• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Archives pour février 2011

MERCI !

Je sais que l’on se connaît peu,
Mais je dois vous faire un aveu,
J’ai l’impression bizarre, étrange,
Qu’aujourd’hui mon bonheur se venge

Lui que ma peine avait puni,
Relégué au rang de banni,
Il se relève et règne en maitre,
C’est vous qui l’avez fait renaître,

Alors merci.

Car vous sentir me fait du bien,
Et dans vos bras je suis quelqu’un,
Je n’ai plus besoin d’avoir peur,
Je n’ai plus besoin d’être ailleurs.

Sous vos regards je me sens beau,
Et parfois peut-être un peu trop
Mais je n’oublie pas d’où je viens,
Bien avant vous, je n’étais rien.

Alors merci, merci.

Me mettre à nu et sans tabou,
N’est pas facile là devant vous,
Mais je m’en fous et je me lance,
Car ce qui tue c’est le silence.

Alors merci, d’être là,
Si près de moi.

Image de prévisualisation YouTube

L’amitié… Qu’est ce que c’est ???

A vous de l’écrire…

Et vous l’avez si bien écrit !

Merci pour vos échanges à toutes et tous…

L’amitié je l’ai rencontrée un jour dans un coin de cuisine où je fus fusillée du regard par celle qui deviendra mon amie, ma soeur… Quel double et beau souvenir !

Avant d’écrire ces quelques mots, je viens d’écouter encore une fois la chanson MERCI !
Elle me parle, et plus encore et seule toi Nathy tu sais à quel point ! Normal ! Tu es celle que mon coeur a choisi.

L’amité est aussi une question de coeur, car il parle ou ne parle pas…
Mais s’il vous parle, alors, comme lorsque vous avez rendez vous avec votre amour, votre coeur bat plus fort lorsque vous devez voir votre amie

L’amitié est comme l’amour, s’il démarre dans la soie il finira dans la boue mais s’il trébuche dans la boue au départ par la douleur de l’un ou de l’autre alors un fil de soie tissera les sentiments.

Je vous embrasse

Le prix d’un livre ! Pour toi Christine !

Il y a des mois de cela Christine, je t’ai prêté un livre, ce livre pour moi n’a pas de prix et tu le sais très bien !!!

Comme je sais que tu passes souvent par ici et puisque tu ne réponds pas à mes mails je viens t’ y écrire ce que je pense.

Puisque tu es apprentie psy et que tu sais très bien laisser tes traces ici dans des commentaires toujours ordonnés et « hors donnant » défendant à cris et maux l’administration et les bibles psy, je te dirais que donner pour donner oui mais reprendre est voilé

Te voilà entrée dans la secte des psy bien pensants mais non pansant mais en passant tu oublies le passant et j’espère que tu prendras le bon virage lorsque tu t’installeras !

Dans tous les cas, je te souhaite d’avoir un jour un pair comme le mien et que personne jamais ne te capture un livre écrit par lui et qu’il t’aura offert, car si cela t’arrive tu te souviendras du prix du livre du pair

Rappelle toi aussi :

Là l’être volé !

Week end : long – doux – dur et tendre

Parfois tout s’accumule et tout tient en quelques jours…
La douleur, la joie, la souffrance, le bonheur…

Je pars au pays des cigales, retrouver mon havre de paix et mes deux trésors…
Je me rends là bas le jour où cela fera 5 années déjà que mon père nous a quittées, le jour où il nous a laissées seules dans sa 67e année.
67 ans balayées en quelques heures.
5 années de questions sur le pourquoi du comment. Du qui a tué mon père ? Car le pourquoi, tout compte fait je l’ai déjà…
Mon aînée n’a pas fait le deuil de son grand père, et ne le fera pas m’a t’elle dit tant qu’elle ne saura pas. Tant que les responsables ne seront pas punis.

Dur moment !

Ma pauvre pucette qui lundi se trouvera au tribunal face à celle qui a tué son conjoint. Je crains ses réactions. Je crains ses émotions.
Les cordonniers dans ces cas là ont de bien tristes chaussures…
Son avocat l’a prévenue que tout ce que cette femme risque c’est le retrait de quelques points sur son permis et une amende ; quelques points et un peu d’argent contre une vie retirée ; une priorité refusée.
Nous devrons attendre la sentence et comment sera ma fille après des heures passées à quelques mètres de celle qui n’a même jamais pris de nouvelles ni de sa victime, ni de sa famille.
Il me faudra être forte pour deux et ne pas repartir dans mon propre vécu…

Long et dur moment !

Petite Maïly dernièrement a demandé à tenir la photo de sa papa qui est au mur de sa chambre, lui a fait un calin et un bisou…
5 mois plus tard, petite puce de même pas 2 ans ressent l’absence au plus profond d’elle même…

Dur et doux moment !

Durant ces 4 jours, je vais aussi tenter de retenir une main de quelqu’un sans plus de forces ; lui permettre de remettre un visage sur cette voix qu’il entend chaque jour, de regarder et serrer les doigts qui lui envoient des dizaines de sms chaque jour, en souhaitant qu’il n’en veuille pas à la seule unique personne qui lui interdit de partir, la seule de sa longue et épuisante vie qui l’aide à se lever le matin, à tenir la journée, et à dormir le soir…

Durs – doux et tendres moments !

Au milieu de tout cela résonneront les premiers vrais mots de Maïly :
- Donne – iens – fée – pas dodo – fai cier – regarde – et surtout et avant tout  » donne na nin nany  »
Elle rira comme à chaque fois en regardant la ‘Fée Clochette’…

Doux et tendres moments !

Oui, nany ce week end va donner la main…

Week end : long - doux - dur et tendre dans Lacher prise fee_clochette1
 

Pour quelqu’un qui ce soir souffre énormément

Ils s’aiment comme avant
Avant les menaces et les grands tourments
Ils s’aiment tout hésitants
Découvrant l’amour et découvrant le temps
Y’a quelqu’un qui se moque
J’entends quelqu’un qui se moque
Se moque de moi, se moque de qui?

Ils s’aiment comme des enfants
Amour plein d’espoir impatient
Et malgré les regards
Remplis de désespoir
Malgré les statistiques
Ils s’aiment comme des enfants

Enfants de la bombe
Des catastrophes
De la menace qui gronde
Enfants du cynisme

 Ils s’aiment comme des enfants
Comme avant le menaces et les grands tourments
Et si tout doit sauter,
S’écrouler sous nos pieds
Laissons-les, laissons-les, laissons-les
Laissons-les s’aimer

Et si tout doit sauter
S’écrouler sous nos pieds
Laissons-les, laissons-les
Laissons-les s’aimer

Enfants de la bombe
Des catastrophes
De la menace qui gronde
Enfants du cynisme
Armés jusqu’aux dents

Ils s’aiment comme avant
Avant les menaces et les grands tourments
Ils s’aiment comme avant

L’homophobie dans la police

L’homophobie est l’hostilité, explicite ou implicite,
envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de même sexe.

 » - Laisse tomber c’est une histoire entre nanas « 

Ce sont les mots entendus par ma patiente, des mots qu’elle n’oubliera jamais, des mots qu’elle m’a livrés ce matin, des mots dont je dois maintenant la délivrer !

Pour ceux qui ont vu le film ‘Liaison fatale’ vous pouvez de nouveau avoir des frissons car c’est ce que Caroline a vécu et craint de vivre encore…

Suivie et poursuivie par son ex conjointe ; enfermée et bloquée dans les vestiaires d’une salle de sport où elle a été rouée de coups par cette dernière. Des courses poursuites en voiture. Des tentatives de chantage au suicide. Des tentatives d’intimidations. Du harcèlement à tous les endroits possibles et connus par cette femme, comme sur son lieu de travail ; par téléphone par mails.
Attendue devant chez elle. Attendue sur son paillasson… Etc… Etc…

Caroline n’en peut plus et décide d’aller déposer plainte, toujours suivie et poursuivie par cette femme. Elle craint pour sa vie !!!
Terrorisée elle demande aux policiers de la protéger et de la faire partir, ce qu’ils font, une fois, deux fois, trois fois ; à chaque fois elle remonte,  à chaque fois elle tente de ‘récupérer’ Caroline.

Elle fait sa déposition, elle raconte tout ce qu’elle a subi et toutes ses peurs, elle se sent à peu près écoutée par la femme policier en face d’elle, puis arrive un cow-boy :

- Le nom du conjoint ?
- De la conjointe ! Reprend Caroline

 » - Laisse tomber c’est une histoire entre nanas « 

Le cow-boy a parlé !

Seule une main courante sera enregistrée et Caroline en sortant SEULE trouvera sa voiture rayée de toute part…….

J’ai pris contact de suite avec la juriste du droit des femmes qui elle va s’occuper de Caroline !

Mais quel autre nom donner que HOMOPHOBIE ???

L'homophobie dans la police dans carton rouge Une-femme

La Saint Valentin !

Cette année, en cette veille de Saint Valentin,  je pense à l’amour, j’écris l’amour…
La beauté de l’amour et sa magie !
Je pense à mes amours passés, à ces drôles de rencontres, à ces histoires différentes.
A leurs beaux débuts et à leurs tristes fins !

Mon immense mémoire, me permet de me rappeler de chacun de ces instants jusqu’aux moindres détails, jusqu’au moindre parfum de rencontres ; au goût plus ou moins amer des larmes des séparations.

J’ai réalisé il y a quelques jours, ma faculté de tirer un trait définitif sur une histoire d’amour ainsi que d’en garder certaines au chaud dans mon coeur.
Les sourires, les regards, ceux qui faisaient souffrir, je les ai vus se transformer en mimiques ridicules.
De précieuses ridicules…………
Je suis allée très loin dans ma vie par amour mais en y réfléchissant, était ce par amour pour l’autre ou par amour propre tout simplement ?
Pour ne pas lacher prise ?
Par pitié pour l’autre ?
Parce que j’avais peur pour lui qu’il m’abandonne ?!

Je fonctionne à l’amour et n’y puis rien changer !
Il est mon moteur, l’une de mes fonctions vitales !

La Saint Valentin cette année revêt à la fois pour moi,  le manteau enveloppant du choix et le sourire d’un ciel bleu dans lequel s’envole une mouette ; oui cette année cette fête résonne dans des mots, par des maux et par des maux dans des mots et la démo… c’est tout simplement l’écho de mon rire perdu et retrouvé.

Hasard et coïncidences diras tu ma Nathy !
Je dirai que je me suis perdue et qu’il m’a retrouvée !
De qui ; de quoi, puis je bien parler ?….
De l’amour ou de quelqu’un ?…
Vous n’en saurez rien !…
Je suis comme je suis et n’y puis rien changer………………………
Les colombes s’envoleront demain dans la valse des coeurs inventés
Et j’imaginerai ma mouette se poser sur une main blessée
L’amour est ainsi et n’y puis rien changer…

 

La Saint Valentin ! dans Lacher prise 2304271559_2

 

 

CHAMPIONNE !!!!

Ce soir je viens rendre hommage à une CHAMPIONNE DE FRANCE !

CHAMPIONNE DEPUIS HIER SOIR !

BRAVO Sophie ! Tu la mérites cette médaille et surtout :
tu l’as voulue et tu l’as eue !!!!

La discipline sportive que tu as choisie est difficile et puisque tu m’a appellée de suite après ta victoire hier pour me dire :

- ON a gagné ; grâce à toi j’ai gagné !!!

Alors oui, tu vois, ce soir Sophie, moi aussi je me sens CHAMPIONNE
grâce à toi !

MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

CHAMPIONNE !!!! dans Lacher prise pr2_champagne

 

Ces mères là !

Dans « Ces mères là« ,

je souhaite parler des mères qui portent préjudices à d’autres mamans en détresses et qui détruisent surtout leurs enfants !

Ces mères qui n’hésitent pas à accuser leur mari et père de leurs enfants, d’attouchements et autres abus sexuels dans le seul but de gagner un divorce… Une pension… Une vengeance !!!!!!!!

Lors d’une audition à laquelle j’ai été appelée pour apporter mes informations concernant le viol d’une de mes jeunes patientes; j’ai parlé avec la jeune inspectrice de cette HORREUR qui fort heureusement va en diminuant après un essor incroyable ces 5 dernières années ; parlé de ces enfants, de ces tous petits ou plus grands chargés de mensonges appris et réappris par une mère pleine de haine pour un père innocent… Nous avons échangé en quelques regards, la tristesse de ces enfants pris dans cette toile d’araignée…

Tu diras ça sur papa !
Il t’a fait ça comme ça hein tu te rappelleras !
Et n’oublies pas ça… !

Oui ces mères là commencent à être punies sévèrement, mais combien d’innocents ont payé leurs délires ?
Combien d’enfants culpabiliseront à vie de ce qu’ils ont été obligés de dire ?

Combien de mamans honnètes paieront elles parce qu’à force de crier au loup, plus personne ne croit personne et que des enfants sont, pendant ce temps réellement en danger !

Alors stop ! On ne joue pas avec la vie d’un enfant !!!!

Ces mères là ! dans coup de gueule stop

 

Manon habite chez moi…

Lorsque je me suis installée dans le village de Pagnol j’ai été transportée dans un monde magique et féerique où légendes et réalités se côtoient.
A mon arrivée dans cette maison, je me suis sentie comme enveloppée et cette impression s’est transformée en réalité ; chez moi, dans cette maison je me sens légère !

Le premier soir, le robinet de la cuisine s’est mis à goutter seul, alors que je ferme toujours trop fort les robinets et à plusieurs reprises je suis allée le refermer effectivement sa position avait bougé…

Le deuxième soir, l’un des robinets de la salle de bain s’est mis à couler seul…
Suivant ma montée pour le refermer des pas plus tard dans la soirée se sont faits entendre au premier étage, puis au second et le robinet s’est rouvert…

Enveloppée dans mon cocon aucune peur ne m’a envahie ni ne m’envahit à ce jour; lorsque j’entends ces pas je rassure Manon en lui parlant !

A mon arrivée, vendredi dernier, je constatai un dégat des eaux léger mais bien là !
Un autre robinet, encore jamais utilisé celui-ci, destiné à la future machine à laver s’était ouvert et a donc goutté ainsi durant presque 15 jours, l’eau arrivant dans ma cuisine.
Le propriétaire prévenu viendra remplacer ce robinet le lendemain sans comprendre comment cela avait pu se produire…
En souriant, je lui ai répondu :
‘ Ce n’est rien, c’est Manon !’
Il a souri lui aussi en répondant un ‘Tééé’

Avant de quitter ma maison, lundi, j’ai parlé à Manon lui demandant de ne pas jouer avec ‘les sources’ durant mon absence !

En passant devant SA fontaine j’ai eu une pensée pour elle, pour Pagnol, pour la grotte du Groshibou, pour le petit Lili des Bellons et je me suis dit qu’il était bon de vivre entre légendes et réalités, dans ce petit monde conservé et entretenu par ses habitants…

Eh oui les sources… ça ne se dit pas !

 

Manon habite chez moi... dans humour 6560____cm___m.geniat___j.pagnol___ip___manon_.__

 


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément