellement suivi pour X raison par un spécialiste et il y en a un dans l’hopital où se trouve l’UMJ mais c’est là que vous vous faites envoyer chier par la secrétaire « débrouillez vous pour prendre un rdv » oui mais c’est urgent et là on vous demande d’attendre 2 mois….

Et puis alors vous vivez comment ?
Normalement constituée vous mangez, vous buvez, vous lavez votre linge, votre vaisselle, vous utilisez des produits de première nécessité… Juste vous vivez quoi !
Mais avec quoi ?

Alors on vous renvoie vers le CCAS qui ne vous connait pas, qui monte un dossier, qui va faire une demande d’aide, aide qui arrivera mais quand ?
Quand vous aurez fini votre grêve de la faim forcée, que vous serez desydratée et que vous vous serez torchée avec le peu de journaux sous la main.

Qui prend de vos nouvelles ?
Personne !

Qui vous demande si vous ne manquez de rien ?
Personne dès fois que vous repondiez que si !

Brave petit soldat vous avez combattu, vous avez fait un bout de chemin mais le reste est long encore mais bon ça on s’en fiche.

Comment vous téléphonez partout ?
On s’en fiche aussi !

Vous fumez ! Fallait pas parce que plus d’argent pour les clopes !!!!!!!! Le moment d’arrêter ? Sans doute pas !!!!!!!!!!!!!!!!

Alors si vous pouvez y arriver mais à condition d’avoir quelqu’un qui a une grande gueule, qui defonce les portes et qui ne vous laisse pas tomber ; qui vous trouve un appart ; qui vous remplie le frigo et les placards ; qui vous achète des clopes et une carte téléphonique qui prend de vos nouvelles plusieurs fois par jour, qui ne vous laisse pas seule face à tout ce qui est enorme, qui avance les frais médicaux.
Quelqu’un qui est là tout simplement ; ce quelqu’un c’est moi mais je ne dis pas tout ça pour qu’on me dise bravo mais pour qu’on dise :

BEURK à la société !!!!!!!!!!!!!!!!

 

Mais je remercie au passage la personne qui a fait un don pour elle à mon asso dont les caisses sont vides comme beaucoup d’asso dans ce genre et merci aussi à la personne qui a fait des centaines de km pour aller chercher le reste de ses affaires à la consigne de sa ville d’origine.

 

L'abandon des victimes... dans carton rouge solidarite

 

 

 

 

La résilience et la surdouance (là je m’avance…)

Je vais faire court car un peu fatiguée, mais je pense que nous y reviendrons.

Ma triste spécialité ‘incestes et abus sexuels’ m’amène à constater que bon nombre des victimes développe une surdouance et développe une surdouance dans la résilience puisqu’avant de venir jusqu’à moi elles auront vécus des années sans psy n’en ressentant pas le besoin.
Cette surdouance se dirige très souvent vert l’art, tant vers l’écriture, que vers le dessin, la musique ou la peinture.
Bien sur elles me montrent en premier leurs dernières créations mais lorsque je leur demande les premières, je suis stupéfaite de constater le don né de la résilience !

Il est né de cette faculté à rebondir et le bond les a conduit à développer ; d’ailleurs elles parleront plus volontiers de leur art que de ce qui leur est arrivé car beaucoup me répondent « ça c’est du passé » le présent étant ce qu’elles ont réussi à en faire…

A vous, j’attends vos réactions !

La résilience ! La votre – la mienne – la leur !

La résilience serait le résultat de multiples processus qui viennent interrompre des trajectoires négatives

Définition actuelle de la résilience.
Le terme actuel est important car l’évolution est nécessaire et chaque écrit sur un concept le fait évoluer, si tant soit peu que l’on accepte de le dépoussiérer…

Restant toujours dans l’explication ‘officielle’ de ce concept l’on trouve ceci :

…/…qualités individuelles ou des opportunités de l’environnement…/…

L’on se retrouve un peu là entre l’inné et l’acquis ! Nait on résilient ou le devient on ?

Je ne partirai pas dans ‘ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort’ ; mais opterais davantage pour le caractère génétique de la résilience ou la transmission transgénérationnelle car s’il existe transmission transgénérationnelle des traumatismes ; il existe bien aussi une transmission positive de tous traumatismes.

Bon j’ai un peu l’impression de n’écrire que pour être comprise que par moi même ce qui me ramène à un personnage qui me déplait fortement ^_^ donc je vais tenter comme à mon habitude de me mettre à la portée de toutes compréhensions en imageant et parlant de cas concrets.

Il m’a souvent été demandé combien de vies j’avais vécues tant la mienne semble alambiquée et pavée d’embuches et autres traumastimes et je suis pourtant bien là à vous écrire, ayant ressauté d’une vie à l’autre.
Si je dois continuer à prendre mon exemple personnel, je dirai que mon cas est transgénérationnel tenant cela de ma grand mère paternelle, cette même grand mère si dure en surface et si sévère dont je parle dans l’un de mes articles.

Je passe sur l’épisode guerre et occupation que toutes nos grands mères ont connues, la mienne vivant à Paris à cette époque,  née en 1906, a donc vécu les deux guerres, elle a épousé mon grand père duquel elle aura deux enfants : mon père et ma tante.

Femme de ménage dans les écoles et cantinière.

Dans les années 50 elle sera atteinte de son premier cancer (ORL) qu’elle vaincra
En 1962, mon grand père meurt d’une crise cardiaque
En 1966, ma tante mettra fin à ses jours à l’age de trente ans
En 1970, nouveau cancer (gyneco) qu’elle vaincra également
En 1975, j’assistais au remariage de ma grand mère
Les années qui suivirent ma grand mère quitta Paris pour s’installer en province et voyagera énormément avec son nouvel époux qu’elle perdra également.

D’elle, je n’ai jamais entendu aucune plainte, même si parfois j’ai vu des larmes, elles étaient très vite cachées.
Partie le 31 décembre 2005 dans son sommeil afin de ne pas avoir 100 ans, chose qu’elle refusait catégoriquement.

En fait j’ai grandi dans l’ombre de cette grand mère qui forçait mon admiration devant son attitude face à tant de souffrances.

Côté maternelle… Le mur des lamentations continuel…

En parlant mur des lamentations, je vais faire un saut direct vers l’histoire car Boris Cyrulnic a construit également le concept de la résilience par son apport et son rapport aux survivants des camps de concentration.
Historiquement parlant, le peuple juif est connu et reconnu pour avoir beaucoup souffert, il a transmis cette souffrance de génération en génération ceci remontant au plus loin de la bible. Peuple construit donc dans la réalité communautaire d’une souffrance et d’une persécution, il a construit dans le même temps l’image du peuple élu. Image positive. Image valorisante. Image grandissante. Et l’image formant l’imaginaire ce peuple ressaute toujours. Solidaire dans la puissance d’une image.
Si nous prenons à l’opposé l’histoire du peuple noir, terrible histoire qui se poursuit ! Mais dans quoi pourrait il puiser la résilience ? Si elle est effectivement trangenerationnelle ; la résilience là n’a aucun point d’ancrage. Au plus loin que nous remontions et là aussi dans la bible, loin d’être le peuple élu, il subit lui la malédiction de Cham. Puis devient bien meuble dans le code noir. Image dévalorisante. Image rabaissante. Et l’image formant l’imaginaire ce peuple ne ressaute pas. Ni ne connait la solidarité hormis dans l’impuissance d’une image.

Donc la résilience pour tout à chacun, comme le dit Opale, n’est pas un don mais une construction faite d’exemples forts car nous ne sommes que les enfants des enfants des enfants de…………..

Je ne sais pas si j’ai été bien claire mais j’espère avoir donné matière là à discussion et formulations d’exemples personnels.

La résilience ! La votre - la mienne - la leur ! dans Les thematiques Peinture-3d

 

 

 

 

 

Le joujou de Sarko !

Qui a dit qu’il n’y avait plus d’argent en France ?

C’est vrai qu’il n’y en plus pour créer des emplois, pour les retraites, pour les écoles, pour les CCAS, ect…

Mais Sarko lui va avoir son joujou dans les jours qui viennent.
Le nouvel avion présidentiel !!!!!!!!!!!

Coût total : 176 millions d’Euros

Une paille………………………….

L’ heure de vol reviendra à 20 000 euros (contre 8000 pour un appareil ordinaire)

Allez français préparez vos chéquiers les impots arrivent et il faut remplir les frigidaires de l’avion maintenant !

 

Un ego sur deux ergots

Au cours de ma vie, j’ai eu l’occasion de rencontrer toutes sortes de personnes, des personnes qui m’ont construites et d’autres qui ont tenté de me détruire ; certaines qui m’ont appris et d’autres à qui j’ai appris.

Tout ceci semble bien banal me direz vous, sauf que étrangement, vous comme moi sans doute avons rencontré des personnes qui chantaient les ergots dans le fumier vous accusant d’être responsables de leurs échecs et consciemment ou inconsciemment jalouses de ce vous êtes ; pour ne pas reconnaitre ce fait, elles vous renverront le fameux ‘ Remets toi en question’ !!!

On les croise souvent dans la hiérarchie, un supérieur vous dira  » vous êtes nulle » et vous renverra votre travail en pleine figure sans autres mots et un autre vous dira « T’es conne pousse toi je vais t’expliquer ».
J’ai connu les deux et je préfère largement le deuxième même si les mots employés ne sont pas construits dans la dentelle.

Pour mon pair, je suis à l’origine du flop de son colloque, alors que agoraphobe et handicapé du lien social sorti du lien virtuel, j’étais ses yeux, sa voix et ses oreilles ; mon départ suite à ses crises d’hystérie ne fut que le phénomène déclenchant du flop et non moi en mon entier.

Au sein de mon association parfois, j’ai eu l’impression d’être dans le bac à sable d’une cour de maternelle constatant que le milieu des femmes au travail ou dans cadre associatif restait du domaine :  ‘ c’est ma pelle – c’est mon seau – c’est mon rateau’ …. ‘ elle m’a pris ma pelle – elle m’a pris mon seau – elle m’a pris mon rateau’ …………..
En ayant eu assez de régler les conflits internes et de finir par effectuer moi même tout ce qui concernait cette assos j’ai dissous le bureau pour le maintenir dans un cadre minimum mais efficace.
La personne à qui s’adresse le ON DIT QUE… faisait partie du bureau mais surtout du bac à sable !
Les rapports humains ne sont jamais simples mais l’essentiel étant justement d’aller à l’essentiel, il faut apprendre à cloisonner les relations même avec une seule personne.
Vous aurez donc compris que l’article ON DIT QUE… s’adressait à UNE personne en particulier !

Il y a presque deux ans de cela, j’ai aidé et soutenu une femme dite amie à s’installer en tant que psy, les conseils étaient au quotidien et comme je ne fais jamais les choses à moitié, je me suis investie autant qu’elle dans cette installation l’on pourra appeler cela du coatching.
Elle est passée entre plusieurs mailles du filet de mes conseils mais après tout les conseilleurs n’étant pas les payeurs, je la laissai suivre ses idées et passer par d’autres mailles.
A plusieurs reprises j’ai tenté de lui envoyer des patientes et à chaque fois ces patientes revenaient à moi me demandant si je ne pouvais pas moi les prendre parce que ça ne passait pas avec cette personne. Mais jamais je n’ai utilisé les mots ‘remets toi en question’ car se remettre en question ne concerne que soi même ce déclic conduisant à la réflexion : suis je fait pour ce métier ?
Le métier de psy à cela de particulier que justement chaque soir après nos consultations, nous nous questionnons sur nos mots et leur portée en attendant de savoir si la destination était la bonne.

Mais comment, lorsque 2 ans après l’installation la patientèle tournant autour du nombre de 2 ce questionnement peut il se faire ? Comment peut on avoir l’audace de remettre en question la manière de travailler de celle qui vous a aidé alors qu’elle que sa patientèle est fidélisée par une manière de travailler, amenant d’autres personnes, bref, le principe du bouche à oreilles…

Cette personne ne supportait plus depuis longtemps déjà que je lui parle de mes journées et du nombre grandissant de mes patients, ce qui me semblait être une conversation entre amies psy devenait en fait sujet à rivalité et à controverse ; j’ai espacé volontairement nos discussions étant donné qu’elles finissaient toujours dans le conflit et que elle aurait géré une situation de telle ou telle manière mais jamais bien sur de la mienne.
L’opposition est nécessaire certes mais lorsqu’elle est systèmatique elle devient symptomatique.

Je connais mes défauts et mes qualités ; je connais mes failles et je connais mes limites sachant très bien confier des personnes à d’autres plus à même de les aider.

Mais ce qui s’est passé là dépasse toutes réflexions psy et toutes réflexions tout court d’ailleurs !!!

La jeune femme que j’ai prise sous mon aile en tant que présidente d’une association; n’a rien à voir avec une prise en charge psy d’autant plus qu’être sa psy m’interdirait certaines démarches nécessaires pour l’aider.

J’ai donc dans un premier temps penser encore une fois que cette ‘amie psy’ pourrait aider ma jeune protégée dans le sens psy du terme.
Ce qui ne fut encore une fois pas le cas étant donné que cette jeune femme m’a fait part du malaise qu’elle ressentait : avant – pendant et après les séances. Elle ne se sentait pas à l’aise avec sa psy ce qui en clair ne pouvait pas l’aider. Je lui ai donc proposé d’appeler une amie psy, de parler avec elle et de voir si cela pouvait mieux fonctionner pour et avec elle.
Après une première et longue séance, sa réponse fut sans appel, elle préferait celle ci !!!

Que dire de plus si ce n’est que c’est son choix personnel, que tout le monde est en droit de changer de psy, qu’il m’arrive également de ne pas revoir certains patients parce que sans doute n’étaient ils pas bien avec moi, ce qui provoque, bien sur des questionnements sur la façon dont j’ai travaillé avec eux mais certainement pas en pourrissant les personnes qui leur ont conseillé d’aller ailleurs, personnes qui peuvent m’être proches, comme les médecins avec lesquels je travaille : qu’importe puisque le plus important est qu’elles puissent avoir un suivi approprié.

Ceci pour dire et terminer par le fait que non seulement, cette EX amie psy s’est sentie touchée dans son égo et j’en suis bien désolée pour elle !
Que le fait de m’envoyer un mail incendiaire lundi alors qu’elle savait parfaitement ce que ma famille vivait prouve un manque total de psychologie et d’analyse des situations.
Que je n’ai reçu de sa part aucun mot de soutien ni pour moi ni pour ma fille.
Et qu’à son mail terminant par ces mots :
Je suis entrain de prendre des dispositions me concernant,pour ne pas en arriver là où tu en es
: perdre tout discernement et continuer d’avancer comme si de rien n’était …t’es tu déjà posée la question de savoir si tu ne devrais pas en faire autant ?

Je répondrais simplement :
Miroir… Joli miroir… Dis moi qui est la plus belle psy de campagne n’est pas du tout moi !
Et une autre réponse encore plus claire du haut de mon deuil :

M E R D E !

Un ego sur deux ergots  dans coup de gueule gall2

 

L’on dit que…

L’on dit que….

C’est dans la peine que l’on reconnait ses amis !

Je vous dit que…

J’ai pu le constater !

L’on dit que…

Il est plus facile de frapper quelqu’un lorsqu’il est à terre !

Je vous dis que…

J’ai pu le constater !

L’on dit que…

Il n’y a rien de pire que quelqu’un de gentil qui se met en colère !

Je vous dis que…

Vous pourrez le constater !

Je reprends ma verve et mes mots
L'on dit que... dans Lacher prise COLERE

Une plaque posée

Voilà Yassine repartira demain reposer dans son pays d’origine.
Ma fille et ma petite fille iront plus tard lorsque Maïly sera en age de comprendre que le Maroc est le pays de son papa et qu’il y dort pour l’eternité….
Ce matin ma fille est allée faire faire une plaque où il sera juste marqué :

A mon papa adoré pour toujours
A mon grand amour
Pour l’eternité

Et incrusté dans cette plaque le papa des barbapa que Maïly affectionne tant…

Demain une plaque sera posée et maintenant il nous faut avancer pour Maïly

Merci à tous et toutes d’avoir été là, merci de vos attentions et votre gentillesse car dans ces moments là tout est important !

Une plaque posée

Racisme familial… Racisme ordinaire ?

Lorsque les relations familiales deviennent réellement handicapantes au point d’être destructrices l’on apprend en analyse deux sortes de deuil :

- Le deuil d’une relation idéalisée qui n’existera jamais

- Le deuil d’une relation

L’on peut aussi parler de pardon, sous entendant que le pardon guérit mais là il dépend surtout des préjudices subis, des conséquences sur une vie ou des vies.

Pour ce qui me concerne, après de longues années d’analyse j’ai cloisonné :

- Pour mon père j’ai pardonné
- Pour mes grands mères j’ai fait le deuil d’une relation qui n’existera jamais et ce sans doute uniquement de par leur age
- Pour ma mère j’ai fait le deuil d’une relation, ayant réellement coupé tous liens avec elle, supprimant de par le fait le nocif de ma vie et le nocif dans la vie de mes filles.

Pourquoi je commence par là avant d’entamer le sujet de mon article?
Parce qu’une grande part des pardons et des deuils viennent de là : du racisme familial et que dans les circonstances actuelles, dans notre chagrin j’ai pris ce racisme encore une fois en pleine face ! Même dans ces moments là il ressort et c’est insupportable !!!!!!!!!!!!!!!

En commençant par le début, ma fille aînée est eurasienne. Lorsque j’ai appris ma grossesse ô combien désirée les réactions familiales furent à la fois confuses ; autoritaires et blessantes…
Mes grands parents maternels de me dire « il faut te faire passer ÇA  » interdisant au père de mon futur bébé d’approcher de chez eux car qu’allaient penser les gens… Un chinetoque dans la famille.
Pour ma grand mère paternelle il suffisait simplement de me rayer de la famille et de faire comme si l’on ne me connaissait pas.
Mon père lui n’émit aucun commentaire ni en bien ni en mal
Ma mère ‘absente’ comme à son habitude se fichait royalement même de ma grossesse.

le ÇA n’est jamais passé au sens propre comme au sens figuré, depuis plus de 30 ans je garde cette phrase en moi et l’ai toujours eu en mémoire lorsqu’Emilie eut droit aux ‘areu areu gouzi gouzi’ familiaux !
De la chose à passer elle est devenue la merveille de la famille mais je n’oublie pas et je ne pardonne pas.

Lorsque Maïly est née issue d’une union entre ma fille eurasienne et de Yassine marocain, ma mère me signifia que ce serait bien ma petite fille  » celle là  » ; sous entendu ‘pas de ÇA chez moi’ !
Ce sont d’ailleurs ces mots assassins qui ont terminé mon travail commencé en analyse et conduit cette nocive totalement hors de ma vie et hors de celle d’Emilie.
Mais hier, lorsque ma fille m’a demandé de prévenir ma grand mère maternelle, que je n’appelle jamais, du décès deYassine, incapable bien sur de prévenir tout le monde elle même ; je l’ai fait pour elle en gardant bien à l’esprit que j’avais fait le deuil d’une relation, mais les MOTS… Les MOTS entendus raisonnent encore en moi…

- Pauvre Emilie tu te rends que va t’elle devenir ? Même s’il s’occupait pas vraiment d’elle hein, comme un arabe quoi.

(Dans cette phrase rien pour notre pauvre Yassine parti à 30 ans)

- Bon ça va la petite ne fait pas trop arabe elle est plutôt côté chinois heureusement comme ça Emilie pourra refaire sa vie.

( Me sont revenus là les mots de trente ans plus tôt et le ÇA …)

- Elle est adorable hein ta petite fille MA CHÉRIE ?!

(Brrrrrrrrrrrrrrr)

- J’espère que sa famille à lui va la laisser tranquille parce que tu sais hein les arabes, ils sont pas comme nous.

( Toujours pas un mot pour Yassine qui maintenant repose et que sa fille et sa femme pleurent)

J’ai préféré en rester là, lui signifiant qu’Emilie lui redonnerait des nouvelles lorsqu’elle en serait capable, j’ai bien gardé la notion de deuil de relation.

Bien sur je voulais hurler que ma petite fille aurait pu être verte ou bleue que je m’en fichait royalement et d’autres choses encore, mais zen, j’ai raccroché sachant que je ne la rappellerais probablement plus, qu’il m’avait fallu une obligation pour le faire.

Dans la journée, ma fille m’a téléphoné pour me demander si j’avais « appelé mémé »… Oui bien sur lui ai je répondu… La pauvre elle a pleuré ?… Oui ma chérie elle a pleuré…

Mensonge certes, mais je laisse ma fille faire son chemin vers la vérité seule !!!!

Quant à ma mère nous la laissons volontairement dans l’ignorance car pour elle, un arabe mort c’est un arabe de moins………………

Racisme familial... Racisme ordinaire ? dans carton rouge racistes

 

 

 

 

Mon petit bout de choux

Ce soir maman t’a expliqué…

Ce soir maman t’a dit que papa était parti loin

Ce soir maman t’a dit de dire au revoir à papa

Ce soir tu as dit « papa ? » sur un ton interrogateur

Ce soir maman t’a répondu ‘papa est parti loin très très loin’

Ce soir tu as dis ‘owoi papa’ et tu as pleuré

Ce soir mon amour tu as appris l’injustice de la vie… Tôt trop tôt…

yassine
Album : yassine

1 image
Voir l'album

Triste nouvelle

A tous ceux qui m’ont soutenue, aujourd’hui je dois annoncer que notre petite Maïly n’a plus de papa depuis ce matin.

 

12

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément