Page d'archive 5

Réponse ouverte à MON instituteur

M onsieur,

M onsieur, avec un très grand M car vous l’êtes et le resterez, j’en suis certaine, pour tous vos loupiots et loupiotes dont j’ai fait partie.

De vous j’ai parlé et je parle à mes filles

Dans leurs regards, M onsieur, j’ai vu à la fois l’admiration et l’envie.

L’ Admiration, pour avoir laissé tant et tant de beaux et bons souvenirs à leur maman

L’ Envie d’avoir souhaité être votre élève

Sans doute plus tard parleront elles de vous aussi à leurs enfants lors de l’entrée à la grande école  » tu sais ta nany petite a eu un instituteur merveilleux et toi aussi peut être en croiseras tu un comme cela… Elle te racontera « 

Ainsi passent de générations en générations, le VRAI – le PUR – le BEAU !

Mes souvenirs de vous :

Le bruit très spécifique de vos pas dans les couloirs de l’école a laissé en moi des traces auditives que je perçois encore parfois comme une présence réconfortante…

Vos ‘coups de gueules’ résonnent encore également, représentant pour moi l’autorité telle qu’elle doit être, présente mais jamais agressive !

Les gifles, non que vous nous infligiez mais que vous demandiez de nous donner à nous même devant toute la classe des Grands du CM2 lorsque les limites nous avions dépassées n’étaient jamais déplacées mais posées comme la marque de ce qui ne devait pas être fait et surtout refait.

Vous avez dirigé cette école de mains de MAITRE et vous vous étonnez aujourd’hui que chaque année je vienne vous souhaiter votre anniversaire, pourtant

M onsieur vous nous avez inculqué les vrais valeurs et vous avez su vous entourer d’institutrices à cette image pour cela.

Les mains posées à plat sur nos pupitres écoutant chaque matin avant le début des cours la morale du jour ; je pourrai presque encore vous en citer…

Et puis cette culture générale que vous avez tenté de faire entrer dans nos petites têtes de 11 ans dans Votre CM2, vous nous avez ouvert le chemin du désir de découvrir et d’apprendre encore plus…

Oui M onsieur, je suis heureuse et fière d’avoir été votre élève et heureuse et fière d’avoir été quelque part près de vous en cette journée de vos 76 ans !!!

Prenez soin de vous, pour nous, pour tout ce que vous nous avez donné !

Affectueusement et MERCI !

……………………..

Très chère Jocelyne…

Ce message transmis par l’intermédiaire de Copains d’Avant m’a bouleversé ! POURQUOI ???

Après… disons… « tant d’années », pourquoi cette fidélité ? Je n’arrive pas à y croire !

Certes, j’ai a-do-ré ce métier et considéré mes loupiot(e)s comme mes enfants sans qu’interviennent jamais les « résultats » comme critères de considération et même, disons-le, « d’affection »… Cela me paraît tellement normal et banal… Alors… ai-je vraiment mérité cela ? C’est ce qui me sidère !….

Pour être tout à fait franc, je dois reconnaître que ce genre de témoignage m’aide beaucoup à supporter…non pas la solitude (je m’en fiche…) mais… l’Absence !… Passons…….

…/…

Encore merci !

Affectueusement.

Réponse ouverte à MON instituteur dans amitie James-Tissot-Young-Lady-in-a-Boat-Oil-Painting

 » Bipolarité  » appel à témoins

J’effectue une étude corrélative entre la consommation de drogues (cannabis – extasy – cocaïne – ect…) – alcool…
et ce que l’on nomme aujourd’hui un peu trop légèrement à mon avis  » BIPOLARITE  » – borderline – maniaco depression – ect…

Cette étude sera destinée à mettre en garde la toute jeune génération quant à la consommation de ces produits avec à l’appui des faits établis de par mon expérience professionnelle, mes constatations, mes corrélations et non basée sur ce que l’on peut lire ou décrire actuellement sur ces troubles (tout et rien) et bien entendu cette étude sera publiée ici.

Suite à un entretien avec plusieurs étudiants et étudiantes, il s’est avéré qu’ils n’étaient absolument pas conscients que certaines consommations toxiques même à faibles doses mais régulières pouvaient les conduire à vie dans ces troubles pouvant aller jusqu’aux bouffées délirantes, les conduisant elles mêmes en hopital psychiatrique.
Pas conscients parce que pas expliqué ainsi, jusqu’à présent.

Vos témoignages resteront bien sur anonymes mais importants !

Merci

Impressionnant Dali

Ceux qui me connaissent, connaissent aussi ma passion pour Dali ; mais je crois que de toutes ses œuvres celle ci est celle qui m’interpelle le plus :

 

Impressionnant Dali  dans A voir 15-6MiroirGala77

« Il y a quelqu’un dans ma tête, mais ce n’est pas moi »

Un fabuleux article à lire et à relire mais tellement d’évidences…

« Il y a quelqu’un dans ma tête, mais ce n’est pas moi »

Bonne lecture en attendant vos commentaires

 

« Il y a quelqu'un dans ma tête, mais ce n'est pas moi » dans A lire iStock_000005809739XSmall

Demain tu te maries…

Demain tu vas dire oui pour la vie
Ce soir je viens jouer mon rôle d’amie

Te souhaiter tout le bonheur du monde
Et que de ta joie tu nous inondes

Oui ce soir je viens jouer mon rôle d’amie

Nous aurions pu…
Nous aurions du…
Si nous avions su…

Mais si ce soir je viens jouer mon rôle d’amie,

C’est que nous n’avions rien
Rien entre nos mains
Que le destin

Ni pouvoir
Ni savoir
Juste le devoir

La vie nous a laissé un pouvoir
L’immense, celui de nous revoir
Et enfin tous deux de savoir

Alors oui ce soir celle qui te parle c’est ton amie,

Celle qui sait enfin, 25 ans après
Que tu l’as aimée à la folie

Elle te parle à toi ton amie,

Toi qui sait enfin, 25 ans après
Qu’elle t’a aimé à la folie

Oui ce soir,
Le cœur à la fois lourd de notre passé…
Et des souhaits sincères dans mes pensées !

J’écoute et j’écouterai encore
Ce qui fut le début d’un doux accord
Et que je t’offre ami a more

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Foyer doux foyer…

Quatre murs de pierres…
Un toit fier et solide…
L’électricité…

C’est tout ce que possédait la maison de ma grand mère paternelle lorsque j’y ai fait mes premiers pas, mes premières découvertes d’enfant aux yeux émerveillés par la nature.

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre… Certes…

Je ne suis pas née du temps des dinosaures non plus, mes souvenirs n’ont que 40 ans et un peu de poussière…

Nous allions chercher l’eau au puits du village, élément sacré dont il ne fallait perdre une goutte !
Je revois ma grand mère avec deux grands seaux et moi à ses côtés portant fièrement mes deux petits seaux de plastique, veillant à ne rien verser…
Cette eau que nous allions chercher matin et soir, servait et resservait, le dernier seau du soir étant destiné à la toilette de l’avant coucher et du matin.
Point de salle de bain, ni même de cabinet de toilette, juste une cuvette de porcelaine bleue et blanche et son broc installés sur ce que aujourd’hui, nous appellerions ‘coiffeuse’ ; petite table rehaussée d’un miroir dans la chambre matriarcale.
Les cuvettes de faïence ne manquaient pas, pas plus que leurs destinations : l’une pour laver la vaisselle dès que la bouilloire sifflait sur la cuisinière à bois toujours allumée, été comme hiver – une autre pour la rincer et surtout ne pas se tromper de torchon… L’un pour les verres, le deuxième pour les assiettes et couverts et le 3e pour les gamelles, sans compter le 4e, lui uniquement pour les mains qui avait à son effet sa propre cuvette attachée posée en permanence à coté de l’évier avec quelques paillettes de savon et son petit peu d’eau…
Le lavage du linge en avait une autre encore à laquelle se joignait la lessiveuse.
La valse des cuvettes jaunes, bleues ou blanches ne cessait de m’interpeller, moi petite fille de la ville…
L’eau… Toute cette eau était récupérée dans le seau à cet usage unique dont la direction m’effrayait au plus au point : la cabane au fond du jardin munie d’un grand trou dans lequel j’avais très peur de tomber, mais où il me fallait aller plusieurs fois par jour, sauvée la nuit par mon petit pot de chambre toujours de faïence…

Il fallait vraiment qu’il fasse très noir pour que l’électricité soit utilisée, ma grand mère lisait près de la fenêtre le soir profitant des dernières lueurs du jour et depuis mon petit fauteuil en bois posé à ses pieds j’écoutais sans tout comprendre le contenu de ces pages magiques dont j’ai su plus tard qu’elles avaient été noircies par Zola ou Hugo…
Déjà lavées et peignées avec soin, vêtues de nos chemises de nuit, le coucher du soleil sonnait le nôtre ainsi que la grande horloge où lunettes baissées sur son nez ma grand mère scrutait le mouvement des aiguilles lorsque la fatigue d’une journée de jardin, de lessives, de ménage et de cuisine l’emportait.

La montée d’escalier jusqu’aux chambres possédait elle une ampoule électrique, vite allumée et vite éteinte, remplacée sur le lieu de sommeil par des bougies orphelines posées ci et là… Je me souviens des colères de ma grand mère pestant contre le progrès lorsque l’orage coupait l’arrivée électrique et bénissant ses bougies qui elles ne craignaient pas la foudre.

Et mes journées de vacances recommençaient à ce rythme, ponctuées par la visite chez le fermier pour les œufs, le lait et le fromage qui lui séchait au grenier ; parfois un morceau d’agneau ou de porc et quant au pain il cuisait durant ce temps dans le four de cet objet intemporel et vivant, cœur du foyer en toutes saisons…

Quelques années plus tard un cabinet de toilette se rajouta à la maison, juste un lavabo et un wc puisque l’eau enfin arriva mais n’arrêtant pas pour autant la vigilance de ma grand mère à son utilisation.

J’ai déjà parlé ici du caractère de ma grand mère et si aujourd’hui je viens écrire sur sa maison c’est que dans quelques semaines elle sera vendue car indivision oblige, mais vendue à un homme qui l’aime telle qu’elle est et non pas comme tous les visiteurs précédents HORRIFIES par l’absence de salle de bain et du tout confort moderne, mais le prix modique où je la vends permet tous les possibles  d’une campagne paisible, sauf peut être et je le souhaite… un home cinéma…

Peut être par ce vécu et cet exemple, aujourd’hui, je n’ai toujours pas la télé mais des livres aux pages noircies par Zola, Maupassant, Hugo ou Sagan…

 

Foyer doux foyer... dans etat d'ame

 

 

 

Juste quelques mots…

Parfois l’on ne sait plus très bien pourquoi l’on fait ce métier qui nous prend tant de temps mais il suffit de quelques mots et la réponse nous est donnée !

En vous renouvelant mes remerciements pour avoir « enclencher » toute cette prise de conscience à travers ces bilans et votre analyse, c’est un merci qui durera tjrs dans ma tête !!
amitiés

Merci Marie…

Juste quelques mots... 802517767_small

A ‘Oui-Oui’ je dis NON NON !

Ce n’est pas pour rien sans doute que l’on surnomme Oui-Oui le maire de ce petit village…

Ce si joli village que j’ai quitté il y a quelques heures seulement et qui me laisse un goût à la fois doux et amer !

Un suicide s’y est produit encore il y a deux semaines et je suis tentée vraiment de déposer plainte pour non assistance à personne en danger, mais sans doute faudrait il mettre un S à personnes puisqu’ils s’additionnent ces abandons de la vie.

Oui-Oui l’a entendu SI SI !
Car que m’a t’il répondu lorsque je lui ai proposé de venir travailler dans son village une semaine par mois tant les maux de ses habitants me touchent ?

- OUI OUI

Et depuis plus rien et même pas NON NON…
NON !

Cela c’était en février et depuis combien sont passés de vie à trépas de cette façon là ?

Sans doute qu’au pays de Oui-Oui comme dans celui de Candy… Nul besoin de psy tant que la politique avance et que l’on monte l’echelle des grenouilles pour y voir le beau temps du sénat, l’on n’a pas le temps de regarder en bas…

NON NON !
Juste le temps de faire coucou à tous ses amis (électeurs) … Oui-Oui…

Durant mon séjour, j’ai appris beaucoup de choses sur les ‘décideurs’ du village, en parlerai je ? N’en parlerai je pas ?
MYSTERE…

Dans tous les cas : J’ACCUSE !
Et je compte…
Et même si l’ON a annoncé que je ne viendrai pas, heureusement mes cartes sont à nouveau distribuées et je n’ai peut être pas sauvé les patients que j’ai vus là bas durant ces dix jours mais ils ont au moins été écoutés…

Le local promis OUI OUI, ne m’a pas été attribué NON NON mais une psy travaille partout… Oui-Oui !
Et si c’était pour que je ne fouille pas dans vos poubelles, c’est CON car vos poubelles sont venues jusqu’à mes oreilles…

OUI OUI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 Image de prévisualisation YouTube

 

Souvenirs

Ce matin, je me souvenais en rêvant ou bien peut être rêvais je en me souvenant…

Jeune adolescente, j’étais dans ma chambre de style Marie-Antoinette au papier peint d’anémones pastelles ; un long rideau de dentelle blanche habillait ma fenêtre et le soleil passait à peine au travers des doubles rideaux vieux rose…
Le dessus de lit identique, mélange de dentelle et vieux rose et deux appliques en forme de tulipe, blanches et roses elles aussi…
Au dessus même de mon lit, le portrait émaillé de Léopoldine Hugo…
Éveillée en ce rêve, je regardais ma moquette aux mêmes teintes écoutant papa siffler dans son jardin, me disant qu’à cette heure matinale, il devait cueillir les haricots verts que nous écosserions tous les deux dans la matinée pendant que ma mère nous préparerait un énième déjeuner brulé, lui et moi devinant ce qui avait bien pu calciner derrière les odeurs qui nous parviendraient…
Je nous imaginais assis face à face sur les bancs du salon de jardin de pierre qui garnissait notre pelouse, moi encore en chemise de nuit et lui portant sa casquette de marin qu’il aimait tant, le regard pétillant de malice et le nez au vent se moquant des odeurs qui émanaient de la cuisine…
Je n’aimais pas les haricots verts et encore moins les éplucher, mais ces moments avec lui le valaient bien…
Je me vois récupérant un roman de Sagan sur ma table de nuit, le feuilletant somnolant en attendant d’entendre au bas des escaliers :
- Nounouche tu es réveillée ?
Cette voix m’éveillant tout à fait,  je courrai alors dans ses bras en lui murmurant :

Bonne fête papa…

Sauf qu’aujourd’hui, en m’éveillant tout à fait je n’ai pu que prononcer ces mots :

Tu me manques papa…

 

Souvenirs dans amour

La France aux français… Par Gomez…….

En ces temps électoraux, nous en voyons et en entendons de toutes les couleurs……………………….

Dans mon secteur géographique s’est présentée sous couvert sans étiquette et sous couvert de couverture… Bloc identitaire…   :

Madame VÉRONIQUE GOMEZ avec sous sa jolie photo, le slogan :

LA FRANCE AUX FRANÇAIS

Difficile à arrêter la connerie hein !
Surtout lorsqu’il s’agit du racisme !

Les aïeux de Véronique GOMEZ sont bien arrivés en France justement parce que c’est la France !
Pourquoi les descendants d’immigrés sont ils très souvent les plus racistes en France ?

Parce qu’ils voudraient que le dernier d’entre eux ait fermé la porte ?
Au nom de quoi ?

Quand je vois les petits patelins paumés de France voter massivement FN je dis :
Stoppez la télé !!!!!!!!!!!!!
Télévision boite à cons faits constatés aux élections

Ils ont peurs de quoi ces racistes pseudo-français ?
D’un retour de manivelle ???
Ah ça c’est fort probable, mais rien ne reste impuni dans la vie sociale et encore moins dans l’inconscient collectif…

J’ai regardé des vidéos de l’Algérie dans les années 50 (car ce sont bien eux qui font peur sans les nommer vraiment) ; sur ces vidéos donc se promènent allégrement des françaises en jupettes courtes et chemisiers légers sous le regard effaré des femmes totalement voilées…
Oui mais cela portait le joli nom de COLONISATION !!!!!!!!!!!!!

Aujourd’hui, l’inverse est dans nos murs et ça dérange, je vis à Marseille et je sais de quoi je parle et moi aussi parfois, je l’avoue, cela me dérange de voir des femmes voilées ou burkées…
Mais j’ai aussi appris, oh pas à l’école mais par des lectures, ce que nous avons fait et pour piqure de rappel, juste ce texte :

Il n’y a qu’un moyen, un seul : l’assimilation des Arabes dans le catholicisme, alors le progrès et la civilisation pénétreront dans l’Algérie et nous verrons un grand peuple s’élever de cette terre courbée jusqu’à ce jour sous le joug humiliant de l’Islam. Nous, Français, nous avons reçu pour mission de Dieu, de rendre les peuples plus heureux, en les élevant à notre niveau. Nous réussirons, en Algérie, à fonder un grand peuple, que si nous savons amener les infidèles à notre sainte religion

 Abbé Rouquette – 1899

La racisme ne sert à rien juste à attiser la haine et son seul remède est la connaissance !

Mes amitiés à Véronique GOMEZ, qui un jour, je lui souhaite, assumera ses origines…

Je ne suis pas peace and love, je n’aime pas les cons c’est tout !

 

La France aux français... Par Gomez....... dans carton rouge peyo_schtroumpf

 

1...34567...55

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


SAVOIRS AUTONOMES |
LE CHABA |
Collectif des Hauts de Cham... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un autre regard sur soi et ...
| COLLECTIF49
| GUAT Clément