Adieu notre Jadou

Mes yeux brouillés par les larmes ont du mal à suivre mon écriture, mais je viens ici te dire adieu ma JADE.

Tu t’es battue jusqu’au bout ma petite Jade, malgré les deux petits kilos qu’il devait rester de toi, tu as trouvé la force la nuit dernière de monter la moitié des marches qui conduisent à notre chambre pour que l’on entende mieux ton appel au secours… tes angoisses… ton besoin de nous avoir près de toi.
Je t’ai ramassée toute légère sur cette marche froide et t’es amenée dans un plaid bien chaud, près de moi sur le canapé. Là tu as posé ta petite tête sur mon bras et pris ma main entre tes si fragiles petites pattes, griffes doucement sorties signifiant ‘je ne te lâche pas pour que tu restes avec moi’ ; de mon autre main je t’ai caressée tendrement et nous avons discuté toutes les deux.
Tu m’as fait comprendre que ton petit nez te grattait mais que tu ne pouvais pas le gratter toi même, alors j’ai frotté ce petit nez et tu as somnolé.
Je t’ai parlé de tes compagnons chats, de Léopoldine, des cigales, des oiseaux… Chaque fois que je m’arrêtais de parler tu poussais un petit miaulement pour demander encore et tu m’as écoutée longtemps ronronnant ; tu m’as écoutée te racontant ta si courte vie ma Jadou.
Puis fatiguée, tu t’es endormie et je t’ai emmenée bien couverte de ton plaid dans notre chambre où tu as continué à dormir paisiblement, rassurée par notre présence, je t’entendais ronronner.
A 10 heures tu as miaulé le reveil, jamais nous ne dormons si tard, mais nous étions fatigués tous les 3 ; toi ma belle épuisée par tous les efforts que tu as fait pour rester avec nous et nous d’inquiétude et de veille.

Je t’ai de nouveau installée sur le canapé et à chacun de mes mouvements tu craignais que je te laisse, alors je n’ai pas bougé et ton maitre non plus.
Tu nous regardais, tu regardais autour de toi, nous te parlions et caressions chacun notre tour, tu ronronnais…
Puis, tu as miaulé très fort tu avais peur, et tu n’as plus regardé nul part, ton regard est devenu vide, tu t’es raidie pour chercher de l’air, tu as poussé un énorme soupir et ta petite poitrine a cessé de se soulever. Ta petite tête s’est posée sur ton plaid pour ne plus jamais la relever.
J’ai eu le temps de te dire mille fois que nous t’aimions pour toujours et ton maitre a pris mon visage entre ses mains pour me dire ‘c’est fini’…………………..
Je t’ai embrassée et mouillée de mes larmes avant que mon compagnon ait le courage de te couvrir de ton plaid.

Ta petite maitresse ne sait pas, elle n’est pas rentrée mais je sais moi que tu as voulu partir avant qu’elle rentre pour qu’elle ait moins de peine et ne te voit pas partir.

Demain sera un autre jour ou nous nous occuperons de toi d’une toute autre manière.

Tu vois ma belle JADE, nous avons tous tenu nos promesses ; toi tu es restée le plus longtemps qu’il t’a été possible et nous t’avons accompagnée jusqu’au bout, ici dans ta maison et non dans un cabinet froid de vétérinaire.

Oui, demain sera un autre jour…………………………………

Il nous reste à t’accompagner dans TES collines. Adieu notre Jadou……………

Adieu notre Jadou jade2-300x225

 

11 commentaires à “Adieu notre Jadou”


1 2
  1. 0 femmepsy 26 jan 2012 à 18:27

    Merci Rémi n’hésite pas à revenir et nous parler de tes soucis, nous te lirons avec attention.

1 2

Laisser un commentaire


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément