Archives pour mars 2012

Homosexualité – Les traits marqués : hommes/femmes

Ce que je vais écrire n’a aucune connotation homophobe, bien loin de là !
C’est la psy et son expérience de psy qui souhaite s’exprimer sur ce sujet.
Je ne rajouterai pas comme le font certains pour ce qui concerne le racisme :
 » j’ai des ami(ies) homo »
Non, parce que vous avez remarquez c’est quelque chose que l’on entend souvent…   » Je ne suis pas raciste j’ai un copain noir et je travaille avec un arabe alors vous voyez « …
Bon le racisme est un autre sujet (quoique) sur lequel je reviendrai dans peu de temps !

Je souhaite parler de l’homme homo

Je souhaite parler de la femme homo

Hors couple, ils assument ou n’assument pas leur homosexualité.

En couple, ce qu’ils n’assument pas, ni au féminin ni au masculin c’est, ce que nous pourrons appeler « l’inné » bien que je n’aime pas citer de ‘marques’… Les traits de la masculinité et de la féminité sont beaucoup plus présents sans doute parce que justement exacerbés par le miroir que représente l’autre, l’identique.

Souvent, lorsque l’on parle de l’homosexualité et surtout de leur sexualité, l’on parle du passif et de l’actif, ce qui m’énerve moi foncièrement car l’on ne posera jamais cette question à un couple hétéro…

- Et toi avec ton mari tu es passive ou active ?
- Heu…

Mouai… Pas fréquente la question ! Tandis que, elle semble normale à poser aux homo, donc peut être quelque chose à revoir là dans notre comportement vis à vis de ces couples comme les autres.

Je reviens à l’homme – la femme ; l’inné ; le passif ou la passive – l’actif ou l’active / PSYCHIQUE :

L’homme !
Que craint on de l’homme depuis la nuit des temps ?
L’infidélité !
Il fut un temps même où il était ‘normal’ que l’homme soit infidèle cela prouvait justement qu’il était… un homme !!!

Ce trait est très marqué dans l’homosexualité masculine, peu d’homo hommes sont fidèles, recherchant sans cesse l’image d’Adonis dans une forme de narcissisme masquée ‘la peur de vieillir’
Vous me répondrez ‘oui mais chez les hétéro aussi’ – non pas sous cette forme et pas si marquée car dans un couple stable d’homosexuels, même si l’un des deux a perdu la flamme des premiers instants ou même si l’amour n’est plus vraiment présent faisant place à l’habitude voire même à la lassitude conduisant à la dépression, même si le désir d’aller voir ailleurs est lui bien présent chez l’un (l’actif) ; il ne bougera pas, ne brisera pas le lien car l’autre (le passif) est un compagnon fidèle et stable ou comme je l’ai entendu de la bouche de certains patients ‘ une assurance vie ou une retraite car changer signifie être cocu et finir sa vie seul’
Donc, deux solitudes partagées mais dans une seule et même certitude : la fidélité jusqu’au tombeau ; tombeau dans lequel parfois ils sont déjà, mais à l’image de Philémon et Baucis dans le but de finir en ne faisant plus qu’un et non un seul finissant à plusieurs.

La femme !
Que craint on de la femme depuis la nuit des temps ?
La trahison et la vénalité !
Si si admettons le, même l’histoire de France revue et corrigée par les femmes nous le démontre !!!

Encore une fois, même si ces traits existent dans l’hétérosexualité, ils détiennent le pompon dans l’homosexualité féminine. La femme est une chipie depuis sa tendre enfance, mais homo elle prendra les traits d’Aphrodite pour arriver à ses fins ; l’active trépigne de caprices pendant que la passive tente de la contenter sans jamais pouvoir la comprendre, ce qui est normale puisque ce qu’elle veut, là, l’active c’est justement le pouvoir… Le pouvoir sur l’autre, sur ce qui appartient à l’autre : famille – amis – argent – etc…
La passive aura beau faire et aura beau donner ce ne sera jamais assez car ce que l’active cherche avant tout c’est la peau de l’autre, s’accaparer cette autre qui partage sa vie au point de devenir elle. Elle passera pour ce faire par différents stades de séduction et de destruction pour finir par la discrimination et le vol de tout ce qui sera à sa portée et que j’ai précité : famille – amis – argent – ect…
Très souvent violente, l’active poussera l’autre à bout et beaucoup de couples homo féminins termineront à la barre d’un tribunal.
Est elle à la recherche de Diane ?

Ce que je viens d’écrire n’est pas une généralité ; ce n’est qu’un constat fait et relevé par et avec patients et amis(es) homosexuels (lles) mais si cet écrit ouvre un débat il aura atteint son but.

Homosexualité - Les traits marqués : hommes/femmes dans Les thematiques perseeandromede

 

 

Le cabinet d’une psy n’est pas un moulin !

Vous connaissez l’expression :

 » On y rentre comme dans un moulin  »

C’est ce que j’ai ressenti en entrant dans mon cabinet lundi, que l’on prenait mon cabinet pour un moulin alors que ce lieu pour moi est sacré de confidentialité.

3 semaines que je n’y étais pas retournée puisque je travaille désormais chez moi, ça a été toujours été l’endroit où je me sens  le mieux pour travailler  » mon univers  » ; j’ai testé le cabinet extérieur à plusieurs reprises mais me suis assez vite rendue compte que mes patients eux aussi se sentaient beaucoup plus à l’aise dans un endroit non conventionnel.
J’ai donc donné ma dédite pour le cabinet concerné, dédite qui s’achève logiquement fin avril, ce qui signifie, me semble t’il, que jusqu’à cette date où je règle mes loyers ce local est toujours mien.

Or, lundi en rentrant dans MON cabinet j’ai constaté que les rideaux étaient ouverts, que les dossiers de mes patients étaient sortis de leur étagère et que mon stylo, celui avec lequel je travaille depuis des années qui plus est offert par Philippe… n’était plus posé sur mon bloc note, lui même siégeant sur ma table basse !!!

Surprise ne serait pas le mot à employer car la colère et l’effondrement se sont mêlés là… J’ai réalisé en une fraction de seconde que je ressentais l’effet d’un vol, mais surtout celui d’un viol. Non seulement mon espace a été violé mais pire encore le secret professionnel !

Je suis de suite descendue voir le dentiste qui se trouve être le propriétaire des lieux ; absent comme la plupart du temps, je n’ai trouvé que sa toute jeune assistante à laquelle j’ai posé LA question :

- Quelqu’un est il entré dans mon cabinet en mon absence ?

Réponse inattendue…

- Oui moi pour le faire visiter !
- De quel droit ?

Bredouillante, la pauvre tenta la réponse ce qui lui parut le plus logique

- Parce que vous partez et qu’il faut bien trouver quelqu’un pour vous remplacer et que le docteur m’a demandé de le faire
- Et comment expliquez vous que mon Montblanc ait disparu et que les dossiers de mes patients soient par terre ?

Je l’ai invitée à me suivre et elle fut surprise, m’expliquant que ce n’était pas ainsi quand elle était venue et repartie.
Au départ elle m’expliqua qu’elle avait juste ouvert la porte et que la personne avait juste regardé à l’intérieur, ah et puis non tout compte fait c’est vrai elle est allée voir la vue de la fenêtre.
Oui en clair, on a visité mon cabinet avec tout ce qu’il contient et en mon absence et je ne saurai jamais vraiment combien de fois !!!!!!!!!!

Je lui demandai alors d’appeler le dentiste et devant ma mine défaite elle me proposa un verre d’eau et une chaise pendant qu’elle composait le numéro.

- Docteur, heu, je vous passe Madame P
- Bonjour Docteur
Et je lui relatai les faits. Il fut d’une grossièreté époustouflante se gaussant de ses droits indiscutables de propriétaire faisant fi de cette double violation « de local professionnel et de dossiers professionnels et confidentiels « . Je raccrochai sans autre préambule et trouvai en face de moi une petite jeune femme, elle concernée et gênée.

- Vous n’y êtes pour rien vous n’avez fait qu’obéir, aurevoir !

Je suis donc allée déposer plainte au commissariat le plus proche et ai pris contact avec mon assurance professionnelle, mais toutes les vies dévoilées de mes patients défilaient dans mon esprit, tous ces secrets, toutes ces lettres confiées, en quelles mains ? Sous quel regard étaient ce tombé ? Quelles conséquences pour ces vies ?

Ma nuit fut courte, agitée, ces espaces doublement violés ne m’ont pas quittée et le lendemain matin je recevais une lettre RAR de ce cher docteur, lettre totalement délirante me sommant d’un tas de choses y compris de ‘sommer’ la police d’effectuer une prise d’empreintes ; qu’il avait essayé de me joindre téléphoniquement à plusieurs reprises pour me prévenir de ces visites (appels jamais reçus, ni aucun message laissé, ce qui est facilement prouvable) ; qu’il avait le droit une fois par an de pénétrer dans mon bureau afin d’accéder à la trappe menant aux combles (visiter les combles pour une prise de local ne me semble pas une demande usuelle) ; un décompte sur lequel apparait 3 jours de retard pour le paiement du loyer tel mois, 5 jours pour un autre mois ; que je dégageais une odeur gênante de fumée et j’en passe et des meilleures, la dernière sommation étant de répondre à son courrier sous 3 jours ????? !!!!!!!!!!!

J’ai lu et relu mon bail et il y est bien et heureusement, expressément précisé que le BAILLEUR ne peut entrer ou faire visiter mon local qu’avec mon accord, comme dans tout bail me semble t’il.
Qui plus est, le BAILLEUR n’est pas Pierre, Paul ou Jacques ou en l’occurrence notre pauvre assistante.

Mon avocate me disait hier que les chiens aboyaient forts lorsqu’ils avaient peur et il me semble bien que ce soit là le cas mais en attendant, celle qui est mal c’est bien moi car ces secrets m’appartenaient et il m’appartenaient de les garder ce qui n’est là pas le cas mais la justice comprendra t’elle que que n’est pas d’un vol dont il s’agit mais bel et bien d’un viol de plusieurs vies.

Le cabinet d'une psy n'est pas un moulin ! dans carton rouge 45207.1022064041.1.450

 

 

Appel d’offres

Merci de bien lire l’article précédent ainsi que les commentaires de Nathy.

Il s’agit bien d’un appel à toutes professions et tous professionnels souhaitant s’installer ou se réinstaller ce village est ouvert à toutes propositions.

Petites familles ou familles monoparentales – personnes en situations précaires – etc…

UN VILLAGE VOUS ATTEND !!!!!!!!!!

Etat morbide mais tout peut changer !

Après deux semaines passées dans la région qui m’a vue grandir, je fais le point aujourd’hui sur le pour et le contre de ce séjour et surtout je constate qu’un endroit peut être à lui seul la source de dépressions chroniques et également (heureusement passagères).

La première semaine idyllique ; un petit chalet perdu dans la campagne à une quinzaine de kilomètres de ‘mon’ village, juste mon amour, mon trésor de fille et moi… Les oiseaux, les animaux sauvages, les rivières, les forêts. Pas internet, le téléphone portable très aléatoire. La nature et nous…
De grandes ballades à pieds, des fous rires, du VRAI lait, des VRAIS fromages, des VRAIS œufs…
Sans volets, juste réveillés par la lumière du jour et le meuglement des vaches toutes proches.
Bonheur ponctué par les agréables visites de Nathy.

Quelques heures de travail par téléphone ; rencontrer les maires des villages concernés par une éventuelle installation ponctuelle et mensuelle, mais surtout de la détente et une pause dont nous avions besoin tous les trois.

A la fin de cette semaine, nous nous sommes installés chez Nathy, dans ‘ce’ village MORT !
Je l’ai connu tellement vivant… 5 ou 6 boucheries et boulangeries, le même nombre d’hotels restaurants, deux charcuteries traiteurs, des bars, une poissonnerie, une crêmerie, un bazard, des garages, etc… etc…

Aujourd’hui, marcher dans Lormes équivaut à traverser un village bombardé par le vide.
« La grande rue » OUI… Grande trop grande aujourd’hui car sur la droite comme sur la gauche, des boutiques fermées presque écroulées sous le poids du vide.
Un hotel restaurant, un seul, et jusqu’à quand puisqu’il est à vendre ?
Un petit restaurant sympa et pas cher, mais jusqu’à quand puisqu’il est à vendre aussi ?
Une boucherie
Deux boulangeries
Un charcutier

Où est MON village ?

Comment ne pas se sentir mal au milieu de cet endroit ruiné par l’absence et le vide ?

Mon amour avait le désir de s’y installer, il ne l’a plus… Pour l’instant !
Ma fille n’y voit que le vide et la tristesse… Pour l’instant !
Moi, j’en fais mon deuil… Pour l’instant !

Oui, durant cette deuxième semaine, nous sommes tous les 3 tombés dans un état de morbidité, de noir, de pluie et de cendres…

Je comprends Nathy que ton état ne s’arrange pas là bas, voire même s’aggrave car quel espoir peut on avoir au milieu du vide, de la destruction et de l’absence ?

Pour moi :

voir :

Des dizaines de SDF ici et des centaines de maisons fermées à la campagne, une aberration !
Des millions de chomeurs alors qu’il y a des commerces à remonter dans cette région, une anomalie sociale !

POURTANT :

Cet endroit peut retrouver sa chaleur, ses couleurs, mais il faut que tout le monde remonte ses manches et y bosse sérieusement au lieu d’y penser seulement.

Il est beau ce village, il y manque juste des habitants avec des envies de créer et de s’entraider ; de reconstruire et sourire en pensant qu’après le travail fournit des centaines d’endroits magnifiques qui gravitent autour, comme les rivières, les lacs et les forêts n’attendent qu’à être visités, et utilisés pour la pèche, la chasse ou les ballades…

Il respirait la joie de vivre et aujourd’hui il ne respire plus du tout.
Moi j’ai la chance de me souvenir de ses rires !
Mais vous, OUI pourquoi pas vous ? Si vous avez un projet, si vous voulez vivre autre chose et en faire le pari, pourquoi ne pas le tenter là bas ??? !!!
C’est faisable, il suffit de le vouloir !!!!!!!!!!!!!

Vous le voulez ? Écrivez moi !

 

Oui, nous avons refait le monde dans notre petit bistrot mais sans doute fallait il plutôt penser à conserver cet endroit…

Image de prévisualisation YouTube

 

Le petit diable a 3 ans

- Nany des ballons des bonbons de babies nany regarde les ballons regarde nany nany……..

Oui bon au téléphone pas simple, alors maman a branché la cam et j’ai pu voir mon petit diable en pleine action d’ouverture de cadeaux, sautant, dansant, chantant, riant…

- Nany voiture nany Maïly voiture nany….

Gros pincement au coeur et…

- Le téléphone y pleure nany….

Puis une photo de toi petit diable reçue sur mon téléphone où juste sortait d’une grande boite de cadeau ta petite tête brune et ton petit regard malin…

Oui mon petit diable a 3 ans :-)

Le petit diable a 3 ans dans etat d'ame diable-en-boarte-clown-

Pas sages et passage…

Chaque fois que je descends dans cette région qui m’a vue grandir je me rends sur la tombe de mon père, y trouvant chaque fois des plaques détériorées volontairement. Des prénoms retirés ou inversés et ce bouquet de fleurs artificielles que j’ai déjà posé de nombreuses fois sur la tombe de ma tante sachant que mon père détestait les plantes artificielles et qui plus est de cette couleur, bouquet qui revient inlassablement dans ce vase de marbre froid.
Une personne passe donc pour ce faire mais qui et pourquoi ? Un message sans doute mais pas sage…
De nos pas sages Léo et moi sommes allées déposer avant de partir un pot de 3 primevères représentant SES 3 filles ‘ Emilie – Léo et moi’.
A notre entrée dans ce petit cimetière un vent glacial et après quelques minutes passées près de cet endroit où il est couché plus un souffle de vent, Léo dans les pensées de sa mère eu la phrase que j’aurai pu dire ‘ Il est content il a calmé le vent…’
Même si pour moi il n’est pas là bas mais près de moi, je tiens à ce que cet endroit soit comme il l’aurait souhaité  » sobre et naturel » et même en regardant son nom gravé et des dates, j’ai encore et toujours l’impression que c’est impossible…
Je relisais dernièrement cet article sur le deuil fait par d’éminents psychiatres déclarant que si le deuil n’était pas fait au bout de tant de temps (presque à la minute près) il était du ressort de la psychiatrie.
L’oubli n’est pas un deuil Messieurs mais un refoulement…
Non, je ne me vois pas répondre à la question ‘avez vous toujours votre père ?’ avec un grand sourire  ‘non non il est mort pourquoi ?’

L’OUBLI…

J’ai eu cette fois le courage de me rendre sur la tombe de Bruno ; étrangement, pour le première fois je me suis perdue, incapable de retrouver ce village perdu au milieu de nul part mais gravé dans ma mémoire ; j’étais en compagnie de Léo et mon conjoint et après avoir tourné un moment, je me suis dit qu’il y avait une raison pour que je ne retrouve pas l’endroit, qu’il ne voulait pas que je vienne accompagnée de mon conjoint et que j’y retournerai plus tard entre filles…
J’y suis donc retournée et je l’ai trouvé, j’y ai posé mon habituelle rose rouge et lui ai présenté Léo, petite puce interpellée par les dates gravées « 1960 – 1977″ oui c’est vrai mon ange on ne devrait pas mourir à 16 ans et demi tu as raison…
Je me suis souvenue du ‘merci pour ma maman’ d’Emilie plus jeune que Léo à l’époque…
Puis mon regard s’est posé sur les plaques, la mienne ; celle du collège ont disparu et aucune « A mon fils » « A notre frère » … POURQUOI ?
Quelques plaques quasi anonymes et un pot de fleurs desséchées.
Peut on oublier un fils, un frère ?
Même si à cet endroit lui non plus pour moi il ne se trouve pas il y marque pourtant son départ.

Est ce cela le deuil ?
L’oubli ?

Alors en ce cas, je préfère ne jamais les faire…

Arrivées dans un froid gris et triste, nous sommes ressorties du cimetière sous un soleil éclatant, pas un mot entre Léo et moi juste un regard et un sourire…

Des pas sages…

Pas sages et passage... dans etat d'ame

 

 

Retour

De retour de ma région d’origine j’ai des milliers de choses à écrire bien sur, mais elles viendront en leur temps selon mon inspiration et mon humeur.

Mais je suis ravie de vous retrouver, il ne me manquait pas d’écrire ; il me manquait de partager l’écriture avec vous.

Bien à vous et à tout bientôt

J’O

 


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément