Archives pour la catégorie Les thematiques



Protégé : Doit on représenter les prophètes ? Entretien avec un théologien

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

L’ Amitié :

Ne pas entendre mais écouter
Ne pas juger mais interpeller

Ne jamais prêter seulement donner
Ne jamais rompre et toujours aimer

Essuyer ses larmes en oubliant les nôtres
Essuyer les coups à la place de l’autre

Ne pas dorloter lorsqu’il faut brusquer
Ne pas dire oui si non est notre pensée

Ne jamais soupirer c’est égal à mentir
Ne jamais se cacher savoir se découvrir

Essuyer ses mauvais souvenirs un verre à la main
Essuyer ses colères en pensant aux lendemains

Ne pas dire quelle direction prendre mais l’attendre
Ne pas lui demander sa main mais la lui prendre

Ne jamais écouter notre peur et penser à son bonheur
Ne jamais critiquer ses choix juste donner notre humeur

Essuyer les taches faites d’incompréhensions
Essuyer l’amour propre sans compromission

L' Amitié : dans A lire 92764

Juste une femme de plus…

Je reçois régulièrement depuis plusieurs semaines, une toute jeune femme, 25 ans…
Appelons la… Elia…
Elia, encore en état post traumatique suite à un drame familial dont je ne peux parler car médiatique et médiatisé ; un drame heureusement rare dans une famille, mais un drame inoubliable…
Elia, toute jeune maman également, est une femme de plus…
Les deux premières séances beaucoup et larmes mélées à l’espoir. La maigreur d’Elia saute aux yeux, nul besoin d’être psy pour deviner qu’elle ne peut plus rien avaler depuis… Mais elle s’accroche, à la vie, à son bébé, à son amour…
Les séances suivantes je la vois rire, sourire. Je l’entends faire des projets, se projeter vers un avenir serein. Le calme après la tornade. Elle a repris des kilos, elle réapprend à vivre…
Les semaines suivantes, je la sens crispée, angoisée, tout a basculé, tout ce en quoi elle croyait, elle esperait…

… Il m’a juste bousculée un peu… Oh les bleus là ce n’est rien je suis tombée quand il m’a bousculée… Oui là ce sont les traces de ses doigts sur mes bras… Mais il a raison je ne suis qu’une merde… Mais il a raison je mange de la merde… Mais il a raison je ne le mérite pas… Je ne peux pas vous payer aujourd’hui il ne m’a rien donné et m’a dit d’aller faire la pute si je voulais de l’argent… Mais il a raison il est trop bien pour moi…

Alors aujourd’hui nous avons tout remis en place, à la vraie place et c’était moi qui avait raison…
Mais pour combien de temps ?
Sans doute ce soir saura t’il y faire avec quelques douceurs emposonnées et demain à nouveau ce sera lui qui a raison…

Juste une femme de plus…

 

Juste une femme de plus... dans Les thematiques medium_violence_tableau

 » Bipolarité  » appel à témoins

J’effectue une étude corrélative entre la consommation de drogues (cannabis – extasy – cocaïne – ect…) – alcool…
et ce que l’on nomme aujourd’hui un peu trop légèrement à mon avis  » BIPOLARITE  » – borderline – maniaco depression – ect…

Cette étude sera destinée à mettre en garde la toute jeune génération quant à la consommation de ces produits avec à l’appui des faits établis de par mon expérience professionnelle, mes constatations, mes corrélations et non basée sur ce que l’on peut lire ou décrire actuellement sur ces troubles (tout et rien) et bien entendu cette étude sera publiée ici.

Suite à un entretien avec plusieurs étudiants et étudiantes, il s’est avéré qu’ils n’étaient absolument pas conscients que certaines consommations toxiques même à faibles doses mais régulières pouvaient les conduire à vie dans ces troubles pouvant aller jusqu’aux bouffées délirantes, les conduisant elles mêmes en hopital psychiatrique.
Pas conscients parce que pas expliqué ainsi, jusqu’à présent.

Vos témoignages resteront bien sur anonymes mais importants !

Merci

« Il y a quelqu’un dans ma tête, mais ce n’est pas moi »

Un fabuleux article à lire et à relire mais tellement d’évidences…

« Il y a quelqu’un dans ma tête, mais ce n’est pas moi »

Bonne lecture en attendant vos commentaires

 

« Il y a quelqu'un dans ma tête, mais ce n'est pas moi » dans A lire iStock_000005809739XSmall

Transfert et/ou addiction : méfiance !

Ou plus simplement transfert d’addiction !

Mon pair avait employé à l’époque le terme ‘ passation de passion’ …

Bien sur, à l’époque, révoltée contre lui pour de nombreuses raisons, ces mots n’avaient fait qu’empirer la situation déjà fort houleuse, épineuse, douloureuse…

Mais ce besoin de me ‘débarrasser’ de lui pour cause de TROP de souffrances accumulées au cours de ces nombreuses années et d’analyse et ensuite de travail en binôme m’a effectivement poussée à une autre addiction qui s’est très vite transformée en passion, puis déceptions, et même situation : houleuse – douloureuse – épineuse !!!!!!!!!!!!

Lui ne voyait que ‘la passe’ et moi, je ne voyais que ‘l’impasse’

Passe – un pair et manque….

Tête baissée, l’inconscient en bandoulière, j’ai foncé.

J’ai foncé sans songé une minute à un besoin de retour en arrière, pour moi il était derrière définitivement et je me suis sentie libre, un moment… Un moment qui a duré longtemps certes mais quelque part dans son ombre et le poids de sa main continuait à être sur mon épaule ; parce que ce n’est pas comme cela que l’on termine !

Des années plus tard, ce besoin de terminer est devenu omniprésent, j’ai pris rendez-vous sur son agenda informatique… Rendez vous qu’il a annulé toujours via informatique.

J’ai pris mon courage et mon téléphone et lui ai laissé un message !
Un message de pardon, un message d’abandon, un message…
Quelques heures plus tard, j’ai reçu un sms :
 » Le message est suffisant la messe est dite  »

J’ai revu alors ses yeux bleus acier… J’ai ré-entendu les portes claquer…
Et j’ai compris qu’elles ne se rouvriraient pas, puisque c’est moi qui les avaient verrouillées !

Oui il est médecin psychiatre/psychanalyste
Non ce n’est pas professionnel

Mais la souffrance que je lui ai infligé en fuyant une addiction pour en récupérer une autre ce n’était pas humain !

J’écris ceci, plus particulièrement pour une patiente, pour qu’elle comprenne qu’effectivement il est humain voire normal de s’attacher à son ou sa psy ; de même prévoir des plans sur la comète mais que je sais qu’exactement comme moi, elle fuit une addiction pour une autre qui peut être encore plus douloureuse et surtout beaucoup plus dangereuse…

OUI ! Pour être psychanalyste il faut être passé par les différents stades où passent nos patients, les avoir décortiqués, analysés et savoir leur dire :

MÉFIANCE !

Transfert et/ou addiction : méfiance ! dans Lacher prise 12664837369aK42u

 

 

Une patiente très patiente

Ce petit article pour marquer un coup de fil reçu hier soir et qui montre à quel point parfois, il est difficile de prendre la décision de consulter mais que lorsqu’elle est prise et impossible à réaliser c’est encore plus compliqué…

Cette conversation m’a touchée et il me fallait l’écrire :

- Bonjour Madame, c’est Colette de C…….. vous vous souvenez, je vous avais appelée il y a deux ans pour savoir comment se passait une thérapie et j’ai bien réfléchi je souhaite en faire une avec vous ; maintenant, je suis prête à vous voir.

- Bonjour Colette d’il y a deux ans, pouvez vous m’en dire un peu plus afin de me rafraichir la mémoire ?

- Oui, j’ai 76 ans j’avais lu votre article dans psychologies magazine et comme j’en ai lu un autre récemment je me suis dit que voilà c’était un signe et c’était le moment de vous rencontrer.

- Je comprends Colette mais le problème est que j’ai déménagé et que je travaille maintenant sur Marseille

- Oh la la comme c’est loin et comment je vais faire moi ?

- Vous savez Colette, il existe certainement de très bons thérapeutes proches de chez vous

- Surement mais il m’a fallu deux ans pour m’habituer à l’idée de vous voir vous, alors s’il me faut encore deux ans pour m’habituer à en voir une autre, c’est un problème…..

 

J’ai senti par la voix que c’était réellement un problème pour cette femme âgée qui avait enfin pris la décision et choisi la personne, alors doucement j’ai tenté de l’apaiser et de trouver la solution.

 

- Je vous sens dans l’urgence Colette, voulez vous me parler un peu de ce qui vous tracasse ?

- Oui mais mon urgence elle a déjà deux ans j’aurai du me décider avant, bon je vous explique…….

 

Là la vieille dame m’explique et je comprends bien qu’elle a juste besoin d’une écoute et de quelques conseils.

 

- Bon Colette, écrivez plusieurs lettres à cette personne, que vous n’enverrez pas mais vous verrez que cela vous fera du bien et si vous le souhaitez rappelez moi pour prendre rendez-vous et nous ferons une séance par téléphone. D’accord ?

- Oui oui c’est gentil, parce que je m’étais bien préparée à vous rencontrer en deux ans mais Marseille ça me fait vraiment loin à mon age.

- Bien ! Ma proposition vous apaise t’elle ?

- Oui oui mais le téléphone c’est cher et une séance ça dure longtemps

- Ne vous inquiétez pas c’est moi qui vous appellerai si vous avez besoin, il vous suffira de me sonner une fois et je saurai que c’est vous, votre prénom s’affichera.

- Bon très bien alors à bientôt j’écris tout ça et je vous sonne. Au revoir Madame.

- Au revoir Colette à bientôt

 

Quelques minutes plus tard mon portable sonnait et s’affichait le prénom de Colette.

 

- Oui Colette

- C’ était pour être sure que vous aviez bien mon numéro, au revoir.

 

Et la petite voix rassurée quitta ma ligne, peut être aussi un peu soulagée que tant de travail de deux années n’était pas tout à fait gâché…..

 

Une patiente très patiente dans Les thematiques 685785757

 

 

Homosexualité – Les traits marqués : hommes/femmes

Ce que je vais écrire n’a aucune connotation homophobe, bien loin de là !
C’est la psy et son expérience de psy qui souhaite s’exprimer sur ce sujet.
Je ne rajouterai pas comme le font certains pour ce qui concerne le racisme :
 » j’ai des ami(ies) homo »
Non, parce que vous avez remarquez c’est quelque chose que l’on entend souvent…   » Je ne suis pas raciste j’ai un copain noir et je travaille avec un arabe alors vous voyez « …
Bon le racisme est un autre sujet (quoique) sur lequel je reviendrai dans peu de temps !

Je souhaite parler de l’homme homo

Je souhaite parler de la femme homo

Hors couple, ils assument ou n’assument pas leur homosexualité.

En couple, ce qu’ils n’assument pas, ni au féminin ni au masculin c’est, ce que nous pourrons appeler « l’inné » bien que je n’aime pas citer de ‘marques’… Les traits de la masculinité et de la féminité sont beaucoup plus présents sans doute parce que justement exacerbés par le miroir que représente l’autre, l’identique.

Souvent, lorsque l’on parle de l’homosexualité et surtout de leur sexualité, l’on parle du passif et de l’actif, ce qui m’énerve moi foncièrement car l’on ne posera jamais cette question à un couple hétéro…

- Et toi avec ton mari tu es passive ou active ?
- Heu…

Mouai… Pas fréquente la question ! Tandis que, elle semble normale à poser aux homo, donc peut être quelque chose à revoir là dans notre comportement vis à vis de ces couples comme les autres.

Je reviens à l’homme – la femme ; l’inné ; le passif ou la passive – l’actif ou l’active / PSYCHIQUE :

L’homme !
Que craint on de l’homme depuis la nuit des temps ?
L’infidélité !
Il fut un temps même où il était ‘normal’ que l’homme soit infidèle cela prouvait justement qu’il était… un homme !!!

Ce trait est très marqué dans l’homosexualité masculine, peu d’homo hommes sont fidèles, recherchant sans cesse l’image d’Adonis dans une forme de narcissisme masquée ‘la peur de vieillir’
Vous me répondrez ‘oui mais chez les hétéro aussi’ – non pas sous cette forme et pas si marquée car dans un couple stable d’homosexuels, même si l’un des deux a perdu la flamme des premiers instants ou même si l’amour n’est plus vraiment présent faisant place à l’habitude voire même à la lassitude conduisant à la dépression, même si le désir d’aller voir ailleurs est lui bien présent chez l’un (l’actif) ; il ne bougera pas, ne brisera pas le lien car l’autre (le passif) est un compagnon fidèle et stable ou comme je l’ai entendu de la bouche de certains patients ‘ une assurance vie ou une retraite car changer signifie être cocu et finir sa vie seul’
Donc, deux solitudes partagées mais dans une seule et même certitude : la fidélité jusqu’au tombeau ; tombeau dans lequel parfois ils sont déjà, mais à l’image de Philémon et Baucis dans le but de finir en ne faisant plus qu’un et non un seul finissant à plusieurs.

La femme !
Que craint on de la femme depuis la nuit des temps ?
La trahison et la vénalité !
Si si admettons le, même l’histoire de France revue et corrigée par les femmes nous le démontre !!!

Encore une fois, même si ces traits existent dans l’hétérosexualité, ils détiennent le pompon dans l’homosexualité féminine. La femme est une chipie depuis sa tendre enfance, mais homo elle prendra les traits d’Aphrodite pour arriver à ses fins ; l’active trépigne de caprices pendant que la passive tente de la contenter sans jamais pouvoir la comprendre, ce qui est normale puisque ce qu’elle veut, là, l’active c’est justement le pouvoir… Le pouvoir sur l’autre, sur ce qui appartient à l’autre : famille – amis – argent – etc…
La passive aura beau faire et aura beau donner ce ne sera jamais assez car ce que l’active cherche avant tout c’est la peau de l’autre, s’accaparer cette autre qui partage sa vie au point de devenir elle. Elle passera pour ce faire par différents stades de séduction et de destruction pour finir par la discrimination et le vol de tout ce qui sera à sa portée et que j’ai précité : famille – amis – argent – ect…
Très souvent violente, l’active poussera l’autre à bout et beaucoup de couples homo féminins termineront à la barre d’un tribunal.
Est elle à la recherche de Diane ?

Ce que je viens d’écrire n’est pas une généralité ; ce n’est qu’un constat fait et relevé par et avec patients et amis(es) homosexuels (lles) mais si cet écrit ouvre un débat il aura atteint son but.

Homosexualité - Les traits marqués : hommes/femmes dans Les thematiques perseeandromede

 

 

Appel d’offres

Merci de bien lire l’article précédent ainsi que les commentaires de Nathy.

Il s’agit bien d’un appel à toutes professions et tous professionnels souhaitant s’installer ou se réinstaller ce village est ouvert à toutes propositions.

Petites familles ou familles monoparentales – personnes en situations précaires – etc…

UN VILLAGE VOUS ATTEND !!!!!!!!!!

Etat morbide mais tout peut changer !

Après deux semaines passées dans la région qui m’a vue grandir, je fais le point aujourd’hui sur le pour et le contre de ce séjour et surtout je constate qu’un endroit peut être à lui seul la source de dépressions chroniques et également (heureusement passagères).

La première semaine idyllique ; un petit chalet perdu dans la campagne à une quinzaine de kilomètres de ‘mon’ village, juste mon amour, mon trésor de fille et moi… Les oiseaux, les animaux sauvages, les rivières, les forêts. Pas internet, le téléphone portable très aléatoire. La nature et nous…
De grandes ballades à pieds, des fous rires, du VRAI lait, des VRAIS fromages, des VRAIS œufs…
Sans volets, juste réveillés par la lumière du jour et le meuglement des vaches toutes proches.
Bonheur ponctué par les agréables visites de Nathy.

Quelques heures de travail par téléphone ; rencontrer les maires des villages concernés par une éventuelle installation ponctuelle et mensuelle, mais surtout de la détente et une pause dont nous avions besoin tous les trois.

A la fin de cette semaine, nous nous sommes installés chez Nathy, dans ‘ce’ village MORT !
Je l’ai connu tellement vivant… 5 ou 6 boucheries et boulangeries, le même nombre d’hotels restaurants, deux charcuteries traiteurs, des bars, une poissonnerie, une crêmerie, un bazard, des garages, etc… etc…

Aujourd’hui, marcher dans Lormes équivaut à traverser un village bombardé par le vide.
« La grande rue » OUI… Grande trop grande aujourd’hui car sur la droite comme sur la gauche, des boutiques fermées presque écroulées sous le poids du vide.
Un hotel restaurant, un seul, et jusqu’à quand puisqu’il est à vendre ?
Un petit restaurant sympa et pas cher, mais jusqu’à quand puisqu’il est à vendre aussi ?
Une boucherie
Deux boulangeries
Un charcutier

Où est MON village ?

Comment ne pas se sentir mal au milieu de cet endroit ruiné par l’absence et le vide ?

Mon amour avait le désir de s’y installer, il ne l’a plus… Pour l’instant !
Ma fille n’y voit que le vide et la tristesse… Pour l’instant !
Moi, j’en fais mon deuil… Pour l’instant !

Oui, durant cette deuxième semaine, nous sommes tous les 3 tombés dans un état de morbidité, de noir, de pluie et de cendres…

Je comprends Nathy que ton état ne s’arrange pas là bas, voire même s’aggrave car quel espoir peut on avoir au milieu du vide, de la destruction et de l’absence ?

Pour moi :

voir :

Des dizaines de SDF ici et des centaines de maisons fermées à la campagne, une aberration !
Des millions de chomeurs alors qu’il y a des commerces à remonter dans cette région, une anomalie sociale !

POURTANT :

Cet endroit peut retrouver sa chaleur, ses couleurs, mais il faut que tout le monde remonte ses manches et y bosse sérieusement au lieu d’y penser seulement.

Il est beau ce village, il y manque juste des habitants avec des envies de créer et de s’entraider ; de reconstruire et sourire en pensant qu’après le travail fournit des centaines d’endroits magnifiques qui gravitent autour, comme les rivières, les lacs et les forêts n’attendent qu’à être visités, et utilisés pour la pèche, la chasse ou les ballades…

Il respirait la joie de vivre et aujourd’hui il ne respire plus du tout.
Moi j’ai la chance de me souvenir de ses rires !
Mais vous, OUI pourquoi pas vous ? Si vous avez un projet, si vous voulez vivre autre chose et en faire le pari, pourquoi ne pas le tenter là bas ??? !!!
C’est faisable, il suffit de le vouloir !!!!!!!!!!!!!

Vous le voulez ? Écrivez moi !

 

Oui, nous avons refait le monde dans notre petit bistrot mais sans doute fallait il plutôt penser à conserver cet endroit…

Image de prévisualisation YouTube

 

12345...19

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément