• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

Archives pour octobre 2012

Protégé : Vengeance d’enfance…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Un petit être à contempler…

Dans ce qu’il me plait à décrire, il y a ZAZA…

Zaza, la mascote de mon village provençal :

Un petit être à contempler... dans etat d'ame zaza-300x225

Ne cherchez pas son age, elle n’en a pas… Notre Zaza est sans age et nous la préferons ainsi simplement parce que si nous pensons à son age, nous pensons aussi qu’il est déjà miraculeux qu’elle soit encore là…
Si elle était être humain elle approcherait les 110 ans…

Dans son regard se trouve tout ce qui est Zaza : la gentillesse – la loyauté – la fidélité – la confiance…

Elle n’entend presque plus et il faut vraiment y mettre du sien pour accrocher son ouie fatiguée.
Gourmande comme une dame agée, elle fait le tour du village chaque jour à la quète de quelques gateaux ou sucreries, n’oubliant aucune maison mais oubliant souvent qu’elle a déjà fait sa demande à tel ou tel endroit…

Chaque matin, elle se prépare pour l’école, y accompagnant inlassablement les enfants, faisant d’interminables aller et retour et idem à l’heure de la sortie.
Chaque matin, elle accompagne également Léopoldine à l’arret de bus et attend patiemment qu’elle y soit montée  pour reprendre, tranquilisée, ses activités au village.
Boitant sur une patte ou deux…

Ses maitres n’étant pratiquement jamais là elle a appris à vivre seule et surtout s’est fait adopter par tout un village…

Elle maitrise et gère la circulation des lieux faisant ralentir ceux qui roulent trop vite par son apparition surprise sur les chemins et fort heureusement tout le monde sait que Zaza peut intervenir à un moment ou à un autre.
Elle peut aussi bloquer tout le village refusant de bouger d’un cm, en ce cas le conducteur doit sortir de son véhicule et tenter de l’amadouer afin qu’elle se range sur le côté en marmonant comme une petite mémé dérangée dans ses habitudes…
Ou parfois encore, il nous arrive d’entendre ‘Zaza pousse toi’….
Les touristes l’été se font hués s’ils klaxonnent Zaza ou la bousculent « eh peu cher Zaza est chez elle et pas toi »

Le dimanche, elle est la seule à aboyer au son des cloches de l’église, a t’elle été influencée par son maitre marxiste ?
Toujours est il qu’il est rassurant de l’entendre chaque dimanche… Ouf Zaza est encore là !!!!

Le jour où Zaza partira c’est tout un village qui sera en deuil.
Mais, quoi qu’il en soit, demain nous sommes dimanche et Zaza tintera…

Oui Zaza fait partie de ces êtres que j’aime à contempler en ce moment tant ce qui émane d’elle est dur à trouver chez un être HUMAIN…

 

 

 

Entre deux O

Je me trouve actuellement dans l’état que qualifiait mon ex psy de patron : ‘extase’

Cet état limite de dépression qui selon lui nous permet d’acceder à la fois à la noirceur ainsi qu’à la beauté des choses et des êtres…

‘ Gouter le bord exquis de la depression mais ne jamais y tomber est un art qu’il vous est possible d’atteindre ‘
Disait il !

En ce moment, je n’ai pas l’envie et à la fois l’envie d’écrire…

Ou plutôt de décrire, ce que je ressens, ce que je vois, ce que je lis et ce que j’entends…

Alors aujourd’hui peut être… Ou alors demain…

 

 

Entre deux O dans etat d'ame

Harcèlement au travail : lorsqu’écouter ne suffit plus !

De plus en plus de personnes viennent me voir épuisées par le harcèlement qu’elles subissent au sein de leur travail et ce, toutes catégories professionnelles confondues.

De plus en plus de médecins comprennent et agissent en plaçant ces personnes non pas en arrêt de travail mais en accident du travail, ce qui change tout à tous niveaux :

- Financier ; ce qui est important !
- Psychologiquement ; car il y a un responsable : LE TRAVAIL !

J’entends tout d’abord la culpabilité :
‘je suis responsable… j’aurais du… j’aurai pu…’
Totalement robotisées les personnes victimes de ces agissements sont dépersonnalisées, perdant confiance en elles dans les gestes quotidiens les plus banals. Dans l’éducation de leurs enfants ; dans leurs couples.

Bien sur dépression il y a, souvent sévère, accompagnée d’envies suicidaires.
Elles ont été vidées de tous désirs, consacrant leur temps à leur travail exactement comme des adeptes d’une secte, obéissant à un gourou parfois charismatique mais surtout pervers projetant les plus viles de ses frustrations sur ses employés désarmés par la peur de perdre leur travail !

Petit à petit par l’écoute et le soutien quasi quotidien les personnes refont surface.
Je dis quasi quotidien car il faut être là lorsque rien ne va plus et que les doutes refont surface par une lettre… Une convocation… Ou autres agressions, car en ce cas TOUT est agression.

Être là, c’est faire un accompagnement partout où elles ont besoin de nous, les coacher afin qu’elles ne s’écroulent pas.

Puis vient le temps de la reconstruction, là où le combat commence pour une reconnaissance des faits ; une éventuelle reconversion ou une inaptitude EN CE LIEU de travail et non au travail en lui même.
Pour cela j’ai des intervenants syndicaux qui font relai stupéfaits au départ qu’une psy ose aller jusque là car trop rares…

A défaut de soigner la société, il faut en sauver ses acteurs, éviter le pire en se mouillant un peu car aujourd’hui écouter ne suffit plus !!!

 

Harcèlement au travail : lorsqu'écouter ne suffit plus ! dans carton rouge harcelement-moral-travail1

 


Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément