• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Archives pour décembre 2010

Pour vous souhaiter une bonne fin d’année

Femme psy devant une mer en colère

photo0154.jpg

Soyez heureux !

Amicalement

J’O

Le plus beau cadeau…

J’ai voulu séparer ces deux articles, pour consacrer celui ci au cadeau qui m’a fait pleurer hier soir…

Un gros paquet est arrivé dans la semaine et j’avais pour ordre de ne pas ouvrir avant Noël, surveillée pour cela de près par la plus jeune de mes filles. Ce paquet venait de Nathy, bien qu’impatiente je respectais le jour J…

Dans ce colis des cadeaux destinés à toutes mes filles, des cadeaux bien cherchés, bien ciblés, remplis d’affection…

Et enfin, les miens :

Mon parfum depuis toujours Coco de Chanel entre autres ; mais ce qui a attiré surtout mon attention et et mes larmes ce sont deux petites clés avec un porte clés de l’OM personnalisé par « je t’aime. Nathy »

J’ai gardé longuement ces deux clés dans ma main et sous mes yeux embrumés ; j’ai peiné à lire la carte qui les accompagnait, une carte qui disait que 20 ans plus tôt elle n’avait pas pu mais que là elle me les donnait : les clés de chez elle !!!!

Oui le plus beau cadeau qu’une amie puisse vous faire, elle me l’a fait !

Nathy, tu as discuté au téléphone hier soir longuement avec Emilie. Vous avez reparlé toutes les deux de ce soir où au risque de perdre la tienne tu m’as sauvée la vie, elle s’est souvenue ma puce, elle avait 6 ans et elle avait peur pour sa maman…

Alors Nathy, s’il te plait, ne refuse pas le cadeau que les filles de ma tribue souhaitent te faire aujourd’hui : t’offrir quelques jours ici à Marseille la semaine prochaine, quelques jours près de nous réunies.

Ne te cherche pas d’excuses, tu n’en as pas, nous te voulons simplement près de nous…

Le plus beau cadeau... 1259473060

 

Un joyeux Noël…

Petite puce est arrivée hier soir chez nany pour le reveillon habillée en mère Noël ; petite merveille toute vêtue de rouge et blanc !

Quel bonheur de les savoir si près ! De les avoir si près !
Sa maman aussi arborait un vrai sourire, où, bien sur, je pouvais lire « tu sais maman c’est pas facile – je fais ce que je peux » …

Mais la soirée fut légère et douce, ponctuée de souvenirs de Noëls d’enfance, la plus jeune découvrant les ressentis d’enfant de sa soeur ainée et partageant les siens.

Discussion au sujet du père Noël et questionnements de la jeune maman sur le fait de faire croire à bébé ou ne pas faire croire à bébé, se souvenant elle même de la douleur lors de la découverte du mensonge de maman, car c’est ainsi qu’elle a vécu cette nouvelle que le père Noël n’existait pas, comme une trahison de maman, maman a menti… Dois je lui faire confiance maintenant ???
Sur cette question hautement philosophique ^_^ c’est Maï qui a tranché lors de la distribution des cadeaux, lorsque le père Noël venait soit disant de passer pendant qu’elle se promenait dans la maison avec sa tata Lo, car, du haut de ses 21 mois elle avait repéré le papier cadeau qui depassait du petit sac de voyage de sa maman bien que rapidement posé dans ma chambre et lorsqu’elle a découvert sa montagne de cadeaux au pied du sapin décoré sobrement de beige et de rouge sans guirlandes clinquantes et qu’elle vit dans le même temps les autres petits paquets destinés aux Grands, un petit sourire espiègle se dessinna sur son adorable frimousse et c’est ainsi qu’assise par terre à découvrir ces merveilles, elle suivit dans le même temps et le passage des paquets et surtout la couleur du papier cadeau ; et donc, à chaque fois qu’elle reperait celui qu’elle avait aperçu dans le sac de sa maman sa petite voix se faisait entendre :

- Maman Maïly ça !

Autant surprises qu’écroulées de rire, nous avons compris à ce moment là que Maï préferait grandement la vérité puisqu’elle l’avait déjà imprimée…

- Bon ! Me restera plus que le problème de la religion tout comme le père Noël c’est elle qui décidera…

A 3 heures du matin Maï  jouait toujours entre sa Nany, sa Maman et sa Tata Lo !
Une nany heureuse d’avoir près d’elle toutes ses filles.
Une maman qui pour un soir oublia son chagrin
Une tata qui découvrait les effets du champagne s’étant trompée entre sa coupe de champagne sans alcool et la coupe de sa soeur…

Quatre femmes, petites et grandes qui dans leurs silences pensaient à toi Yassine et sentaient ta présence…

Un joyeux Noël... dans Lacher prise etoiles01

Blague à ‘parts’

Hier soir en prenant mon pain, j’attendais mon tour dans ma petite boulangerie habituelle où la boulangère est aussi agréable à regarder qu’à écouter dans cette finesse et cet esprit commerçant et drôle que l’on ne trouve qu’ici…

Devant moi, une jeune femme avec ses deux petits racontait son ‘périple’ sur 4 centimètres de neige, devant le regard horrifié de notre adorable boulangère ; lorsqu’une petite ‘mémé’ qui attendait elle aussi, reprit la phrase ainsi :

- 40 centimètres de neige oh Bonne Mère !!!!

Ce à quoi notre boulangère répondit :

- Mais non ‘mémé’pas 40 centimètres ! 4 centimètres ! C’est à cause des gens comme vous qu’on dit que les marseillais éxagèrent et n’allez pas m’en sortir 44 centimètres en quittant la boulangerie, peu cher…….

Voilà juste un petit sourire pour la journée

A bientôt et bonne journée

Collegienne en vacances ! Flutte alors…

Bien qu’en vacances ma fille a le nez dans ses bouquins tous les jours et je trouve cela totalement aberrant et anormal, oui même en vacances je viens encore râler…

Elle a fini le trimestre sur les rotules ; épuisée entre les controles du premier et ceux du deuxième qui ont commencé.

Elle passe son brevet blanc le 1O janvier, soit une semaine après son retour de vacances… Enfin vacances un bien grand mot puisque Messieurs et Mesdames enseignants et enseignantes les ont chargés en leçons, devoirs et prépa de contrôles pour la rentrée.

Nous lorsque nous sommes en vacances c’est pour souffler et nous reposer !
Que font les profs d’ailleurs ???

Pourquoi nos enfants n’auraient ils pas le même privilège ?

Ma fille a presque 15 de moyenne générale et je veux, j’exige même qu’elle ait droit elle aussi de profiter des fêtes et de la beauté des choses qui l’entourent et n’en déplaise aux professeurs qui n’ont qu’à bosser un peu plus durant leurs heures de travail.

Voilà pour le coup de gueule du jour…

Bon Noël à tous et toutes

Collegienne en vacances ! Flutte alors... dans carton rouge 268275_UZZGNJVFX884URYD6Y6BS43ZS1THHU_collegienne_amoureuse_H120438_L

 

 

 

Depuis le pays des cigales

Je viens vous souhaiter à tous et toutes un très joyeux Noel !

Une pensée affectueuse pour vous

J’O

Savoir aimer

Dire je t’aime est facile, le penser aussi sur un instant, pour un moment… Mais le vivre et surtout faire vivre l’amour est à la fois merveilleux et douloureux.

Peu importe l’attirance première, peu importe ce qui nous a plu en l’autre, l’important est :

Les différentes façon d’aimer !

Bien sur, dans mon métier j’entends et j’écoute l’amour sous toutes ses formes, mais comme je ne projette pas et que je ne prends pas les projections,  je garde bien à l’écart mes histoires d’amour et avec le temps où plutôt avec l’âge apparaissent clairement les distinctions, les degrés, les ressentis, les souvenirs et ce qu’ils nous laissent… des larmes… des sourires… des soupirs… des espoirs…

La passion, celle qui peut se transformer en amour profond et éternel. Mais supporte elle le quotidien ?
Saurions nous faire quotidiennement les concessions ; les efforts que celle ci demande pour être entretenue. Ce souffle continuel sur un feu, souffler à deux dans le même sens, éviter les tempêtes qui pourraient l’éteindre et si l’un des deux s’essoufle n’y perd t’il pas son identité propre ?
Cette forme d’amour est basée sur un tout, une entente une osmose tant intellectuelle que sexuelle, elle vit et brûle en nous mais je crains qu’elle ne puisse exister au dehors. Elle est trop personnelle pour être vue et comprise par les autres et justement son plus grand ennemi est le regard des autres.
Pour la vivre et surtout la laisser vivre, il faut comprendre que l’autre ne nous appartient pas ; que ce que nous vivons ensemble est unique et puissant, lui trouver un cocon et l’y laisser, laisser ce feu pour le retrouver intact entretenu par des pensées amoureuses si fortes qu’il ne pourra s’y éteindre.
Avant d’arriver à cette conclusion, il y aura beaucoup de cris, beaucoup de larmes, beaucoup de douleurs.
Des concessions auront été tentées, mais n’auront pas survécu, des efforts de séparations innombrables mais inutiles, vivre sans l’autre dans cette catégorie c’est vivre en apnée.
Se résigner, oui c’est savoir aimer sous cette forme particulière. Accepter l’innacceptable certitude que nos deux vies et notre amour, continueront en parallèle mais pas ensemble…

La passion, celle de l’instant, la futile et je dirai presque l’inutile. L’inévitable pourtant, elle est presque irrationnelle nourrie de fantasmes réciproques, de promesses éternelles mais impossibles. Elle est fulgurante et ne souffre pas de la frustration puisque tout lui est donné… Un moment donné…
L’on ne voit pas l’autre tel qu’il est, l’on ne voit que ce que l’on veut voir : l’objet désiré, convoité. Reduite à l’état de deux corps sans ame, mais deux corps aimantés qui ne peuvent se découplés. Soudés.
Des ‘je t’aime’ sont prononcés, pauvres paroles sans but… Pauvres victimes passionnées qui se retrouveront peu de temps après bien loin l’une de l’autre et surtout bien loin de ce qu’ils étaient eux avant ; comme happés dans l’oeil d’un cyclone et recrachés des centaines de kilomètres plus loin, détruits parce qu’ils ont cru aimer et par ce qu’ils ont cru aimer. Pas de savoir ici, juste du subi…

Le coup de foudre, ressemble beaucoup au précédent sauf que lui peut être autre que charnel. Il peut être intellectuel et se sexuer ensuite d’une manière tout aussi puissante mais plus rationnelle. Le coup de foudre peut lui s’apprivoiser par le savoir aimer. Il faut pouvoir le nourrir du ‘donner’ et du ‘recevoir’ s’il lui manque un des deux aliments, il ne survivra pas car bien que surprenants, les sentiments sont réels et peuvent se construire et se construire encore avec tous les ingrédients dont nous parle Rêva dans son com. Là, comme en cuisine tout doit être pesé mais les coups de foudre qui conduisent à des unions durables et éternelles n’existent pas que dans les romans, le plus difficile étant de tenter de freiner les premiers instants. Freiner ces besoins de tout se dire comme s’il s’agissait d’une urgence d’aimer. Garder son jardin secret ou son pré carré mais laisser l’espoir à l’autre qu’il pourra y pénétrer le moment venu…

Et l’amour, simplement l’amour qui s’intalle par connaissance de l’autre, pour arriver à l’attirance de l’autre ou la sexualité n’est pas primordiale mais présente. S’aimer de cette façon là c’est savoir dès le départ que cette forme là finira tôt ou tard par une tendresse partagée et certes éternelle. Le savoir aimer là va de soi puisqu’il y a puisé son existence, ses fondations propres. Tout y est presque planifié. Cet amour là est ordonné et suit son cours. Heureux dans la pleinitude de sentiments simples partagés.
Le bonheur y est mais n’explose pas, il est tranquille et s’instaure dans la profondeur du temps, sans questionnement, il va…

Aimer est la chose la plus belle et parfois la plus douloureuse qui soit au monde, mais je crois que ce qui nous manque le plus lorsque nous aimons jeunes c’est cette réalité que la vie est courte et qu’il faudrait autant que possible écouter son coeur et ne pas se retourner…

 

Savoir aimer dans Lacher prise jeu-de-l-amour-2981

 

La journée de la jupe

… La journée de la jupe… Un film à voir absolument et à revoir !

Je l’ai regardé une première fois seule pour évaluer l’impact qu’il pourrait avoir sur ma fille de presque 15 ans.
Je lui ai parlé de ce film après l’avoir visionné et elle a demandé à le voir avec moi.

Une prof qui craque certes, mais une femme surtout… Un lycée en zone sensible… Des petits mecs et des petites nanas paumés et effrayés… Et des Cadors forts de leur soit disant culture et leur soit disant religions…

Leur SOI DISANT surtout !

A un moment du film elle demande aux garçons qui ont déjà ‘baisé’ de s’assoir à un endroit précis et tous s’y dirigent ; dans le même temps elle demande aux filles encore vierges de s’assoir à un autre endroit précis et toutes s’y dirigent… Les mots de la prof suite à ces actes sonnent tellement vrais :

- Vous baisez quoi au juste les mecs pas des filles en tout cas….

Puis cultures et religions se mèlent et s’emmèlent ; les situations se retournent et se retournent encore…
Puis vient en parole une lamentable et triste histoire de tournante et là ma fille m’interroge :

- Qu’est ce qu’une tournante maman ?
Et là j’explique et du haut de sa petite adolescence elle me demande pour quoi on prend les filles ? Pour quoi se prenent les mecs ?
La discussion après le film nous mène loin, très loin sur le traitement des petites filles, des adolescentes et des femmes dans le monde. Un monde trop fait par et pour les hommes…

Entre respecter des cultures et accepter des tortures faites aux femmes et aux petites filles il y a une grande différence que nous femmes ne pouvons dépasser. Touchées dans notre corps de femme et dans notre coeur de mère.

Je respecte les cultures et us ou coutumes des autres pays, je reconnais que chez nous aussi il existent des horreurs mais des comme celles que je vais vous décrire NON !

Les mutilations sexuelles féminines (MSF) et la santé des femmes et des filles

Que sont les mutilations sexuelles féminines?

La vulve d’une femme non mutilée :

La vulve est bordée de chaque côté par les grandes lèvres en dedans desquelles se trouvent les petites lèvres. Vers l’avant, les petites lèvres se dédoublent pour constituer le capuchon du clitoris qui recouvre cet organe.

En arrière du clitoris, on peut voir le méat urinaire et l’orifice vaginal. Toute cette région est très innervée et très vascularisée. Elle est de ce fait très sensible et peut saigner beaucoup.

L’excision :

C’est l’ablation d’une partie plus ou moins importante du clitoris et des petites lèvres.

L’infibulation :

C’est une excision complétée par l’ablation des grandes lèvres dont les deux moignons sont suturés bord à bord. La vulve est remplacée par une cicatrice fibreuse, l’ouverture vaginale disparaît pour laisser la place à un minuscule orifice.

1. Les conséquences immédiates

La vulve est une région du corps très vascularisée et très innervée, particulièrement au niveau du clitoris.

La section du clitoris et des petites lèvres entraîne une douleur très intense, intolérable, accompagnée de peur, d’angoisse et parfois d’un grave état de choc.

Un saignement éventuellement hémorragique peut entraîner la mort.

L’émission d’urines sur la plaie occasionne des brûlures et parfois une rétention d’urines réflexe.

2. Les conséquences ultérieures

Pratiquées dans des conditions d’hygiène souvent précaires, l’excision et l’infibulation sont à l’origine d’infections multiples, vulvaires, urinaires et gynécologiques, ces dernières pouvant entraîner une stérilité.

La diffusion des infections peut s’étendre et générer des septicémies qui, sans traitement adéquat, peuvent évoluer vers la mort. On peut également évoquer le tétanos et le SIDA.

Excision et Infibulation occasionnent des complications obstétricales. Sans aide appropriée, la femme infibulée et l’enfant qu’elle porte sont menacés de mort au moment de l’accouchement. Des soins attentifs ne permettent pas toujours de prévenir les déchirures du périnée, très fréquentes chez les femmes excisées. Malgré les épisiotomies, les femmes excisées ont des déchirures périnéales trois fois plus fréquentes que les autres à leur premier accouchement et encore plus par la suite…

Plusieurs études africaines rapportent des souffrances fœtales plus nombreuses chez les enfants nés de femmes mutilées.

Le gland clitoridien est la partie la plus sensible des organes génitaux externes de la femme. On y retrouve les corpuscules tactiles spécifiques de Krause-Finger dits de la volupté. Ils n’existent nulle part ailleurs et la blessure ou l’ablation partielle ou totale du clitoris entraînent inévitablement une altération de la sensibilité sexuelle.

Il existe bien d’autres complications des mutilations sexuelles féminines. On citera encore : les fistules vésico-vaginales ou recto-vaginales : un accouchement qui dure trop longtemps chez une femme, a fortiori mutilée, peut entraîner la nécrose (mort) des tissus séparant la vessie ou le rectum du vagin. Un passage sera ainsi créé entre la vessie et le vagin ou entre le rectum et le vagin. La jeune femme ne pourra plus retenir ses urines ni ses selles qu’elle perdra en permanence. On peut réparer de telles fistules en milieu chirurgical. Mais, en Afrique, il n’est pas toujours possible à une villageoise d’accéder à un hôpital, de surcroît à un service spécialisé. Devenue incontinente, la jeune femme sera progressivement mise à l’écart par sa famille et par son village. Elle tentera parfois de se suicider.

De nombreux auteurs rapportent des complications psychiatriques, des angoisses, et notamment des dépressions.

Ou – comment – qui – tout cela vous le trouverez sur ce site : GAMS

D’où que cela vienne, c’est intolérable pour nous les femmes habitant le MONDE et peu importe cette partie du monde.
Je me fiche de l’origine de ces barbaries je souhaite qu’elles cessent ne serait ce que pour mes filles, pour ma petite fille, pour qu’elles vivent dans un monde où la femme n’est pas traitée ainsi au nom de l’homme – au nom d’une culture – au nom d’une religion !

NON

Pour que les petits cadors d’aujourd’hui ne se réfèrent jamais à ce genre d’atrocités pour faire subir le pire aux jeunes filles dans les collèges et lycées !!!!!!!!!!!!!!!!!

Regardez ‘La journée de la jupe’
Admirez la bêtise humaine
Respirez y aussi la sensibilité et la solidarité
Merci !

La journée de la jupe dans carton rouge la-journee-de-la-jupe_300

 

Quand les assurances tuent !

Oui, j’assume le titre de cet article car j’en ai assez de voir dans mon cabinet des victimes d’assurances !

ASSURANCES OBLIGATOIRES que l’on paye pour quoi ?

- Pour se voir réduit à l’état d’objets
- Pour se voir salis lorsque nous sommes victimes
- Pour se faire conduire d’expert en expert – expertises toujours plus loin, toujours plus dures
- Pour entendre ‘Ah non ça nous ne prenons pas en charge ! Ah non ça non plus ! Ah non ça non non non plus !

Laissez Alice tranquille ou c’est moi qui vous aurais où que vous soyez et qui que vous soyez haut perchés à la MAIF pour ne pas la citer !!!!!!!!!!

Souvenez vous d’Alice, souvenez vous d « Il suffit d’un virage «  ; souvenez vous de cet alcoolique au volant qui lui brisa son avenir un matin ; souvenez vous de son cauchemar et ce cauchemar n’en finit pas.
Aujourd’hui ce sont ses fiançailles qui se sont brisées parce qu’elle est brisée elle même, parce qu’à force d’être niée elle ne sait plus qui elle est…

Dans cet accident elle y aura laissé du matériel certes mais surtout son avenir. TOUT son avenir, autant professionnel que personnel et une partie d’elle surtout.
Pourtant tous les torts étaient de l’autre côté, elle, elle n’a fait que rouler comme chaque matin sur une route de campagne pour se rendre à son travail ; mais le vrai problème se situe au niveau de l’assurance car d’assurance à assurance lorsqu’elles font partie du même groupe et bien on tente de preserver non pas l’assurée mais l’argent !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Alors petite puce passe d’expert en expert et ce qu’elle voudrait simplement c’est être reconnue comme victime et pouvoir continuer sa thérapie avec moi. Mais petite institutrice suppléante travaillant quelques heures seulement par semaine, devant payer son Master puisque grâce à ce chauffard elle a raté son concours d’instit’ ; si l’assurance ne lui règle pas ses séances elle ne peut plus venir et c’est ce qu’elle a fait malgré mes rappels que peu importe ce qu’elle peut payer pour ses séances l’important étant qu’elle vienne chaque semaine. Mais sa fièreté et le respect du travail des autres l’a empechée de franchir ce cap et surtout franchir ma porte, jusqu’à hier où elle s’est effondrée suite à cette rupture sentimentale qui fait suite elle au rapport du médecin expert PSYCHIATRE où comment démonter totalement une personne en quelques phrases.

Je les ai sous les yeux les phrases et je vais vous les livrer, vous resterez sans doute sur le ‘cul’ comme moi en les lisant :

RAPPORT D’EXPERTISE PSYCHIATRIQUE :

1- Mademoiselle X est arrivée très en retard au rendez vous
2- La mise vestimentaire est modeste
3- Les cheveux ne sont pas coiffés
4- Elle n’est pas maquillée
5- Il n’y a pas d’attitude chez elle de seduction
6- Elle peine a relater les faits

J’arrête là parce que j’ai déjà envie de vomir ! PSYCHIATRE VOUS AVEZ DIT PSYCHIATRE ???????????????????

On y parle de son enfance, de son adolescence, de sa vie intime et privée…

1- On convoque une personne qui a peur de la route à 2h de chez elle sans possibilité de voies ferroviaires
2- Mieux vaut être riche et bien habillée ????????????????
3- De quel critère psychiatrique s’agit il ???????
4- Et alors ??????????
5- Un tête à tête ou une expertise psy ???????
6- Etonnant NON ????

Tout ça pour établir qu’elle souffre d’un syndrome de stress post traumatique que j’avais déjà établi moi-même et que son étât necessite un suivi PSYCHIATRIQUE. Ce qui signifie que YAKA faire payer la secu et que ma petite patiente NAKA recommencer toute sa thérapie à zéro avec un autre psy. TOUT pour ne pas lui régler ses séances.

Alice aujourd’hui va mal, très mal et l’autre conducteur lui va bien, très bien. Lui n’est passé devant aucun expert, lui n’a pas été dénudé ainsi.

Alors, je le fais ici comme je le ferai par LR AR dès lundi, je mets en garde cette assurance les rendant entièrement responsables s’il arrivait quoi que ce soit à Alice. Si elle attentait à sa vie d’une manière ou d’une autre je les poursuivrai jusqu’au bout de la justice et du droit d’être victime.

Quand les assurances tuent ! dans carton rouge Couple-dans-un-canape-rouge
 

Le droit et la droite

HORTEFEUX au dessus des lois !!!!

12

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément